Aquilo – Silhouettes

Vendredi dernier a été marqué par la publication de Silhouettes, premier album studio d’Aquilo composé de 14 pistes et qui fait suite à trois EP fort prometteurs! Attendu de tous, ils décrivent cet effort comme tel: « ce disque est une sorte de documentaire relatant les expériences personnelles que nous avons vécu, et que nous sommes actuellement en train de vivre ». Ben Fletcher et Tom Higham nous dévoilent donc un premier album retraçant leur histoire depuis leur rencontre, le tout autour d’une thématique commune, l’amour.

En prémices de cet opus, le binôme nous a présenté un merveilleux court-métrage en trois parties sous le nom de Silhouettes Trilogy que nous vous avions introduit juste ici. D’autre part, en novembre dernier, ils inauguraient The Isle Sessions, mini série documentaire consacrée aux jeunes talents made-in-UK en passe de devenir des poids lourds de l’industrie musicale britannique. Ainsi, le binôme n’a cessé de faire l’actualité de ces dernières semaines, et ce pour notre plus grand plaisir!

Ce fameux disque débute avec une mise en bouche succulente au nom de Silhouette qui nous plonge instantanément dans l’univers onirique et lancinant du talentueux duo. S’en suit Blindside qu’on avait pu découvrir dans sa version live courant décembre et qui ne manque pas de nous faire rentrer au coeur de leur sujet de prédilection, les tumultueuses relations amoureuses. Sur Human on retrouve la patte de SOHN, divin producteur qui nous a offert un bijou il y a deux semaines intitulé Rennen. Ce titre qui s’était également vu remixé par Marian Hill – qu’on retrouve aujourd’hui dans la publicité des AirPods d’Apple – prend une tournure organique fort plaisante. Never Hurt Again lui s’affaire à nous offrir une version « positive » des relations amoureuses avec un tempo davantage marqué, presque R&B.

Cinquième chanson, Almost Over se pare d’une dimension orchestrale qui nous fait entrer dans un paysage sonore presque cinématographique digne des bandes originales des plus grands films dramatico-romantiques! On enchaîne avec le devenu classique You Won’t Know Where You Stand tout aussi somptueux que son successeur, I Gave It All. Ce dernier nous surprend à chaque écoute par sa grâce naturelle portée par la voix d’ange de Tom: sans aucun doute notre titre favori de l’ensemble de leur discographie! Ensuite, composée premièrement en tant qu’interlude puis retravaillée par la suite, All I Ever Wanted nous invite au voyage tout au long de ses 2 minutes et 30 secondes.

On attaque la deuxième moitié de l’album avec l’enivrant Sorry et son envolée lyrique qui nous donne la chair de poule. Et on poursuit ensuite avec Complication, écrit quelques jours avant leur emménagement dans la capitale anglaise. Ils expliquent: « Nous avions ce  que nous n’étions pas le bon genre de personne pour vivre dans cette ville, Londres. Cela peut être facile de se sentir comme perdu et pas à sa place là-bas, notamment quand on vient de la campagne anglaise… Cette chanson dépeint parfaitement ce sentiment ». Ce titre dénote par son groove haletant qui nous donne instantanément envie de nous déhancher! Never Seen You Get So Low revient elle sur un rythme plus commun: la ballade nous permet de relativiser sur nos vies, en nous indiquant qu’il faut toujours voir les choses positives en premier pour avancer. On s’affaire ensuite au tiercé final avec deux majestueux inédits, l’intimiste Low Light et le jazzy Always Done What You Say. Pour conclure, le binôme propose Waiting aux harmonies vocales somptueuses, comme si nous achevions l’écoute de ce sublime projet par un titre nous invitant à patienter avant le prochain.

Ainsi, à travers ce premier opus, le tandem est parvenu à combler notre insatiable curiosité en nous présentant une pop aérienne envoûtante, chargée en émotion et pleine de sincérité. En bref, Aquilo est un groupe qui a du talent à revendre et possède une douceur à fleur de peau bien plaisante. Leur musique est empreinte d’un storytelling savamment travaillé qui leur permet d’éviter de tomber dans une certaine niaiserie. On pourrait trouver que leur premier album est un tantinet répétitif, mais on se laisse agréablement porter d’une piste à une autre, dans une ambiance mélancolique et onirique. Ils ont créé leur propre univers et souhaitent logiquement rester fidèle à celui-ci. Entre ballades aériennes, pianos-voix, ou encore électro-pop downtempo, on oscille entre diverses émotions et ambiances où leur richesse mélodique surpasse leur juvénilité.

Pour résumer, ils ont largement réussit leur premier tir avec une dream pop lancinante et soignée qui se savoure à n’importe quel moment de la journée. En effet, la musique qui a la capacité de figer tout ce qu’il se passe autour de soi et d’ouvrir notre esprit grand ouvert est rare, et on est en perpétuelle recherche de cette sensation tant plaisante. Silhouettes est un album qui nous procure ce sentiment de bien-être, de satisfaction, d’évasion. En soi, cet opus est une jolie démonstration de leur incommensurable talent!

Tracklisting :

1. Silhouette

2. Blindside

3. Human

4. Never Hurt Again

5. Almost Over

6. You Won’t Know Where You Stand

7. I Gave It All

8. All I Ever Wanted

9. Sorry

10. Complication

11. Never Seen You Get So Low

12. Low Light

13. Always Done What You Say

14. Waiting

 

Nos morceaux favoris: Sorry, Silhouette, Almost Over, I Gave It All

LA NOTE: 9,5/10

 

Concerts Sohn
 
Sohn à Lausanne - 11 novembre 2017
No Comments

Post A Comment