[UK Live] The Who à Cardiff, entre rêve et réalité

La légende vivante qu’est The Who se produisait au Motorpoint Arena de Cardiff le 15 décembre dernier à l’occasion de leur tournée nationale – avant la grande tournée mondiale 2015 – qui célèbre les cinquante ans des princes mods.

 

1506820_403332926490794_4690820079482676575_n

 

Le 4 juillet dernier au petit matin était mis en vente les places pour la tournée hivernale de The Who au Royaume-Uni. Ne les ayant jamais vu, j’ai sauté sur l’occasion pour tenter d’avoir une place à Londres, cité dans laquelle je vis actuellement. Malheureusement en quelques secondes il ne restait plus rien ! Je tente aussitôt Manchester… sold out ! J’ai finalement réussi à attraper une place pour Cardiff, capitale galloise. Ouf c’était moins une !
C’est alors que six mois plus tard, en ce 15 décembre, je prenais le train direction l’Ouest où le soleil avait décidé de m’accompagner. Ayant une place numérotée en gradin – j’ai pris ce qu’il restait – je ne me précipite pas et j’en profite pour faire un tour dans Cardiff. Je n’arrive finalement qu’à 18h20 devant le Motorpoint Arena ; l’ouverture des portes étant prévue pour 18h30. Là, une petite ligne commence à se former mais rien d’extraordinaire ; les Britanniques n’arrivant qu’à la dernière minute – et ils ont bien compris qu’il était complètement stupide d’arriver des heures à l’avance et poiroter dans le froid ! Je profite pour analyser la situation. J’étais quasiment la seule fille et surtout la plus jeune !
Les portes s’ouvrent à l’heure et personne ne contrôle le fait qu’on prenne bien sa place dans les gradins ou dans la fosse. Voyant qu’il y avait quasiment personne dans la fosse, je décide d’y descendre et de trouver une plutôt bonne place sur la gauche au deuxième rang.

Alors que la salle se remplie tout doucement, le groupe assurant la première partie monte sur scène vers 19h30. L’écran géant installé en arrière-scène nous indique qu’il s’agit de Slydigs. Pendant trois bons quarts d’heure, ce jeune quatuor originaire de Warrington dans le nord-ouest de l’Angleterre libère une énergie rock’n’roll avec une aisance bien visible. Leur prestation très honorable reste dans la pure tradition des Who, des Kinks, avec un petit côté punk qui pimenter le tout. La relève est assurée.

Vient ensuite une pause d’une demi-heure environ, le temps que les roadies des Who fassent leurs derniers réglages ; la salle de 7,500 places est désormais complètement pleine. Puis la musique de fond s’arrête, le dragon rouge gallois apparaît sur l’écran et c’est alors que The Who arrivent sur scène, Roger Daltrey en tête avec sa tasse de thé à la main. Le public applaudi et le visage des fans s’illumine mais aucun débordement n’est a signalé, chacun reste sagement à sa place ce qui m’étonne un peu.
Les musiciens sont au nombre de sept. Zak Starkey à la batterie, Pino Palladino qui a remplacé John Entwistle à la basse à la mort de ce dernier ; Simon Townshend, frère du célèbre guitariste, occupera quant à lui le poste des guitares rythmiques et des choeurs. A l’arrière, Loren Gold et Frank Simes assureront les claviers, percussion, guimbarde, banjo et les chœurs. Puis les deux seuls rescapés des Who originels ; le frontman Roger Daltrey et le légendaire guitariste Pete Townshend.

Mais on ne rentre pas dans le vif du sujet tout de suite. Chacun prend tranquillement sa place derrière son instrument et Roger Daltrey s’adresse au public. Et c’est à ce moment précis que nous comprenons très vite pourquoi Daltrey se balade sur scène avec sa tasse de thé… il a attrapé la crève et commence à perdre doucement mais sûrement sa voix !
Et puis ça commence enfin ! Avec les classiques I Can’t Explain puis Substitute. Roger Daltrey s’approchera régulièrement sur le bord de la scène pour réveiller les foules, du moins essayer. Cela fonctionnera un cours instant et de façon relativement modérée avec Who Are You. The Kids Are Alright permet la diffusion des images du film Quadrophenia sur l’écran géant qui projettera pendant deux heures de beaux artworks ce qui donnera un peu de vie à ce spectacle. La setlist continue de se dérouler sans encombre à part la voix de Daltrey qui fait de plus en plus des siennes et un public qui semble complètement s’endormir. Puis My Generation arrive !!! Alors là je me suis dit que tout le monde allait se réveiller d’un coup, enfin, que j’avais plutôt intérêt de me méfier car où j’étais placé et vu ma carrure entre les gros loulous je risquais de voler… MAIS QUE NENNI !!!! J’aurais pu prendre une tasse de thé tranquillement sans en renverser une seule goutte ! Et je n’exagère malheureusement pas du tout. A part le jeune lad devant moi qui était déchaîné, le reste du public avait les bras croisés, dandinant tout juste de la tête. J’étais sous le choc !
Les gros temps morts entre chaque morceau n’aidant évidemment pas à faire remuer le public. Peter Townshend profite de ces blancs pour déconner avec le public ce qui permet à Daltrey de reposer un peu sa voix. Pendant tout le concert, l’on pourra voir la grande complicité liant les deux hommes qui n’hésitent pas à se charrier régulièrement ! Notamment sur l’intro de You Better You Bet où Townshend galère avec l’IPad !
Behind Blue Eyes marque la mi-spectacle et sera l’une des meilleures parties du concert où le groupe réussit à faire passer de l’émotion et où la magie opérera sur le public qui tentera d’ailleurs de chantonner un peu.

