Review : Ben Howard – I Forget Where We Were

On valide totalement le nouvel album de Ben Howard. Tout comme la pochette, il est sombre et à première vue, il n’y a aucun tube qui en ressort mais juste des pépites qui permettent à l’artiste de confirmer qu’il a un talent et ne manque pas d’idées.

 

benhoward

 

Vous souvenez vous de Ben Howard ? Ce jeune chanteur qui avait conquis un large public avec son album Every Kingdom, en 2011. Aujourd’hui, il est de retour et tout comme nous, il ne s’est pas oublié en livrant un album digne de ce qu’il est capable de faire : une musique folk douce et poignante.

Le premier titre fait débuter doucement l’album et révèle déjà le bon contenu de ce dernier mais on se prend véritablement deux premières claques au deuxième et au quatrième titres. D’abord, il y a ce Rivers In Your Mouth, un titre rythmé et dynamique (comparé au reste de l’album seulement) qui prend de l’ampleur à la fin avec quelques légères notes de guitare puis il y a la quatrième piste, intitulée In Dreams. Elle démarre par une introduction mélodique à la guitare qui se confond ensuite avec sa voix et des petites percussions en arrière plan. Cette guitare mélodique ne nous quittera pas du titre mais ensuite on retrouve des instruments à cordes subtils et légers. Alors oui, le titre ne décolle jamais et reste linéaire mais cette accumulation d’instruments ainsi que la voix de Ben Howard rendent le titre magnifique.

 

 

L’anglais possède un style poétique et délicat qui fonctionne, preuve en est avec ce I Forget Where We Were. Ici, il expérimente un peu plus que sur Every Kingdom mais n’oublie pas son don pour les douces mélodies qui ont fait craquer beaucoup de monde sur son premier album. Le seul bémol de l’album est She Treats Me Well : ce n’est pas le plus long de l’album mais l’air répétitif qu’il a, le fait ressentir comme tel.

L’artiste prend son temps, comme sur End Of The Affair, un titre de presque huit minutes, qui nous permet de profiter de la musique et de ses détails délivrés par Ben Howard. Ce même phénomène se produit sur Time Is Dancing (6 minutes 49) où l’on profite de cette musique longue mais si délicieuse.

 

 

Mélancolique, Ben Howard propose des titres très bons mais tout aussi tristes tels que I Forget Where We Were ou bien Conrad, une autre piste longue qui cache une ambiance folk envoûtante. Elle figure en tant qu’avant dernière piste et s’en suit donc All Is Now Harmed, qui “résume” l’album complet. La boucle est bouclée.

Tout en restant lui-même, Ben Howard a approfondi son écriture et rend l’album encore plus recherché que le précédent. Avec ce I Forget Where We Were planant et dense, Ben Howard confirme les espoirs placés en lui depuis plusieurs années et se fait une place de plus en plus importante dans le monde de la folk.

Tracklist :

Small Things
Rivers In Your Mouth
I Forget Where We Were
In Dreams
She Treats Me Well
Time Is Dancing
Evergreen
End Of The Affair
Conrad
All Is Now Harmed

1 Comment
  • Michael
    Posted at 11:08h, 21 octobre Répondre

    Sympa ta critique 🙂
    J’ai aussi un site de découvertes musicales, et je parle d’un des derniers titres de Ben Howard aussi, avant la sortie de cet album
    Album que je vais m’empresser d’écouter au vue de ta critique !
    Merci

Post A Comment