The Vaccines : Une ‘Post Break-up Sex’ à Paris

The Vaccines marquait son retour en France pour un concert unique.

 

The Vaccines au Bataclan, le 26 avril 2013

The Vaccines au Bataclan, le 26 avril 2013

 

 

 

Voilà bien l’exemple type d’un groupe qui n’a pas besoin de récompenses ou de tapis rouges pour faire partie de ce qui se fait de mieux en matière de rock britannique. Chez les Vaccines, l’ambiance est teintée de revival, il suffit de tendre l’oreille sur la playlist jouée en amont du show, bourrée de références sixties et notamment des Kinks, donc les Vaccines sont des héritiers tout tracés… Si tant est qu’il y ait besoin de parler d’héritage. Car en mixant autant le chic romantique de Blur a la verve électrique d’Oasis, en marchant sur les traces de Kaiser Chiefs, The Vaccines s’est plutôt imposé comme un groupe dans l’air du temps qui ne fait que prolonger le plaisir du rock briton comme on l’aime.

 

Et quel plaisir que ce soir au Bataclan. “Vous les parisiens, vous avez la réputation d’être nonchalant et pas très cool” lâche au milieu du set Justin Young, le frontman, “mais  en fait vous êtes juste fun ce soir”. Il y a une once de vérité là-dedans, car le public parisien, excepté les habituels fans des 5-6 premiers rangs, aura du mal à se chauffer correctement. Ce n’est pas comme si avec “No Hope” en guise d’intro, ou les tubes “Wreckin’ Bar” ou “A lack of Understanding”, les londoniens n’ont pas mis la barre haute.

 

Véritable machine à tube – on en veut pour preuve un excellent second opus – les 4 garçons dans le vent ont décidé de passer la seconde en lâchant les fauves, entendez par là les hymnes du groupe, “Teenage Icon” (Come of Age) et “Post Break-up Sex” (What Did You Expect From The Vaccines) en l’espace de dix minutes. Bien joué, le public parisien a enfin compris qu’il pouvait rentrer à l’unisson dans la danse. Quelques mois plus tôt au festival Les Inrocks, le public, certes plus juvénile, se déhanchait déjà bien sauvagement devant les coups de gratte savamment orchestrés.

 

Retrouvez le concert en images

 

La suite n’est qu’un jeu, entre riffs que l’on aurait aimé encore plus relâchés et mélodies britpop. Du côté de Young, on a même sorti la guitare sèche pour la funky “Melody Calling”, un tout nouveau morceau. “Aftershave Ocean”, “Ghost Town” ou encore le parfait combo “I Always Knew” et “If You Wanna” parachèveront le spectacle, avant le rappel. Dans celui-ci, très court et marqué par un énième tube (“Bad Mood”), les Vaccines profitent, ne contrôlent plus les décibels et voilà que le public en redemande. 1h15 de show passée à la vitesse de l’éclair montreront les limites d’un groupe qui sans nul doute fera encore parler. Et vu comme ça, nous n’étions pas peu fier d’être partenaire de ce concert. Alors, assurez-vous de retrouver les joyeux Vaccines d’ici peu…

 

VAccines19

 

 

Setlist

 

No Hope

Wreckin’ Bar (Ra Ra Ra)

Tiger Blood

A Lack of Understanding

Wetsuit

Teenage Icon

Under Your Thumb

All in Vain

Post Break-Up Sex

All in White

Melody Calling

(New Song)

Aftershave Ocean

Ghost Town

Wolf Pack

Blow It Up

I Always Knew

If You Wanna

Family Friend

 

 

Whole Wide World  (The Monkees cover)

Bad Mood

Nørgaard

No Comments

Post A Comment