Space Oddity, l’histoire du décollage de David Bowie

Il y a cinquante ans, David Bowie se faisait connaître du grand public avec Space Oddity et sa communication entre l’astronaute Major Tom et Ground Control. Le début du succès et d’une obsession pour l’espace.

À l’été 1968, le jeune David Bowie est obnubilé par 2001, L’Odysée de l’espace. À tel point qu’il squatte régulièrement les fauteuils du London Casino Cinerama pour revoir l’œuvre de Stanley Kubrick. Elle lui inspire un de ses plus grands succès, Space Oddity. L’histoire d’un astronaute, Major Tom, condamné à errer dans l’espace à la suite d’une mission qui tourne mal. Mais c’est aussi celle d’un drogué qui décolle après un shoot. Dans une interview donnée en 2003 au magazine Performing Songwritter, Bowie revient sur l’influence de L’Odyssée de l’espace sur la genèse du titre : « J’étais vraiment stone quand j’ai vu le film, à plusieurs reprises, et ça a été une révélation pour moi. La chanson coulait de source. » 

Une première démo artisanale

Bowie entre en studio à la fin de l’année 1968 pour enregistrer Space Oddity. Le morceau figure sur Love You till Tuesday, un film promotionnel, tourné début 1969, et destiné à faire connaitre le chanteur à un public plus large. Le film est un échec, ne trouvant aucun acheteur, et ne sortira pas avant 1984. Quant à Space Oddity, cette première version est artisanale. David Bowie enregistre avec sa voix les bruits du vaisseau spatial. À défaut d’être un succès commercial, elle permet à Bowie de signer chez Phillips Records.

En juin 1969, le chanteur enregistre une nouvelle version, plus clean et travaillée. Dans les studios Trident de Londres, c’est Gus Dudgeon, qui travaillera ensuite avec Elton John, qui est aux manettes. Les arrangements sont soignés. Du décollage à l’utilisation du mellotron, tout est millimétré. Space Oddity sort le 11 juillet 1969, soit neuf petits jours avant que Neil Armstrong pose le pied sur la lune.

Major Tom s’envole avec Apollo 11

Un timing qui n’a rien d’un hasard. La sortie de Space Oddity est calibrée pour coller à la mission Apollo 11. Un choix qui déplaît au légendaire Tony Visconti, qui produira le reste de l’album éponyme. Visconti explique : « Je n’aimais pas l’idée de capitaliser sur le premier homme marchant sur la lune. » Capitaliser, c’est bien le mot. Des copies de Space Oddity sont envoyées aux Etats-Unis dès sa sortie. Mais c’est au Royaume-Uni que le succès est important. La BBC choisit même le titre pour accompagner la retransmission de l’alunissage le 20 juillet. Dans son interview au Performing Songwritter, Bowie plaisante sur ce choix : « Je suis certain qu’ils n’ont pas écouté les paroles du tout. Ce n’était pas une chanson faite pour être juxtaposée à l’alunissage. Bien sur, j’étais très heureux qu’ils l’aient fait. De toute évidence, un haut-placé de la BBC a dit : “Cette chanson sur l’espace, Major Tom machin truc, là, ça fera très bien l’affaire”. Personne n’a eu le courage de lui répondre : “Mais il reste coincé dans l’espace, monsieur.”» 

Judicieux ou pas de la part de la BBC, avec Space Oddity, David Bowie se fait connaître du grand public, atteignant la cinquième place du Top 100. Le titre fait décoller la carrière du jeune chanteur de 22 ans. Space Oddity reste une de ses chansons phares mais aussi son single le plus vendu.

La fascination de Bowie pour l’espace marque toute son œuvre. On retrouve ainsi Major Tom dans Ashes to Ashes en 1980 (« We know Major Tom is a junkie »), puis en 1995 dans Halo SpaceboyHello spaceboy, you’re sleepy now. Your silhouette is so stationary »). En 1972, Bowie crée un nouveau personnage spatial, Ziggy Stardust, un alien qui doit propager l’amour. De Life on Mars ? (1971) à Dancing Out In Space (2013), le cosmos devient pour Bowie une obsession et une muse. Et c’est avec Space Oddity que Starman démarre son voyage vers les étoiles.

No Comments

Post A Comment