Libertines Skint and Minted série

Les Libertines lancent leur série auto-biographique… en marionnettes

Alors que leur 4e album, promis depuis plus d’un an, tarde à pointer le bout de son nez, les Libertines ne chôment pas pour autant. Depuis quelques semaines, les 4 lads postaient déjà chaque semaine sur Youtube une nouvelle maquette d’une de leurs vieilles chansons. Certaines sont bien connues des fans, d’autres sont inédites.

Mais c’est désormais un nouveau projet qui vient prendre le relais de ce rendez-vous hebdomadaire. La bande à Carl & Peter vient de lancer une websérie sur leur chaîne Youtube, dont l’épisode 01 vient d’être dévoilé — une surprise, car le projet n’avait été annoncé nulle-part avant la diffusion de ce premier volet ce samedi soir. Elle est réalisée par Roger Sargent, collaborateur de longue date des Libertines.

Des marionnettes pour conter l’histoire du groupe

Intitulée Skind And Minted (d’après le nom d’une de leurs premières chansons, issue des Babsyhambles Sessions de 2003), la série s’apparente à une auto-biographie en forme de caricature et retrace l’histoire du groupe. Une marionnette à l’effigie de Gary accueille le public et nous conte la genèse du groupe, avant d’être rejointe par les doubles de bois de John, Carl et Peter qui empruntent leurs voix aux quatre lads.


Je suis Gary, mieux connu comme le main one des Libertines, vous n’en pouvez certainement plus de me voir partout dans les tabloïds…” ironise le batteur (Gary est le ‘gentil et sage Libertine’, ndlr). On verra ensuite les deux poètes terribles Carl et Peter émerger dans leur appartement de Bethnal Green, nommé les Albion Rooms, là où tout a commencé, où ils évoqueront leur goût pour le crack, les saucisses allemandes, les mannequins, nous dévoilant au passage l’origine de leur premier succès, Can’t Stand Me Now.

Drogue, sexe et rock’n’roll

Les Libertines ont toujours fait preuve de beaucoup d’auto-dérision, jouant de leur image de junkies pourchassés par les tabloïds — une image qui leur colle à la peau depuis leurs frasques des années 2000 et qu’ils ont appris à dompter.

L’épisode est ainsi bourré de piques auto-référencées bien senties : “Quitter le groupe est un de nos hobbies préférés… Heureusement, notre deuxième hobby préféré, c’est de se reformer” ; “ce qu’on a fait hier soir? on a commencé avec du crack puis on est passés aux vraies drogues dures…” ou encore “on devrait former un groupe, et l’appeler… les Babyshambles” (le nom du groupe formé par Peter Doherty après avoir été chassé des Libertines, ndlr) et enfin “ça serait trop cool de former un groupe, on serait toujours amis, on s’engueulerait jamais, on se séparerait jamais, on ne cambriolerait jamais les appartements des autres...” (Peter a cambriolé l’appartement de Carl à la séparation du groupe en 2004 avant de passer par la case prison, ndlr).


Bref — 4 minutes de sarcasme bienvenu qui nous donne hâte de découvrir la suite des épisodes. Car, logiquement, la série déroulera l’histoire du groupe jusqu’au présent, avec à la clef très probablement, l’annonce de la prochaine page qui s’écrira en musique pour les Libertines…

No Comments

Post A Comment