The 1975 @ Lollapalooza 2019

Lollapalooza 2019 jour 2: énergisante cure UK, malaise technique des Strokes

Hippodrome de Longchamp, dernier arrêt et pas des moindres: le jour 2 recélait les meilleurs performances de cette édition. Comme si vous y étiez.

15h45

Quand ça veut pas… On vous jure qu’on était motivés à choper le début du set de Shame. Le timing nous paraissait impeccable. Mais la file d’attente de la navette jusqu’à l’hippodrome nous a eu, et alors qu’on pensait pouvoir claquer le sprint décisif, la file d’attente des navettes presse nous a achevée. On a donc pris notre mal en patience tandis qu’on entendait The Lick résonner sur le site du festival. Et c’est 2 minutes avant de pouvoir prendre notre navette qu’on s’est rendus compte que le trajet jusqu’au site, finalement très court, pouvait être fait à pied. La vie est cruelle.

16h15

C’est donc avec un petit quart d’heure de retard sur le chrono qu’on retrouve nos chouchous de Shame, bien décidés à en découdre sur l’Alternative Stage. Le fiévreux frontman Charlie Steen est déjà à deux doigts de laisser tomber la chemise, la sangle du guitariste Sean Coyle-Smith abdique, le jeu du batteur Charlie Forbes est électrique, le guitariste Eddie Green mène la danse, et le fou furieux bassiste Josh Finerty court, saute, se jette par terre sans interruption. Il faut le voir pour le croire. Non contents d’interpréter les titres de leur épatant premier effort Songs of Praise (du fédérateur Tasteless au mesquin Lampoon), Shame teasent fréquemment la sortie (imminente?) d’un nouvel album avec de nombreuses compositions inédites, faisant la part belle à l’exploration de nouveaux territoires mélodiques et aux ruptures de rythme. Et au milieu de tout ça, sir Steen s’amuse bien évidemment à venir au contact du public et à se laisser porter par la foule. “Merci fucking beaucoup”.

Shame @ Lollapalooza 2019

16h45

Les $uicideboy$ grimpent sur la Main Stage 2 et ne sont manifestement pas là pour rigoler. Basses apocalyptiques, flows acérés, bordel assuré; mieux valait porter une combinaison de protection intégrale pour le show du duo tant la violence de la musique se ressentait dans le public. A prendre ou à laisser; le tout n’est en tout cas pas passé inaperçu.

17h30

Tranquillement installés devant la Main Stage 1, on assiste de loin au set de notre fierté bruxelloise, notre chouchou de la musique urbaine, notre Eminem belge (parce qu’il est blanc, vous suivez?), on parle bien sûr d’Orelsan de Romeo Elvis! Bouillant, le rappeur vient chauffer un public déjà prêt à exploser en alternant ses compositions aux côtés du Motel (Drôle de Question qui sera interprétée guitare à la main, Pogo et 300 (Henri) ) et ses compositions perso tirées de son album Chocolat (le titre éponyme, Normal, J’ai vu, …) Performer sans faille, le belge chauffe le public encore et encore, jusqu’à achever tout ce beau monde sur la titanesque 3 étoiles (toujours 2 de notre côté, désolé) avant de tirer sa révérence sur Malade. Il fait chaud non?

18h30

On pourrait vous pipeauter un paragraphe sur Bad Bunny mais on avoue qu’à ce stade de la journée et avec la chaleur ambiante, on a préféré se rafraichir à l’ombre plutôt que de risquer l’insolation. Le meilleur reste à venir, promis.

Lollapalooza 2019

19h20

Vous vous rappelez de nos déboires avec Shame et Jaden? On était persuadés que le set de Biffy Clyro était à 19h30. Quelle ne fût pas notre surprise quand, sortant de l’espace presse, nous entendîmes le trio conclure son culte Living Is a Problem Because Everything Dies au loin. Ouais, 19h15, pas 19h30. Le temps d’une course effrénée et on attrape le groupe en cours de route, pour un Howl toujours aussi passable mais efficace. Festival et public français oblige, les Biffy se contenteront d’un set best-of versant un peu dans la facilité: Mountains, Bubbles, Black Chandelier, Wolves of Winter, Many of Horror… Les compositions font toujours mouches, l’énergie de Simon Neil reste toujours électrisante, mais la composition de la setlist tend vers la lassitude. Restent heureusement les surprises Sunrise (issue de la BO de Balance, Not Symmetry, nouvelle galette de Biffy Clyro dont on ne peut vous blâmer de ne pas connaître l’existence tant son annonce a été discrète et sa qualité finale au mieux oubliable) et 9/15ths pour légèrement dynamiter tout ça. Ne boudons pas trop notre plaisir; le tout s’achève sur un Stingin’ Belle toujours aussi puissant. A très vite on espère.

Biffy Clyro @ Lollapalooza 2019

20h30

On était à l’heure pour le set de Migos. Leur DJ est monté sur scène. Il a lâché un discours. Il a teasé le groupe. Il a passé un premier titre pour chauffer le public. Il a passé SICKO MODE de Travis Scott pour chauffer le public. Il a teasé le groupe. Il a passé Mo Bamba de Sheck Wes pour chauffer le public. Il a teasé le groupe. On s’est barrés.

