Pixx_-_Small_Mercies

Pixx – Small Mercies

Avec Small Mercies, Hannah Rodgers reprend son costume sur-mesure de Pixx, (future) icône déjantée de la pop

Découverte en 2017 avec un premier album aussi personnel que prometteur (The Age of Anxiety), Hannah Rodgers, plus connue sous le doux pseudonyme de Pixx, revient à la charge, épaulée par 4AD et Beggars, et prolonge, avec son deuxième album Small Mercies, le large spectre musical schématisé auparavant. Le précédent était, comme son nom l’indique, hanté par l’anxiété maudissant notre époque actuelle. Peut-être plus confiante, plus assurée, Pixx se dévoile ici davantage, élargit son champ de bataille et ses thématiques, ainsi que sa musique, qui se découvre elle aussi, plus authentique et d’autant plus rock.

Ainsi, ce nouvel opus aborde l’amour comme quelque chose d’à la fois salvateur et destructeur et dépeint son sujet – la société – comme “malade” de ce virus que l’on connait tous très bien. Sur un autre tableau, l’album traite aussi de l’oppression, de son origine aux conséquences directes sur l’humain. Les trois premiers titres “Disgrace”, “Bitch” et enfin l’ouverture “Andean Condor” synthétisent admirablement bien l’effort dans sa globalité : la production est léchée (merci Dan Carey), les arrangements pop-rock s’aventurent aussi un peu dans le psyché – les synthés sont hallucinés, la voix suave de Pixx scande et chante, parfois démultipliée. Enfin, il y a cette guitare, majeure, qui lorsqu’elle ne se volatilise dans le delay, reste pure (“Mary Magdalene”, “Hysterical”).

“Je pense qu’il y a un manque d’humanité dans la façon dont le système fonctionne, plutôt que d’enseigner l’empathie et la gentillesse, il force les gens dans un dangereux cycle de haine de soi. C’est une ode à tous ceux qui sont piégés dans un endroit où ils ne se sentent pas à leur place” expliquait Rodgers à propos du single “Disgrace”. Analyse, justement, que l’on peut calquer sur l’ensemble du disque. Il y a, dans la musique de Pixx, cette thématique pessimiste (présente même depuis son premier EP, Fall, sorti en 2015) mais fondamental, presque inné. Comme si elle jouait et agissait au rythme de son époque : urgente, effrénée et anxiogène, mais aussi toujours attachée à la nature et ses terriens, à leur bien-être. Brillant !

Tracklisting

Adean Condor

Bitch

Disgrace

Small Mercies

Peanuts Grow Underground

Funsize

Dirt Interlude Part.1

Mary Magdalene

Hysterical

Eruption 24

Dirt Interlude Part.2

Duck Out

Blowfish

Nos + : “Andean Condor”, “Disgrace”, “Hysterical”, “Funsize”, “Blowfish”

La note : 8,5/10

No Comments

Post A Comment