Passenger – All The Little Lights

Passenger nous convie avec All The Little Lights à un pur voyage folk à la beauté inestimable. A ne pas manquer !

 

passenger artwork

 

Du premier titre “Things That Stop You Dreaming” à l’ultime piste “Feather On The Clyde” (on exceptera volontairement la version live de l’amusant et non moins réaliste “I Hate”), All The Little Lights est un magnifique voyage aérien au son de l’indie folk de Mike Rosenberg, la somptueuse voix de Passenger.

 

Avec quatre albums au compteur et une solide fanbase, Mike Rosenberg savoure le goût du succès sans ne cesser de tourner, lui l’itinérant nomade amoureux de la vie et de ces liens et histoires si particuliers qu’il raconte dans ses chansons. All The Little Lights est définitivement un album écrit à hauteur d’homme, un fabuleux coup de cœur dont on ne se remet pas de suite. Dans ses bagages, l’anglais de Brighton nous emmène dans sa vie, ses expériences, en se racontant aussi bien qu’il n’écrit sur ses interlocuteurs. Migrant en Australie pour écrire et enregistrer son nouvel opus au côté de musiciens – qui lui ont sublimé ses mélodies, ne nous en cachons pas – Mike Rosenberg a puisé dans la vie (“Life for the Living”) comme ses souvenirs de jeunesse (“All The Little Lights”) pour livrer de superbes compositions que le chanteur-compositeur transcende en acoustique en live (et sur une version limité de l’opus où quelques titres ont été enregistrés avec sa seule voix au côté d’une guitare).

 

 

On ferme ses yeux, on savoure, ne calculant plus le temps. All The Little Lights est court, magnifique mais court. Mais rarement le plaisir aura été aussi jouissif qu’apaisant. Allongé sur l’herbe au vent réchauffant de “Circles”, ou au fond d’un pick-up à l’état sauvage pour “Keep on Walking”. Si “All The Little Lights” est profondément mélancolique, voire déprimant, il y a cette beauté viscérale, caline (“Holes”), romantique (“Patient Love”) et bien sûr tubesque, parce qu’on ne passait sous silence le génial tube “Let Her Go” qui résume assez bien l’accessibilité des titres de Passenger, et la beauté intrinsèque des textes à la richesse précieuse.

 

LA NOTE : 9 / 10

 

 

On retrouvera très prochainement Passenger au Rock Werchter le dimanche 7 juillet, avant de croiser à nouveau sa route à Paris le 18 novembre (Bataclan, places en vente dès le 14 juin). Un showman qu’il ne faudra manquer sous aucun prétexte !

 

Revivez le dernier concert parisien de Passenger au Trabendo

No Comments

Post A Comment