21h00

La vie est cruelle: nous avions droit à seulement une trop courte demie-heure de nos chouchous The 1975 avant d’aller acclamer les trop rares The Strokes. Autant vous dire qu’on a profité à fond de cette demie-heure. Il faut dire que le quatuor était en grande forme: le frontman Matty Healy, plus charismatique et déphasé que jamais, a livré une performance vocale et physique impeccable, solidement épaulés par ses compères. C’est logiquement le nouveau-né A Brief Inquiry Into Online Relationships qui était mis en avant: Give Yourself a Try, TOOTIMETOOTIMETOOTIME, Sincerity Is Scary, It’s Not Living (If It’s Not With You), … Chaque titre résonne avec force comme un (déjà!) classique de la discographie du talentueux quatuor, à même de fédérer les foules. Le temps de profiter des incontournables She’s American et Love Me, et on doit déjà quitter l’Alternative Stage. On se retrouve en Novembre, promis.

The 1975 @ Lollapalooza 2019

20h30

Bien calés pour les Strokes, on a le temps d’apprécier la fin du set des Migos, qui sont donc finalement montés sur scène(!). L’efficace synergie du trio est au service de titres aux basses vrombissantes, équation parfaite pour faire vibrer le public, amateur ou non de rap US. Simple, clair, efficace.

Migos @ Lollapalooza 2019

20h40

C’est évidemment avec 10 minutes de retard que le quintet mené par Julian Casablancas monte sur scène, épaulés d’un générique les introduisant inévitablement comme d’incontournables héros (on aurait bien dit “des classiques du rock” mais ça fait vraiment trop ringard). Chaque membre des Strokes s’empare de son instrument, et… Le son est mauvais…? L’habituellement explosive intro de Heart In a Cage est aujourd’hui massacrée par un son mal amplifié qui enlève une bonne partie de l’intensité du titre. C’est à la moitié du morceau que les instruments s’équilibrent, que le volume augmente et que finalement la batterie se fait dûment entendre. Ouf.

Un concert des Strokes en 2019, c’est finalement un greatest hits à même de rendre extatique le moindre semblant de fan. Chaque titre sonne comme un classique, chaque morceau est un plaisir à découvrir en live. You Only Live Once, The Modern Age, New York City Cops, Hard to Explain, 12:51, Razorblade… L’uber-hit Reptilia vient évidemment secouer la foule, tandis que le groupe se permet quelques incursions plus obscure dans son répertoire (Ize of the World, Under Control, On the Other Side). Le tout aurait pu être parfait, mais la prestation du quintet fut vite entâchée de nombreux problème techniques du côté de Nick Valensi, guitariste lead implacable: un premier problème au cours du troisième titre, et d’autres reviendront régulièrement au fur et à mesure du concert, gâchant l’harmonie du set et poussant Julian Casablancas à se lancer dans d’absurdes, gênantes et géniales tirades dont on ne sait que penser. Un condensé? Charabia, serpent de 7 mètres, Chris Martin, allez les bleus. Parfois en français dans le texte. Ces nombreux problèmes techniques amènent finalement le groupe à écourter son set, faisant fi d’un faux rappel et enchaînant sans sourciller Someday(!), Is This It(!!) et Last Nite(!!!) avant de s’éclipser comme si de rien n’était. Avec 5 minutes d’avance sur leur horaire. Alors qu’ils ont commencé 10 minutes en retard. Et que 2 morceaux supplémentaires étaient inscrits sur la setlist. Si on ne les aimait pas autant, on serait presque énervés. Il faudrait revenir rapidement maintenant.

The Strokes @ Lollapalooza 2019

22h50

Tranquillement installés devant la Main Stage 2, on assiste de loin au set de notre fierté nationale, notre chouchou de la musique urbaine, notre Eminem français (parce qu’il est blanc, vous suivez?), on parle bien sûr d’Orelsan de Romeo Elvis de Nekfeu! Semblant ne pas se soucier de son dernier passage en terre Lollapaloozienne, le dernier chaînon manquant de l’incontournable trio des rappeurs blancs monte donc sur scène, fort de son imposant projet Les Etoiles Vagabondes (34 titres, 2 heures et 5 minutes de musique, on souffle fort du nez) et démarre d’entrée de jeu avec un Cheum ultra-efficace. La nuit est tombée mais l’ambiance est caliente (on réservait ça pour Bad Bunny mais la vie est pleine d’imprévus). Ken Samaras tire sur sa voix au maximum, heureux d’être “dans [sa] ville“. Petite rétrospective ensuite avec les très efficaces Mauvaise graine et Tempête, le rappeur incitant avec malice à la création de mosh-pits. Résonne ensuite Egérie, et nous capitulons pour ce soir, sans trop de regrets. A l’année prochaine Lollapalooza Paris.

Concerts The 1975
 
The 1975 à Paris - 2 novembre 2019
No Comments

Post A Comment