Rock en Seine 2015 : Kasabian, rois de la nuit

La formation de Leicester a livré l’une de ses meilleures prestations en tête d’affiche du festival parisien.

 

Isle of Wight Festival 2007. Kasabian jouent en co-headliner de Muse dans l’un des plus gros festivals anglais. Ils représentent l’avenir du rock anglais en ayant autant de tubes (Empire, LSF) que l’attitude. Sur scène, Tom Meighan harangue la foule et martèle avec pédanterie que son groupe est la meilleure formation rock au monde. 8 ans et trois albums plus tard, la bande de Les-Tah est bien entrée dans la cour des grands. Si, subjectivité oblige, on ne peut donner raison à un Meighan bien assagi depuis, Kasabian foule les planches de la Grande Scène en tête d’affiche. Un pied-de-nez à ceux qui pensaient que le groupe britannique n’aurait pas la stature pour officier en qualité de tête d’affiche. Ils vont nous (vous) prouver le contraire.

 

Let’s go fucking mental

 

A force de voir un groupe sur scène – au point de ne plus compter – on se peut aisément voir quels sont les groupes qui, sur la durée, vous font dire qu’ils sont les meilleurs. Dans les traces de Muse, Arctic Monkeys ou Mumford and Sons, Kasabian s’impose sans coup-férir. A la nuit tombée, acclamé par un public que l’on pourra qualifier de très actif – ce qui est suffisamment rare à Rock en Seine pour être souligné – Kasabian transcende les foules avec Bumblebee, première offensive sur 90 minutes qui en offriront bien d’autres. Avec une avalanche de tubes (Shoot The Runner, Club Foot, Empire…) et autres morceaux appelés à devenir incontournable si ce n’est pas déjà le cas (eez-eh, Underdog, Switchblade Smiles), Tom Meighan et son énergique comparse Sergio Pizzorno – le showman du soir – déroulent sans complexe.

 

Au cœur d’un show sous acides assurément électrique, Kasabian livrera quelques instants de bonheur jouissifs, entre l’excellente Re-Wired qui s’embellit avec le temps, le tripant Treat et l’instant de communion qu’est Fire. En guise de rappel, le groupe ne baisse pas la garde et embraye avec Stevie pour appeler ensuite Vlad The Impaler (leur invité barré) et ses “get loose get loose” jubilatoires. Après une désormais habituelle reprise du Praise You de Fatboy Slim, Kasabian ferme la boutique avec son hymne Fifa, L.S.F. Implacable !

 

NOS PHOTOS DE KASABIAN A ROCK EN SEINE 2015

 

Setlist :

Bumblebeee 

Shoot the Runner 

Eez-Eh 

Underdog 

Days Are Forgotten 

Club Foot 

Re‐Wired 

Thick as Thieves 

People Are Strange (The Doors cover)

Treat 

Switchblade Smiles 

Pinch Roller 

Empire 

Fire 

——–

Stevie 

Vlad the Impaler 

Praise You (Fatboy Slim cover)

L.S.F. (Lost Souls Forever) 

 

No Comments

Post A Comment