Foo Fighters et Twenty One Pilots clôturent un Sziget 2019 mémorable

Ce 7ème et dernier jour du Sziget pouvait se vanter d’une affiche exceptionnelle. Un final superbe pour un festival qui l’a été tout autant.

Le Sziget frappe très fort avec ce septième jour de festival. Les 2 groupes américains Twenty One Pilots et Foo Fighters étaient en co-headline sur la Main Stage. Pour vous donner un ordre d’idée, le budget pour la Main Stage de ce dernier jour est égal à celui que le festival hongrois a dépensé pour l’ensemble des artistes présents sur la Main Stage en 2017. Rien que ça.

Autre invité de poids de ce 7ème jour, la pluie, qui est prévue sur Budapest et qui pourrait bien gâcher (un peu) la fête. Short et tee-shirt enfilés, nous pouvons nous diriger vers la Main Stage en espérant que les Dieux du Sziget nous épargnent d’un orage.

L’énorme surprise Frank Carter

Un orage, pourtant, il y en aura un dès 15h sur la grande scène avec la venue de Frank Carter et son groupe The Rattlesnakes. On savait la bande anglaise capable de produire des sets de fous mais celui-ci…

Après un morceau, Frank Carter quitte la scène pour rejoindre la foule, déjà furieusement chaude. Le chanteur pousse les photographes et court rejoindre différents fans présents aux barrières.

Sourires charmeurs, regard déterminé, le chanteur est rejoint par son guitariste dès le 3ème morceau avec Heartbreaker et cette fois c’est carrément la fosse qu’ils rejoignent et où ils se feront tous les deux porter par la foule. Déjà un grand moment, et surement pas le dernier. En effet, Frank Carter va délivrer un des (le ?) meilleurs concerts de cette 27ème édition du Sziget Festival. D’abord parce que musicalement, le groupe produit une performance très réussie. Le « meilleur ami » de Frank Carter : Dean Richardson à la guitare, enchaînera les riffs sautillants, parfois heavy alors que le chanteur lui maniera l’audience avec une aisance rare.

Comme lorsqu’il demande aux hommes d’aider les femmes à crowd surfer (se faire porter par la foule, ndlr) avec respect et bienveillance. Manière polie de condamner des attouchements, dont de nombreuses femmes sont victimes en festival. Des dizaines de femmes se font alors porter par la foule, et ressortent avec un énorme sourire, s’en suivra un moshpit 100% féminin qui nous foutrait presque la larme à l’oeil.

Parce que l’ensemble des demandes de Carter ont été respecté, que des sourires se figent sur l’ensemble de la foule et que cela change des comportements, souvent limites, que l’on peut croiser en festival. Bref, on a dû se lever tôt mais on ne regrette pas !

Johnny Marr, trop facile ?

On le savait, cette dernière journée allait être très chargée. C’est Johnny Marr, légendaire guitariste de The Smiths qui joue ensuite. Malheureusement, il impressionnera moins que son prédécesseur. Seuls les classiques This Charming Man et There Is A Light That Never Goes Out viendront sauver un concert plat. Plat aussi peut être parce que la carrière solo de Johnny Marr est assez pauvre et que son set s’en ressent avec 7 reprises sur 11 titres interprétés… Le mythique guitariste de Manchester pourra se rattraper dans une semaine avec un concert attendu à Rock en Seine.

Le Sziget a décidé de nous achever puisque le plus grand festival d’Europe a programmé les prometteurs Valeras en ouverture de l’A38. Un groupe que l’on suit et qu’on ne veut donc surtout pas rater. Et malgré une audience… absente (!), le quintet mixte de Reading va offrir un set déboussolant. Un rock indé puissant et dansant résonnera dans le gigantesque chapiteau. En témoigne la puissante Painkiller. Malgré une concurrence très rude en ce dernier jour, Valeras a le mérite d’avoir tout donner et d’avoir conquis les quelques dizaines de téméraires qui sont restés assister au set !

Et ce n’est pas pour rien que l’A38 est aussi vide. C’est tout simplement parce que le duo Twenty One Pilots a entamé son live sur la Main Stage alors qu’il n’est que : 18 heures… La fosse est remplie, à tel point que des volontaires doivent bloquer certains passages parce que “la zone n’est pas sécurisée” (dixit l’un d’eux, ndlr). Un bordel sans nom lié à la fanbase des 2 américains, venue en masse ce mardi.

