10 Tracks to Echo in the Dark - The Kooks

The Kooks – 10 Tracks to Echo in the Dark

10 Tracks to Echo in the Dark est le 6ème album de The Kooks et tout ce dont on espérait d’un retour des Kooks. Petit plongée dans les 10 titres du disque.

Cela fait déjà plus de 15 ans que The Kooks squatte nos playlists (le coup de vieux, c’est cadeau). Depuis le bien-aimé Inside In/Inside Out et ses classiques poncés de bout en bout pendant toutes ces années, le groupe a parcouru bien du chemin, sans jamais connaître à nouveau pareil phénomène à la sortie d’un album. 10 Tracks to Echo in the Dark est le sixième album d’un groupe toujours à la recherche de nouveauté et de renouvellement et qui veut éviter l’écueil de la répétition insipide. A bien des égards, ce nouvel album remplit cet objectif et plus encore.

Il s’en est passé des choses depuis 2018 et la pop solaire et innocente de Let’s Go Sunshine . Entre la crise sanitaire mondiale et le Brexit outre-Manche, les perspectives des groupes britanniques ont forcément évolué. 10 Tracks to Echo in the Dark est donc la synthèse de deux ans tourmentés, sur le plan politique et des évolutions personnelles des membres du groupe. Première volonté du groupe, un « statement » politique : le disque a été en partie composé et enregistré à Berlin, comme une déclaration d’amour à l’Europe. Deuxième volonté : l’atmosphère résolument positive de l’album. Comme la lumière au bout du tunnel.

Du Britrock à écouter sous le parasol

Au delà de la voix identifiable entre mille de Luke Pritchard, on reconnait une chanson des Kooks à tous les coups. Il y a quelque chose de solaire, joueur, et upbeat dans toutes leurs chansons. Ce sixième album ne déroge pas à la règle. Il est spontané, simple, lumineux et réconfortant. Sans jamais nous faire tomber de notre chaise de surprise, on enchaîne les titres sans effort. De l’ouverture Connection, aérien et groovy grâce à l’association basse-batterie et son refrain entêtant, aux claviers joueurs de Jesse James, en passant par le funky Sailing on a Dream. The Kooks semblent avoir maîtriser la recette magique de leur rock indé, So British, mais sans chichi et évocateur de joie et de vacances ensoleillées.

Signe de la volonté de changement du groupe, l’album est sorti sous un autre format, avec 2 EP de 3 chansons précédant la sortie de l’album complet. De ce fait, de nombreuses tracks nous sont familières, et facilitent encore plus l’écoute des 10 titres. Le single Modern Days, sorti il y a plusieurs mois, relance d’ailleurs l’écoute sur la dernière partie du disque. L’enchainement se fait donc sans voir défiler les minutes, et on se retrouve à relancer Connection sans même trop réfléchir.

On connaissait déjà le penchant funk et groovy des Kooks, on découvre ici leur penchant pour les beats électro avec le titre Oasis et dans une moindre mesure 25. De la même façon, la balade guitare-voix Without a Doubt vient apporter une variation bienvenue, non sans rappeler Seaside. Les anglais ont également collaboré pour la première fois avec le duo allemand Milky Chance sur Beautiful World pour apporter une touche reggae inattendue. On ne va pas se mentir, les quelques influences décrites ici ne constituent pas pour autant un changement drastique à la direction artistique des Kooks, mais contribue au sentiment de fraîcheur de 10 Tracks To Echo in the Dark.

Un disque estival pour nous porter jusqu’à la tournée des 15 ans

Finalement, il est difficile de dire si ces 10 titres resteront dans les playlists best-of de cette année. L’album glisse entre nos oreilles et nous fait passer un moment bien agréable mais sans pour autant nous accrocher les neurones. Par contre, il convient parfaitement à la période estivale, et nous portera sans aucun doute jusqu’à cet hiver. On retrouvera alors le groupe pour la tournée des 15 ans de Inside In/Inside Out, reportée à début 2023.

Tracklist :

Connection
Cold Heart
Jesse James
Closer
Sailing on a Dream

Beautiful World
Modern Days
Oasis
25
Without A Doubt

La note de la rédactrice : 7,5/10


Ses morceaux favoris : Sailing on a Dream, Modern Days, 25

Les autres notes :

Augustin : 6/10. Un album un peu trop facile pour le talent des Kooks.
Brian : 6,5/10. Rien de nouveau sous le soleil, mais toujours aussi efficace.
Julie : 7/10. Toujours un plaisir d’écouter de nouveaux titres des Kooks. Efficace et solaire.
Fabien : 8/10. Un retour à la vibe Junk of The Heart gonflerait la note…

Tags:
No Comments

Post A Comment