Black Country, New Road - Ants From Up There

Black Country, New Road – Ants From Up There

Black Country, New Road dévoile Ants From Up There. Ce deuxième album très attendu est-il à la hauteur de leur premier opus ?

Black Country, New Road est l’un des groupes les plus prometteurs de la scène rock britannique actuelle. Le septet a bien mérité ce titre, mais cela entraîne une certaine attente lorsqu’il sort de nouveau projet. C’est le cas pour cet album, Ants From Up There qui sort seulement un an après For The First Time, son premier, acclamé par la critique.

Isaac Wood nous dit au revoir

Le groupe répond parfaitement aux attentes avec un album beaucoup plus personnel et touchant que le précédent. Isaac Wood, qui a quitté le groupe seulement quelques jours avant la sortie de l’album, semble nous livrer ici une lettre d’adieu, comme s’il donnait tout ce qu’il pouvait avant de s’en aller. Sur tous les morceaux, sa voix nous touche au plus profond de nous, jusqu’à nous déchirer le coeur comme dans The Place He Inserted The Blade. Le plus souvent, les instruments sont là pour le mettre en valeur en commençant les morceaux timidement, comme dans Bread Song, Haldern ou Basketball Shoes. Ils laissent la place à la voix de Wood de se poser et prendre le temps de pénétrer en nous. Puis progressivement, ils gagnent en intensité pour révéler toute la passion qui se cache dans le morceau. Chaque instrument est comme un personnage secondaire dans une histoire centrée autour du narrateur. Parfois c’est eux qui mènent le rythme, comme dans Concorde et à d’autres moments ils suivent Wood comme s’il était le chef d’orchestre.

L’album commence avec une introduction qui nous surprend et nous submerge (BC,NR ne nous prend pas par la main, il nous jette directement dans le bain). Ensuite se suivent les trois premiers singles dévoilés avant la sortie de l’album. On ne se lasse pas de les écouter, notamment Chaos Space Marine avec sa partie où les voix rappellent David Bowie, ou Bread Song qui est l’une des plus belles chansons de 2021. On découvre ensuite Good Will Hunting où la nostalgie du narrateur nous touche au cœur. Ensuite, commence avec Haldern la partie vraiment déchirante de l’album. Mark’s Theme offre une petite respiration où le saxophone joue un air semblable à ce qu’on pourrait entendre dans un film qui suit la vie d’un jeune homme dans le San Francisco des années 60’s.

Le tour de force de The Place Where He Inserted The Blade

Juste après vient The Place Where He Inserted The Blade, la plus belle chanson de l’album. Elle commence par une partie jouée au piano, puis doucement s’insèrent une guitare et une flûte avant la partie chantée. On est investi dans l’histoire que raconte Wood, les instruments subliment ses sentiments, en commençant calmement et en gagnant progressivement en intensité. Cette chanson est un bon porte-étendard de l’album, montrant ce que Black Country, New Road est capable de faire. Une harmonie parfaite entre les différents instruments, des changements de rythme qui déstabilisent mais qui sont maîtrisés, et une voix qui va jusqu’à se déchirer pour transmettre son émotion. Elle se termine par une outro presque joyeuse où des chœurs se joignent au piano, à la guitare au saxo et à la batterie, avant que chaque instrument ne disparaisse progressivement, comme ils sont arrivés. On est sur une belle conclusion et on s’attendrait à ce que l’album se termine ainsi.

Une fin maitrisée

Mais il reste encore deux morceaux. Le dernier single Snow Globes commence en douceur, mais déjà on sent la mélancolie du titre par rapport au précédent. Il va aussi ensuite énormément gagner en puissance. Est-ce que BC,NR va oser clôturer son album sur ce morceau qui nous a retourné ? Pendant ce silence de quelques secondes à la fin, on se demande comment on va pouvoir s’en remettre. Le groupe est encore plus audacieux, puisqu’après cette chanson de neuf minutes, il enchaîne par une autre de douze minutes, maîtrisée à la perfection, pour terminer l’album. Au bout de six minutes, le titre semble ralentir pour s’arrêter, mais le violon s’emballe et s’arrête brusquement pour laisser la place à la guitare. La deuxième partie commence alors avec un tempo plus soutenu et les instruments se lâchent avant de se calmer de nouveau. La troisième et dernière partie est alors le climax et on exulte avec le groupe, chaque membre se donne à fond. On comprend que c’est la fin, mais alors que les derniers sons retentissent et qu’on est laissé dans le silence, on se demande ce qu’on doit désormais faire maintenant que l’on n’a plus Ants From Up There comme compagnon. Il nous faut digérer ce que vient de nous offrir Black Country, New Road dans un silence trop pesant.

Black Country, New Road prouve une nouvelle fois qu’il mérite toutes les éloges qu’il reçoit avec cet album. On se demande néanmoins ce que le groupe va devenir avec le départ de Wood, mais on a espoir qu’il n’est qu’au début d’une longue et belle carrière.

Tracklist :

Intro
Chaos Space Marine
Concorde
Bread Song
Good Will Hunting
Haldern
Mark’s Theme
The Place Where He Inserted The Blade
Snow Globes
Basketball Shoes

La note de la rédatrice : 10/10

Ses morceaux favoris : Concorde, Bread Song, The Place Where He Inserted The Blade, Snow Globes

Les autres notes :
Fabien : 6,5/10. Une originalité qui se démarque des standards actuels.

No Comments

Post A Comment