Fontaines DC @ Le Bataclan

La froide furie Fontaines DC fait des étincelles au Bataclan

Nous étions restés sur un rendez-vous manqué avec les irlandais de Fontaines DC. Leur passage au festival de La Villette Sonique avait été annulé au dernier moment en juin dernier. Forts du succès de leur premier album, Dogrel, et des shows réussis de la tournée estivale, on les retrouve en haut de l’affiche d’un bataclan qui affiche complet depuis plusieurs semaines. Voilà qui annonce une soirée électrique.

20h. L’ouverture du concert est assurée par le groupe de post-punk irlandais The Altered Hours. Le premier quintette débute timidement son set, avec un sobre « Bonsoir, Paris ». La foule, curieuse, est plutôt emballée par les premiers morceaux proposés. Il faut dire que le groupe évolue dans des sphères musicales bien proches de Fontaines DC. Personne ne sera dépaysé, ce soir. Un peu excentrés sur la droite, proches de la scène, on profite (trop ?) bien des lignes de basses hypnotiques et du rythme de la batterie. Au contraire, on n’entend que très peu les voix des deux chanteurs. Difficile, donc, de se faire une idée juste de la musicalité de leurs compositions. Qu’importe, l’ambiance est bien là et la foule commence déjà à bouger dans les premiers rangs.

Altered Hours @ Le Bataclan

Fontaines DC, entre nervosité, intensité …

Le changement de plateau s’éternise un peu, mais les cinq musiciens irlandais de Fontaines DC finissent bien par monter sur scène, sous les appels répétés des spectateurs. Sans aucun préambule, Grian Chatten se lance dans un Chequeless Reckless nerveux et sec. Bon point, la qualité sonore est de retour. Arrivé sur scène avec une rose dans les mains, c’est finalement le guitariste Carlos O’Connel qui la balancera dans le cœur de la fosse. Le chanteur est, lui, agité sur scène. Entre tics nerveux, allers-retours incessants sur toute la largeur de la scène et regards noirs balayant toute la fosse, on retrouve la tension fascinante habituelle d’une prestation de Fontaines DC. La fosse l’a bien senti. A peine les premières notes de guitare ont-elles retenties que le premier pogo démarre. Les mouvements de foule continueront tout le long du concert.

Le post punk des irlandais aux accents si pop fait mouche ce soir. Les chansons les plus populaires sont systématiquement reprises à plein poumons, que ce soit Boys in the Better Land ou Sha Sha Sha. Les deux titres les plus populaires prennent des airs de messe religieuse, avec les refrains scandés par la foule. Lorsque le texte se fait trop rapide, ce sont les pogos qui repartent de plus belle. Les cinq lads maitrisent bien l’art du live. Le son parfois (un peu trop ?) poli des versions studios reprend des accents garage sur scène. Les guitares sont de nouveau saturées, la batterie brute. C’est un aller simple dans le punk irlandais que nous offre ici le groupe.

Fontaines DC @ Le Bataclan

… frustration et froid détachement.

On est toutefois toujours partagé par l’attitude du groupe sur scène. Entre le détachement très froid du chanteur et des musiciens et la générosité contradictoire qui transparaît dans l’intensité accordée à chaque titre, on ne sait plus sur quel pied danser. Le chanteur interagit également très peu avec le public. Il lancera sans conviction un : “Listen, …” avant de laisser planer quelques secondes de silence et de finalement entamer Liberty Belle, pied au plancher. Tous comptes faits, quand on voit l’état de la fosse, les crowd surfers qui ne s’arrêtent jamais et les gens qui dansent debout sur les gradins, on se dit que Fontaines DC n’a pas besoin de grand discours. Leurs messages passent directement par la musique et sont très bien reçus par leur public.

Fontaines DC @ Le Bataclan

La setlist n’est pas bien compliquée ce soir. Dogrel, ce premier album si réussi sorti plus tôt en 2019 est en effet joué intégralement. Viendront se joindre aux 11 titres de l’album, Lucid Dream et A Hero’s Death, deux titres pas encore sortis officiellement. En conséquences et avec seulement 13 titres au programme, le concert paraît bien court et la frustration est réelle. Big, titre d’ouverture de l’album conclut le concert abruptement. A peine le temps d’un “Merci”, de donner rapidement la setlist à quelques spectateurs du premiers rangs et les cinq musiciens se sont déjà éclipsés de scène. Les lumières de la salle sont brusquement rétablies, la playlist de la salle redémarre, le public se tient dans la salle, hébété par cette fin soudaine. Il y aura bien quelques appels au groupe, mais sans succès.

Un cocktail addictif

En conclusion, Fontaine DC a encore une fois exercé une fascination étrange sur un public entièrement acquis à sa cause. Entre intensité, facilité et frustration, on est ressorti de la salle secoués et heureux mais pas franchement comblés. Un mélange étrange de sensations qui nous feront retourner à coups sûrs à leur prochain concert, pour espérer comprendre cette attraction que les irlandais inspirent sur scène.

Fontaines DC @ Le Bataclan

Toutes les photos de la soirée à retrouver ICI

Setlist – Fontaines DC @ Le Bataclan (10/11/2019)

Chequeless Reckless
Hurricane Laughter
Television Screens
Sha Sha Sha
A Hero’s death
The Lotts
Lucid Dream
Roy’s Tune
Too Real
Liberty Belle
Boys in the Better Land
Dublin City Sky
Big

No Comments

Post A Comment