Jardin Sonore : Sting réchauffe l’atmosphère de Vitrolles

Quelques jours après qu’une infection virale ne le contraigne à annuler plusieurs de ses dates, et à en assurer certaines en acoustique, Sting est revenu plus fort que jamais.

C’est dans une ambiance de festival anglais, sous une pluie battante ayant un temps fait craindre l’annulation de la soirée, que le festival Jardin Sonore de Vitrolles invitait Sting ainsi que Wild Front & Clou. Une date délocalisée au stade municipal Jules Ladoumègue, tête d’affiche oblige, pour le festival qui se déroule en temps normal au Domaine de Fontblanche. En tout, 10’000 spectateurs auront fait le déplacement à Vitrolles pour l’Englishman, plus de trente ans après que la ville ne reçoive une autre légende de la musique britannique, Johnny Clegg.

Un concert en tête à tête avec Clou, et 10’000 autres spectateurs.

Peu de temps avant le début du festival, nous croisions sur le perron de la gare de Vitrolles un couple de fans de Sting, venu pour l’occasion de Normandie. “Quelques minutes après avoir acheté dans la précipitation nos billets nous avons vu qu’il jouait à Nantes, ce qui aurait été quand même plus simple” nous indique le mari, avant d’ajouter “pas grave nous irons à la plage“, en regardant avec lassitude la pluie tomber. Une ancienne prof de musicologie en Université, âgée de 70 ans et originaire de Tours, a aussi fait le déplacement. Ce soir ce sera la septième, peut être la hutième fois qu’elle voit Sting, elle ne se souvient plus vraiment. Mais toujours la même exaltation en voyant celui dont les musiques servaient à animer ses cours de musicologie – “entre les leçons sur Tchaïkovski ou Strauss, et rarement avec l’accord de mes directeurs” nous avoue t-elle en montant dans le bus.

Wild Front, tête de file de la nouvelle vague britannique

Le très prometteur groupe Wild Front, venu présenter quelques jours avant sa sortie son nouvel EP All the Things That I Cared For But Ignored.

Après une sympathique ouverture par l’artiste parisienne Clou, qui sortira bientôt un premier album prometteur, c’est au quatuor Wild Front de prendre possession de l’unique scène du festival. Face aux gigantesques gradins, montés pour l’occasion sur la pelouse du stade, le groupe que nous vous avions présenté il y a peu de temps venait tester une dernière fois les chansons de son nouvel EP, avant sa sortie le 2 août dernier. Un passage dans la cour des grands pour la formation, certes habituée depuis sa programmation à Glastonbury en 2017, qui enchaîne cette année les dates dans les plus grands festivals.
Le groupe aura fait mouche, face à un public pas forcément venu pour le voir mais fortement interessé par sa musique, dont les sonorités alternent constamment et avec un certain brio entre furie et intimité. Pour l’instant majoritairement programmé sur des festivals organisés à l’étranger, le groupe pourrait bien apparaître sur quelques affiches en France l’été prochain.

Sting, digne représentant d’une musique britannique de grande classe.

Une révérence au public, et place à la musique. Des artistes trans-générationnels, Sting est sans doute l’un des exemples les plus éloquents. A l’image du public, aussi hétérogène que les influences du natif de Wallsend. Pour cette soirée à guichets fermés, le stade Jules Ladoumègue accueillera tant des adolescents, à n’en pas douter interessés par cet artiste qui a su franchir les décennies avec un talent indiscutable, que des personnes plus âgées, qui ont pu grandir au rythme du chanteur et de ses projets. A l’écart de la foule, un homme regardant avec émotion l’artiste nous confie : “lorsque j’étais étudiant, j’ai dansé avec une amie sur une musique de The Police, depuis nous nous sommes mariés“.

De la pluie, et des vêtements trempés, il n’en restera finalement plus qu’un lointain souvenir après le passage de l’interprète de Heavy Clouds, No Rain. Certes fragilisé par une infection virale à la gorge contractée quelques jours auparavant, le forçant notamment à laisser quelques parties aux choristes comme sur le refrain Roxanne, l’artiste a délivré comme à l’accoutumée un concert de grande facture ne délaissant aucun de ses succès. Et pour cause, cette tournée intitulée My Songs est un cadeau fait aux fans de l’artiste, après ses expérimentations avec Shaggy. Finalement, Sting n’a pas besoin de collaborer avec Maitre Gims pour attirer les spectateurs les plus jeunes.

Sting @Jardin Sonore, Vitrolles, 27 juillet 2019.
1. Message in a Bottle
2. If I Ever Lose My Faith in You
3. Englishman in New-York
4. If You Love Somebody Set Them Free
5. Every Little Thing She Does Is Magic
6. Brand New Day
7. Seven Days
8. Fields of Gold
9. Waiting for the Break of Day
10. Shame of My Heart
11. Wrapped Around Your Finger
12. Walking on the Moon
13. So Lonely
14. Desert Rose
15. Roxanne
16. Every Breath You Take

17. King of Pain
18. Next to You
19. Fragile

Concerts Sting
 
Sting à Paris - 18 octobre 2019
 
Sting à Orléans - 19 octobre 2019
 
Sting à Lille - 20 octobre 2019
 
Sting à Floirac - 22 octobre 2019
 
Sting à Saint-Herblain - 23 octobre 2019
 
Sting à Lyon - 25 octobre 2019
 
Sting à Nice - 26 octobre 2019
 
Sting à Grenoble - 28 octobre 2019
No Comments

Post A Comment