Côté concert, pas grand chose à signaler, on retrouve exactement le même show que celui aperçu à Lollapalooza en juillet. On sent par ailleurs le groupe légèrement frustré d’être relayé au rang de co-headliner et de jouer à 18h. Un concert qui ravira donc les fans mais qui ne restera certainement pas dans les annales du Sziget.

Mindblowing Idles

Pour changer une dernière fois d’ambiance, direction la folie d’Idles, présente au Sziget pour la première fois. Et cela ne va pas rater, une tornade déboule sur l’A38 et va entraîner la foule dans une hystérie générale. Le groupe vient à la rencontre de son public, en leur faisant toucher leurs guitares par exemple. Mark Bowen arrive sur scène vêtu d’un sommaire caleçon. Sans répit, le set va bouleverser ce dernier jour par son énergie. Frank Carter, visible en backstage admire lui aussi un punk rock dingue. Quel concert !

Le Cirque du Sziget, l’une des plus belles scènes

Pour redescendre un peu en pression et passer à l’une des scène les plus intéressantes du Sziget, nous décidons de faire un tour au Cirque. Plusieurs spectacles par jour, des compagnies du monde entier viennent montrer leur talent aux festivaliers qui en redemandent. Nous décidons donc d’aller voir le Cirque Alfonse avec son spectacle Tabarnak.

Et comme à chacun de nos passages au Cirque, nous repartons bouche bée. Le spectacle mêle musique live, humour, mais aussi patins à roulettes, ou acrobaties aériennes à couper le souffle. Une heure d’un spectacle haletant, faisant passer du rire aux larmes ravit les centaines de festivaliers, qui offriront à la troupe une énorme ovation en fin de spectacle.

Les Foo Fighters, clôture de luxe

Avec ce détour, on rate donc le début du set de Foo Fighters, ça va, il nous reste 2 heures de set à admirer (oui, FF joue 2 heures 30 ce soir au Sziget). Dave Grohl et sa bande vont donc jouer des morceaux de toute leur discographie avec une mise en scène grandiose. La foule est encore une fois immense pour admirer ce dernier live sur la Main Stage.

Très bavard, l’ex batteur de Nirvana sera accompagnée par sa fille aux choeurs. Il invitera par ailleurs un homme en fauteuil roulant qui sera porté par la foule à le rejoindre sur scène ainsi qu’une femme, au premier rang, qui fera des bulles de savons tout le concert. Des moments uniques et savoureux qui résument l’esprit du Sziget. On aura aussi le droit à une version (très) longue de Best of You avant de terminer en beauté avec Everlong. Difficile d’en demander plus !

Photo: László Mudra http://www.mudralaszlo.hu – Rockstar Photographers

On terminera finalement ce Sziget 2019 avec les sets de Shake Shake Go et Sigala. Sous la pluie, mais dans le bonheur le plus total. Shake Shake Go délivrera un set sensuel devant une petite foule alors que Sigala parviendra à faire danser des milliers de festivaliers qui ne veulent pas s’arrêter. La folie du Sziget nous entraînera jusqu’au petit matin pour fêter avec l’ensemble de l’équipe francophone cette nouvelle édition.

Résumé le Sziget en un mot ? Fête

On terminera, comme on avait commencé, à l’apéro camping avec USX et sa superbe équipe pour danser et fêter encore ce Sziget. La 27ème édition du Sziget Festival se termine donc de la plus belle des manières. On aura passer une semaine incroyable sur l’Île de la Liberté. On vous donne rendez-vous dans quelques jours pour un report global de ce festival ainsi que les derniers chiffres. Si vous n’étiez pas à Budapest cette semaine, alors soyez là l’an prochain, vous ne le regretterez pas. Nous on y sera, en tout cas on l’espère. Merci pour tout, Sziget !

Concerts Shake Shake Go
 
Shake Shake Go à Fontaine - 26 septembre 2019
 
Shake Shake Go à Marseille - 28 septembre 2019
 
Shake Shake Go à Issoudun - 14 novembre 2019
1 Comment
  • flo.thebs
    Posted at 17:24h, 21 août Répondre

    Enfin un site qui résume parfaitement une journée de concert du sziget et qui ne s’arrête pas aux concerts de la main stage.
    Je vous suis à 200% sur la performance de Frank Carter qui fut sublime.

    C’est juste dommage que vous ayez raté la première demi-heure du concert des foo fighters car ils ont attaqué très très fort et j’ai trouvé ces 30 première minutes meilleurs que tout le reste du concert (excepté la fin bien évidemment).

    A l’année prochaine,

    Un breton

Post A Comment