Villagers à la Cigale

Villagers monte à la capitale et pose ses bagages à la Cigale pour un concert dansant et plein d’émotion.

 

villagers_image

22 mai: jour de la sainte Rita, sainte patronne des causes désespérées, mais qui ne fera rien pour améliorer le temps d’apocalypse qui s’abat sur Paris en cette fin de printemps. Pour trouver de la chaleur ce soir il faudra aller du côté de Pigalle. Rien à voir pour autant avec les activités nocturnes habituelles du boulevard de Rochechouard : ce soir l’excitation sera contenue toute entière dans les murs la Cigale. En effet c’est la salle retenue par Villagers pour leur date parisienne, salle que les irlandais connaissent bien pour y avoir déjà joué en 2010.

 

Le set commence dans une salle frétillante d’impatience: on sent que le groupe est attendu. Conor O’Brien le chanteur de Villagers entre en scène. Son allure frêle et ses doux yeux tombants sont contrebalancés par une voix d’une puissance étonnante, tantôt fracassante tantôt susurrante. Il entonne les premières notes de “Memoir” à la guitare, accompagné uniquement de son claviériste. Le ton est donné : cette soirée sera clairement intimiste.

Le reste du groupe entre en scène pour la suite du set. Loin de rompre le charme de l’intimité, les musiciens déroulent leur swing , et ajoutent de l’ampleur à l’émotion déjà installée. “Passing  A Message” réveille le public parisien, on se dandine timidement, certains font état de leurs meilleurs pas de danse,on tape des mains: l’ambiance est définitivement posée et le groupe le sent bien. Le chanteur se lâche, ses musiciens aussi, les outros prennent une dimension grandiose, soutenus par la voix exceptionnelle de Conor.

On flotte dans une ambiance parfois survoltée (“Ship Of Promises”), parfois plus calme, installant une émotion planante dans la salle (“Home”, “Twenty Seven Strangers”).

Arrive ensuite “The Waves” chanson extraite du dernier album du groupe Awayland. Le titre se déploie dans un crescendo puissant: les paroles « approaching the shore » assénées par Conor, répétées en boucle, envahissent la salle comme un tsunami poussé par les guitares et  la batterie: le point d’orgue du concert est atteint.

L’ambiance est à son comble, Conor chauffe la salle, et s’enquiert d’un “how you guys doing?”: on ne peut qu’aller bien tant le spectacle offert ce soir est réjouissant.

Le groupe enchaîne avec “Nothing Arrived”, titre visiblement très attendu par les fans, puis “Earthly Pleasure” dernière chanson avant le rappel, interprétée avec brio, et dont le rythme saccadé réchauffe un peu plus l’assemblée. Le public semble ravi, et après quelques minutes d’applaudissements, il se voit offrir un rappel de 4 titres.

 

Conor O’Brien réapparaît d’abord seul sur scène, avec pour seul accompagnement sa guitare et dans un silence de cathédrale, il amorce les premiers accords de “Cecilia And Her Selfhood”. La salle se délecte des paroles de cette chanson au texte empreint d’un humour subtil (“Where Cecilia used to stand, but her sister looks different, please tell me boys, if you can, is that a smile on her face? Is that a hammer in her hand?”).

Le rappel se poursuit avec “In A Newfound Land You Are Free” accompagné par son claviériste Cormac Curran. L’émotion est à son comble avec ce titre d’une douceur appréciable.

Le groupe termine le concert par son titre phare “Becoming A Jackal” dont le rythme et le phrasé rappelle la plume de Simon & Garfunkel. C’est dans une ambiance légère que s’achève le set d’1h30, le groupe quitte la scène couvert d’applaudissements.

*suite à un souci technique, nous n’avons malheureusement pas de photos du concert à vous proposer.

 

Setlist:

Memoir

Ship of Promises

Passing A Message

That Day

Home

Set The Tigers Free

The Pact (I’ll be your fever)

Twenty Seven Strangers

Judgement Call

My Lighthouse

The Waves

Nothing Arrived

Earthly Pleasure

Rappel

Cecilia and her Shelfhood

In a Newfound Land You Are Free

The Meaning Of the Ritual

Becoming a Jackal

 

Villagers poursuit sa tournée en France:

  • Clermont Ferrand, Coopérative de Mai le 24 mai
  • Laval, festival Les 3 Éléphants le 25 mai
  • Cluses, festival Musique en Stock le 5 juillet
No Comments

Post A Comment