On y était – Gruff Rhys au Point Éphémère

Gruff Rhys était de passage à Paris lors de la onzième soirée BimBamBoum afin de présenter son nouveau projet, American Interior, qui prend la forme d’un album, d’un film, d’un livre et même d’une application pour téléphone. C’est donc après avoir visionné un court documentaire venu tout droit des années 70 que nous avons eu la chance de découvrir cet album en live.

1-IMG_1119

Cela a beau faire 10 jours maintenant que Gruff Rhys a donné son concert au Point Éphémère devant une salle très enthousiaste, impossible d’oublier le show de l’artiste gallois. Impossible, tant le spectacle de l’ancien membre des Super Fury Animals était unique en son genre, nous permettant de suivre, au fil des chansons, l’histoire tragique de John Evans, son compatriote explorateur du 18e siècle qui s’est mis en route vers le Nouveau Monde afin de découvrir si les rumeurs selon lesquelles certains Amérindiens étaient d’origine galloise étaient fondées, ou non.

Le ton est très vite donné lorsque Rhys monte sur scène, bonnet tête de loup vissé sur le crâne, gilet de sauvetage sur le dos et pancarte à la main, pour nous expliquer quelques consignes de sécurité et lancer un documentaire, avant de disparaître à nouveau pendant de longues minutes: ce soir n’aura pas lieu un concert comme les autres. C’est donc dans un silence presque religieux que l’on découvre l’histoire du prince Madog, un noble Gallois qui aurait découvert l’Amérique près de 300 ans avant Christophe Colomb. La véracité de cette histoire et l’existence même de ce personnage sont discutées, mais semblaient suffisamment probables au 18e siècle pour qu’un autre Gallois du nom de John Evans, décide de partir sur ses traces.

Lorsque Gruff Rhys revient enfin sur scène, il est accueilli par les chaleureux applaudissements du public, bien que légèrement perplexe suite à cet étrange documentaire. Mais la musique reprendra très vite le dessus puisque l’on aura alors la chance d’entre American Interior, le quatrième album du Gallois, quasiment dans son intégralité. Celui-ci nous relatera ainsi chronologiquement la courte vie de John Evans, de son départ vers les États-Unis en 1795 jusqu’à sa mort, 4 ans plus tard, à la Nouvelle-Orléans. Encore une fois, pas question d’assister à un concert traditionnel, mais à un véritable spectacle. Jonglant entre guitare acoustique, harmonica, clavier, vinyles et même métronome, Gruff Rhys nous livre ainsi un véritable cours d’histoire tantôt en anglais, tantôt en gaélique (comme pour Allweddellau Allweddol), tel un professeur un peu fou qui sait toujours exactement comment capter et conserver toute l’attention de ses élèves. Car entre chaque titre, Rhys, avec un humour presque pince sans rire, nous en dit un peu plus sur cet étrange personnage, illustrant ses propos évidemment grâce à la musique, mais aussi grâce au Powerpoint réalisé pour l’occasion, mêlant textes (en français s’il-vous-plait), cartes et photos nous permettant de mieux visualiser le voyage de l’explorateur. Un explorateur revenu d’entre les morts grâce à Gruff Rhys et à l’aide ses amis et qui peuple de nombreux clichés. Ce dernier nous fera d’ailleurs l’honneur de nous rejoindre en fil et en tissu sous la forme d’une poupée que le musicien nous encouragera à applaudir en brandissant des panneaux comme “Clap!” et “Louder!“.

Une fois l’aventure extraordinaire de John Evans terminée, Gruff Rhys revient sur scène, son chapeau de loup toujours sur la tête, pour interpréter des morceaux issus de ses précédents albums, lançant en plaisantant que le concert allait désormais vraiment commencer. Nous aurons alors droit à quatre titres supplémentaires dont Sensations in the Dark et Candylion qui sera accueilli particulièrement chaleureusement par le public qui échange alors quelques mots avec l’artiste. Lorsque finalement le concert touche à sa fin, Rhys dépose un autre de ses panneaux portant cette fois-ci les mots “The End” près de John Evans, assis toujours très sagement sur une chaise.

Les lumières se rallument alors et les visages ravis des spectateurs apparaissent, preuves multiples que le Gallois a une nouvelle fois réussi à charmer son auditoire. Car c’est avec beaucoup d’humour et de poésie que Gruff Rhys nous a conté les aventures, parfois absurdes, de cette figure historique méconnue du grand public, nous offrant ainsi un concert à la hauteur du périple de cet explorateur.

Pour revivre ce concert en image, vous pouvez retrouver nos photos du concert ici.

1-IMG_1323

No Comments

Post A Comment