Edito : accès aux PMR et à l’eau ; le compte n’y est pas pour tous les festivals français

Coup de gueule suite à cette saison 2022.

Nous voici donc en septembre, mois annonçant la fin des festivals. Cette année encore, Sound of Brit n’a pas chômé : Foul Weather, Nuits Sonores, We Love Green, Le Bon Air, Marsatac, Inversion, Festival de Nîmes, Hellfest, Delta, Eurockéennes de Belfort, Main Square, Jazz à Vienne, Nuits de Fourvière, Beauregard, Déferlantes, Musilac, Days Off, Lollapalooza, Motocultor, Route du Rock, Check in Party et bien sûr, dans cet ordre chronologique, Rock en Seine pour finir.

Précédemment, nous avions attiré votre attention sur les artistes britanniques qui étaient absents des festivals français, alors qu’ils étaient pourtant présents chez nos voisins. Mais ce sujet-là a bien peu d’importance si on le met en opposition avec celui de cet article. En effet, bon nombre de nos rédacteurs, rédactrices et photographes de Sound of Brit ont pu remarquer des manquements sur deux points qui ne sont pourtant pas des moindres : l’accès à l’eau potable, mais surtout l’accès aux personnes à mobilité réduite.

L’eau, c’est de l’eau

2018. Lollapalooza Paris épisode 2 propose une superbe programmation, mais également de l’eau non-potable. Or, ce petit détail n’était pas toujours mentionné à côté des robinets. Les témoignages furent nombreux : gastro-entérites, maux de ventre, vomissements, fièvre…

2022. De l’eau a coulé sous les ponts depuis, avec en prime des températures qui ne cessent de grimper année après année. Avant chaque grand événement, les médias ne cessent d’évoquer les fortes chaleurs à venir : il faudra boire beaucoup, beaucoup d’eau. Les festivals sont donc prévenus !

Oui… Mais non. Les festivaliers auront pu se désoler de voir que certains n’ont pas répondu présent : points d’eau bien trop rares, queues interminables (record d’une queue de 50 personnes pour un seul robinet, qui dit mieux ?), écriteaux « eau non-potable » trop discrets… On marche sur la tête !

Ne partons pas dans une paranoïa selon laquelle l’objectif serait de vendre des bouteilles d’eau. L’accès à l’eau peut certes être difficile à mettre en place, mais pas impossible. Alors oui, celui-ci coûte de l’argent à réaliser, mais quand même… Si l’on va au bar, le verre d’eau doit être donné gratuitement !

Pour conclure sur ce point, que dire des « fontaines à eau » où des personnes sont payées pour vous remplir votre verre ou bouteille… Obligation donc d’avoir un récipient ! Mais surtout, quel étonnement peut-on rencontrer lorsque ces fontaines sont fermées avant même que le festival ne soit terminé !

Personnes à mobilité (encore plus) réduite

Bon, on a un peu rigolé avec l’eau potable, mais trêve de plaisanterie désormais. Bien que cela ne devrait plus être à préciser en 2022, il semblerait que cela soit tout de même inévitable : les personnes en situation de handicap ont leur place au sein de nos festivals.

Oui mais voilà. Les dispositifs mis en place par bon nombre de festivals sont insuffisants, voire inexistants. Il ne suffit pas de proposer une petite estrade à des dizaines de mètres de la scène, permettant également de se donner bonne conscience et de faire de belles stories sur les réseaux.

Mais surtout. Le handicap, ça n’est pas que le fauteuil roulant. Ca peut être bête dit comme ça, mais nombreux sont ceux pour qui ce petit rappel ne fera pas de mal. Le handicap peut certes être visible, mais aussi invisible. Et cela est à savoir afin d’accueillir au mieux chacun comme il est.

Pas tous dans le même panier… Mais tous dans le même bateau

Alors oui, chez Sound of Brit on aime bien râler quand même. De la parité femme/homme en passant par le soutien aux disquaires ou encore les concerts trop rapides, autant dire que l’on n’épargne personne. Mais critiquer, c’est bien beau : encore faut-il proposer des solutions.

Par ces quelques mots, l’objectif est simple : que les festivals à la hauteur de ces enjeux puissent partager leurs pratiques afin que les plus retardataires en prennent de la graine. Certes, certains événements noircissent le tableau, mais ça n’est pas le cas de tous !

Une fois encore, comment ne pas citer les Eurockéennes de Belfort qui sont une référence pour l’accès aux personnes à mobilité réduite, et n’a et ne sera jamais à court d’eau (surtout cette année, oups on n’avait dit qu’on arrêtait avec les blagues, pardon, mais vraiment ils assurent pour ça !)

Pour ce qui est de l’eau, chaque festival a ses propres particularités techniques organisationnelles. Nous ne sommes là personne pour demander bêtement aux organisateurs de mettre plus de robinets, mais nous sommes prêts à parier que l’été 2023 risque d’être bien chaud. A bon entendeur…

Concernant l’accueil des PMR, quelques superbes initiatives en vrac observées en festivals : de véritables plateformes hautes, des bénévoles spécialisés dans l’accueil, des traducteurs des artistes pour les personnes malentendantes, de la sensibilisation (stand dédié, commande en LSF…)

Public et Ambiance @ Musilac

Enfin, après avoir tant fait appel aux festivals, impossible de ne pas conclure sans parler directement à vous les festivaliers. A vous (et nous) de respecter les points d’eau potables présents et d’en demander d’autres (par le biais des enquêtes de satisfaction par exemple) et de se rendre disponible lorsque l’on rencontre une personne en situation de handicap ou même qui ne semble pas l’être mais qui est dans le besoin lors des événements.

No Comments

Post A Comment