The KVB – Of Desire

Le duo de choc formé par Kat Day et Nicholas Wood revient avec un quatrième album qui envoie du lourd.

The KVB

Ce n’est pas pour rien que The KVB, pourtant originaire de Southampton, a choisi de se relocaliser à Berlin. Leur son en est empreint ; hors des sentiers battus et de la tendance « guitares indés » du moment, la paire, qui est fan de la scène alternative berlinoise du début des années 80 et de ses synthétiseurs infernaux, préfère continuer de faire ce en quoi elle excelle- ce que certains appellent la “darkwave”.

La pochette de l’album, réalisée par Kat Day, donne le ton plutôt industriel et expérimental de l’album. Lorsqu’on démarre l’écoute le premier titre, White Walls, nos attentes sont confirmées et comblées. Cela rappelle presque un peu les Horrors !

La chanson suivante, Night Games, est plutôt agressive et sombre, comme la majorité de l’album ; on a l’impression de se retrouver dans une sorte de rave gothique à minuit pile à Berlin… ou au milieu d’un blizzard, c’est selon. Et c’est génial. Lower Depths et Silent Wave sont également des tueries. Juste après, nous avons droit à une jolie transition avec Primer, avant d’enchaîner avec la mélancolique Never Enough, où la guitare de Nicholas complète à merveille les synthés de Kat. Quant à la voix de ce dernier, elle n’est jamais accentuée, bien au contraire. En fait, elle semble faire partie du tout. Votre correspondante Soundofbrit aurait tout de même apprécié un peu plus d’entrain, même si en effet le genre n’est pas spécialement propice aux prouesses vocales.

Pourtant cela change avec le célèbre In Deep, où cette fois la voix de Nicholas Wood devient pratiquement sexy. Puis on surfe à nouveau sur la vague industrielle avec Awake. Le titre qui suit est un nom de code : V11393. En effet, la chanson est structurée comme une machine ! Du début à la fin, on a affaire à un mélange entre Kraftwerk et New Order, mais en plus obscur. C’est là que réside l’originalité de KVB, et malgré la nature extensive et expérimentale des chansons, on ne s’en lasse pas. Les derniers titres, Unknown, Mirrors et Second Encounter sont plus contemplatifs et une certaine lenteur peut être ressentie si l’on n’est pas habitué au genre. Malgré cela, Of Desire reste un très bon album et on ne peut que vous recommander d’aller voir les KVB en live !

TRACKLIST :

1. WHITE WALLS
2. NIGHT GAMES
3. LOWER DEPTHS
4. SILENT WAVE
5. PRIMER
6. NEVER ENOUGH
7. IN DEEP
8. AWAKE
9. V11393
10. UNKNOWN
11. MIRRORS
12. SECOND ENCOUNTER

 

Nos titres favoris : White Walls, Night Games, Never Enough, Awake

LA NOTE : 8/10

No Comments

Post A Comment