Ed Sheeran – =

L’album des 30 ans est-il celui de la sagesse ?

Il est l’un des grands retours de l’année. Pour son 4ème album solo (sans compter les Collaborations Project) en 10 ans, Ed Sheeran poursuit son identité mathématiques avec cette fois-ci le symbole =, pour Equals donc. Une pochette dans la lignée des prédécesseurs, avec ces papillons qui n’ont cessé de virevolter autour des singles promotionnels. Un nouvel effort de 14 titres pour une durée totale de 48 minutes et 30 secondes exactement, que l’on s’est empressé d’écouter dès sa sortie. Verdict, titre par titre.

L’album s’ouvre avec l’énergique Tides, qui nous fait immédiatement penser aux débuts de Coldplay. On y retrouve une pluralité dans le choix des instruments qui ne peut que faire mouche. Des parenthèses piano/voix viennent casser le rythme du morceau avec brio, confirmant une entrée réussie. S’ensuit le single Shivers, véritable tube dont seul Ed a le secret : une efficacité redoutable, avec des cuivres qui sont accueillis à bras ouverts, cela va de soi.

First Times vient alors réduire notre rythme cardiaque, avec une ballade guitare/voix qui finira par être accompagnée par cordes et piano. Cette parenthèse fut de courte durée au goût de Bad Habits, autre single, et inspiré de la musique électronique. Son refrain et ses envolées onomatopéiques ne peuvent que nous rester en tête. Au tour alors de Overpass Graffiti, et son refrain plus que bien amené. Mention spéciale pour son clip, qui devrait vous faire esquisser un petit sourire.

L’écoute se poursuit avec The Joker And The Queen, symbole parfait de l’amour de l’anglais pour les chansons plus posées, riches en émotions. Alors, avec Leave Your Life, le style perdure mais cette fois-ci avec un peu plus de rythme, tout en conservant les paroles confessions « Even at the times I’m miles away, you are always on my mind« . L’arrivée de Collide vient alors confirmer les risques pris dans cet album, avec de nouvelles sonorités plus qu’intéressantes.

La guitare de 2step surgit alors, sans ne pas rappeler les débuts du rouquin sur ses premières compositions qui nous avaient attrapé immédiatement. Les chansons rythmées se bousculent, avec cette fois-ci Stop The Rain qui est une production ultra travaillée aux accents 2000’s. Forcément, Love In Slow Motion se présente ensuite comme la chanson d’amour habituelle qui devrait faire chanter des stades entiers. Visiting Hours s’inscrit également dans cette lignée, avec un retour des cuivres appréciable.

Le sprint final s’ouvre avec Sandman, titre dédié à son enfant, qui a évidemment des allures de chanson pour les tout petits. Enfin, Be Right Now a la lourde responsabilité de clôturer cette nouvelle page. Par ce morceau, on constate toute l’évolution musicale du musicien, qui démontre une nouvelle fois toute l’étendue de son potentiel indéniable. Ce dernier nous laisse sur ses belles paroles : « The hurry and the noise shut out ; Just stay here and be right now« .

Finalement, que retenir de cet album ? Ed Sheeran présente encore une fois deux visages, qui ont chacun leurs atouts : d’un côté les titres bourrés d’énergie pour nous faire danser, de l’autre ceux plus confessionnels pour nous émouvoir jusqu’aux larmes. Mais, ce qui change dans « = » par rapport à ces prédécesseurs, c’est bien la recherche d’une musique plus aboutie, plus travaillée, qui on l’espère sera bien mise en valeur sur scène, au Stade de France notamment.

TRACKLIST :

Tides
Shivers
First Times
Bad Habits
Overpass Graffiti
The Joker And The Queen
Leave Your Life
Collide
2step
Stop The Rain
Love In Slow Motion
Visiting Hours
Sandman
Be Right Now


La note du rédacteur : 8/10

Ses titres préférés : Tides, Shivers, Overpass Graffiti, 2step


Les autres notes :

Augustin : 4/10. Un album sans saveur ou l’artiste a perdu son identité si particulière.

Brian : 6,5/10. Une diversité musicale bienvenue, qui ne parvient malheureusement pas à rendre l’album réellement intéressant.

Tags:
No Comments

Post A Comment