FRANZ FERDINAND en concert au Zénith, à Paris, le 27 février 2018

Quand Franz Ferdinand utilisait des os humains dans ses enregistrements

On pourra difficilement faire plus Rock’n’roll pour le mythique groupe écossais.

Nous sommes en 2008. La formation d’Alex Kapranos enregistre son troisième album, l’iconique Tonight: Franz Ferdinand. Après avoir essayé les maracas et les tambourins, qui “semblaient un peu trop classiques“, et souhaitant un son sec et percussif pour son refrain, le groupe décide de se rabattre sur des… restes humains.

Achetés quelques mois auparavant aux enchères pour 12£ aux enchères à la famille d’un médecin, les ossements d’un cobaye anonyme attendaient patiemment leur sort dans un carton, oublié dans un coin du studio d’enregistrement. C’était sans compter le potentiel créatif du groupe. Interrogé par le magazine Uncut quelques semaines avant la sortie de l’album, Alex Kapranos se confiait sur l’étrange expérimentation : “Nick avait les mains et les claquaient ensemble. Paul Thomson travaillait avec les os du bassin et un femur. Nous utilisions aussi le bruit que faisait une dent se cognant contre les paroies d’un pot“. Si les sons devaient être utilisés sur la chanson Kiss Me, c’est finalement dans l’iconique No You Girls que l’on peut entendre ces instruments si particuliers.

Franz Ferdinand n’est pas le premier groupe à utiliser des restes humains pour ses enregistrements. Tom Waits, dans son album Bone Machine, aurait utilisé des ossements humains. Fortement inspiré par ce dernier, Dominic Howard de Muse aurait également utilisé cette technique lors de l’enregistrement de Screenager. L’histoire, cependant, ne nous indique pas si ceux-ci étaient d’origine humaine ou animale.

Le désormais classique Tonight: Franz Ferdinand n’a pas dévoilé tous ses secrets, et on vous propose de revenir ici sur l’histoire de l’album.

No Comments

Post A Comment