Foals – Life Is Yours

Foals est de retour avec un septième album intitulé Life Is Yours. Un album surprenant qui dénote dans une discographie riche et prolifique. Verdict. 

L’écriture du successeur de Everything Not Saved Will Be Lost Part 1&2 (2019) a été radicalement différente des précédents albums.

La volonté première était de renouer avec les racines pop du début de carrière. Cette approche a été accentuée par un phénomène externe : la pandémie, et donc un besoin de s’échapper. La direction de l’album s’est dessinée d’elle-même, avec des sonorités légères et joyeuses. La formation du groupe a également évolué : après le départ de Walter Gervers (bassiste) en 2018, c’est au tour de Edwin Congreave (clavier) de partir en 2021. Ce dernier a souhaité, à l’issue de leur dernière tournée, se concentrer sur son doctorat et la lutte contre le réchauffement climatique. 

Foals est désormais un trio qui souhaite célébrer la vie et la fête dans le « monde d’après ». En 3 mots, ça donne : Life Is Yours. Cette prise de position s’applique dès les premières notes du morceau éponyme. Fidèle en tous points à l’image que le groupe souhaite véhiculer avec ce nouvel opus : disco, funky et groovy ! Autant le dire d’emblée, ce premier morceau va immédiatement matérialiser une frustration récurrente. Étant agréablement surpris par un premier break audacieux, on attendait une seconde rupture pour nous amener vers un final plus intense. Mais il n’en est rien et le morceau finit sur le thème principal. 

Il faut bien comprendre que cet aspect évolutif et crescendo dans l’intensité est une des marques de fabrique de Foals. Alors forcément on restera sur notre faim à plusieurs reprises. Looking High et The Sound semblaient être désignés pour assouvir cette envie. Les montées en intensité sont bien présentes, mais l’explosion finale ne viendra finalement jamais… D’autant plus dommage que ces morceaux sont loins d’être mauvais !

Une fois cette frustration des premières écoutes évacuée, il est difficile de trouver d’autres motifs d’insatisfaction. La direction artistique est totalement assumée et évoque continuellement les années 80. Under The Radar exploite a merveille une ritournelle au synthé. (summer sky), interlude des plus groovy, aurait pu être un feat avec Nile Rodgers. Deux semaines après la sortie de l’album d’Harry Styles on se demande si ce style années 80 est une coïncidence ou bien une tendance pour les mois à venir.

On aurait pu s’inquiéter que le groupe en oublie son rock dans cette nouvelle dynamique. Pour notre plus grand bonheur il n’en est rien : les guitares de Yannis Philippakis et Jimmy Smith sont toujours aussi prépondérantes, reconnaissables et pertinentes. 2am et The Sound en sont d’excellents exemples avec leurs sonorités sautillantes. Ce son évolue également sur d’autres titres et puise dans différentes influences. La guitare de 2001 nous fait fortement penser aux sonorités de Two Door Cinema Club sur Tourist History (2010), tandis que le son envoûtant du refrain de Flutter rappelle R U Mine? (Arctic Monkeys)

Outre les sonorités, Foals sait produire des hymnes de qualité depuis toujours (Two Steps Twice, My NumberMoutains At My GatesThe Runner…). Ils arrivent à nouveau à réaliser ce tour de force avec Wake Me Up. Le refrain est accrocheur, facile à chanter et Jack Bevan (batteur) y est parfaitement mis en valeur. Le morceau s’installe déjà sur le long terme dans les setlists du groupe. 

Le seul morceau qui dénote au milieu de cette ambiance 80’s est Crest of the Wave. Une accalmie salutaire qui apporte de la variété et des similitudes avec d’anciens albums. Le groupe a d’ailleurs laissé le temps au titre d’arriver à maturité depuis la réalisation de la première démo en 2011 ! Le contraste trouvé entre la lourdeur de la batterie et la légèreté de la guitare est des plus efficaces : pour accentuer ce différentiel, la batterie a été enregistrée sur un tempo rapide puis ralentie au mixage.

Foals nous offre un 7e album de qualité avec quelques imperfections mais sans faux pas. Étonnement, les synthés et la basse sont omniprésents malgré les départs successifs des musiciens. A trois comme à cinq membres, Foals reste un groupe spectaculaire à écouter et à voir sur scène. On vous invite donc à découvrir cet album dansant qui rythmera votre été. Play it Loud, Foals Forever !

TRACKLIST:

Life Is Yours

Wake Me Up

2am

2001

(summer sky)

Flutter

Looking High

Under The Radar

Crest of the Wave

The Sound

Wild Green

LA NOTE DU RÉDACTEUR : 8/10

Ses morceaux favoris : Wake Me Up, Flutter, 2am, 2001

Les autres notes :
Fabien :  8,5/10. Des titres audacieux qui manquent de peu d’être parfaits.

No Comments

Post A Comment