Quant à l’attitude des musiciens sur la scène ; Daltrey est nettement moins agile pour tenter des pirouettes avec son micro que dans les décennies antérieures ! Townshend est toujours au top de sa forme et réussira des moulinettes parfaites dont il en est le grand maître. On est régulièrement fasse à deux gentils papys à l’humour potache mais toujours aussi rock ; c’est s’en compter sur Townshend qui n’hésitera pas à placer des F*** régulièrement ! Mais je pense que la palme de la meilleure performance pour ce soir-là reviendra à Zak Starkey qui m’a totalement impressionné par son énergie et sa précision. Malheureusement quant aux autres musiciens, ils passeront t totalement inaperçu pendant deux heures.

On enchaîne avec Eminence Front et I’m One où Townshend sera le principal chanteur sur ces deux morceaux aux sonorités plus acoustiques. Puis Paintball Wizard sera finalement et malheureusement laissé de côté, Daltrey étant totalement enroué. Vient ensuite le moment des hommages avec tout d’abord celui rendu à John Entwistle où il est “présent” sur la vidéo live de 5:15 filmée au Royal Albert Hall en 2000 ; Pino Palladino s’éclipsera pour le solo de basse. Puis Keith Moon apparaîtra sur Bell Boy pour donner les chœurs (ceux-ci avaient été enregistrés durant le live de Charlton en 1974).

La setlist est alors nettement raccourcie et l’on terminera le concert avec 19 chansons au compteur au lieu des 25 chansons jouées dans les autres villes ; Daltrey ne pouvant absolument plus chanter sur la fin. Avec Baba O’Riley et Won’t Get Fooled Again, morceaux que tous les fans – donc la salle entière – connaissent par cœur, Daltrey a encouragé ces derniers à chanter pour le remplacer, lui n’assurant que l’harmonica. Mais là le silence c’est fait entendre… j’étais à la fois scandalisé par l’attitude de ce public et j’avais également beaucoup de peine pour The Who qui ne méritaient pas cela.

Le concert se termine par une présentation des membres du groupe faite par Peter Townshend avant de clôturer vers 22h25 avec un dernier morceau, Magic Bus, où le public reprend timidement les refrains.

Mis à part le fait malheureux que Roger Daltrey perdait sa voix ce qui est bien fâcheux mais totalement indépendant de leur volonté, The Who ont assuré un très bon concert même si ce n’était pas transcendant. Une setlist sans aucune surprise avec tous les grands classiques du groupe qu’on est cependant ravi de voir en live au moins une fois dans sa vie.

C’était un peu un rêve de petite fille de les voir et j’en fus ravie mais en même temps déçue et à 95% à cause du public. Ce public britannique étant généralement très bon, là je n’ai pas compris ce qu’il s’est passé – à part l’âge peut-être. Car toutes les conversations que j’ai pu surprendre à la fin du concert faisaient des éloges de la prestation des Who, tout le monde semblait aux anges – mais alors bon d*** pourquoi êtes-vous restez si impassible pendant les deux heures de show ?! La magie n’opère-t-elle plus ? Ou peut-être est-ce comme du beurre qu’on aurait étalé sur une tartine trop grande ? Après 50 ans à écouter les mêmes titres on sentait aussi les gens un peu blasé. Je reste pour le coup mitigé et ne repart pas avec des étoiles dans les yeux.

Ici The Who c’est le groupe des parents. Même si beaucoup de jeunes les admirent toujours, ils ne se déplacent pas forcément aux concerts. Je pense que c’est un groupe que fonctionne nettement mieux auprès des jeunes générations à l’étranger – et dans la capitale ; peu de nos parents les connaissaient durant leur jeunesse.

 

Setlist proposée au Motorpoint Arena de Cardiff le 15 décembre 2014 :

– I Can’t Explain
– Substitute
– The Seeker
– Who Are You
– The Kids Are Alright
– Pictures Of Lily
– So Sad About Us
– My Generation
– Behind Blue Eyes
– I Can See For Miles
– You Better You Bet
– Join Together
– Eminence Front
– I’m One
– 5 :15 
– Bell Boy
– Baba O’Riley
– Won’t Get Fooled Again
– Magic Bus

No Comments

Post A Comment