Raleigh Ritchie – You’re A Man Now, Boy

Jacob Anderson, alias Raleigh Ritchie sur scène, sort son premier album. Une œuvre autobiographique, actuelle et touchante.

 

Croisé il y a deux ans au détour d’un morceau entêtant (Stronger Than Ever), Raleigh Ritchie passe aujourd’hui à l’épreuve du premier album. Croisé sur les écrans sous le nom de Jacob Anderson (oui, Ver Gris, le fidèle bras droit de Daenerys dans Game of Thrones, c’est lui !), Raleigh Ritchie s’exprime aujourd’hui à travers la musique, sans filtre, ni faux-semblant. Pourtant, son premier album You’re a Man Now, Boy, est très (bien) écrit. En bon storyteller, le jeune artiste s’y expose, frontalement, se raconte d’une manière autobiographique, pose une voix charmante et des mélodies sur les maux d’un homme marginal, parfois rejeté, toujours en quête de son identité.

 

 

L’album démarre en trombe avec Werld is mine, morceau au titre on ne peut plus d’actualité (Werld se réfère au fait de posséder un espace ou site sur Internet), où Ritchie parle de rapport à l’argent, de mégalomanie et d’égocentrisme. Sans blâmer, ni juger, l’auteur/compositeur/interprète se dépeint lui aussi, sa quête aveuglée vers la reconnaissance, le paraître. Dans son titre-phare, Stronger Than Ever, il raconte l’histoire d’un type qui se cherche, veut se prouver qu’il est grand. Les paroles sont étouffantes, le flow sincère de Raleigh Ritchie à la fois touchant et acéré, et la grandiloquence des violons vient offrir un souffle épique.

 

Parlant d’amour à tout-va, Raleigh Ritchie évoque également l’homosexualité dans le monde du hip hop avec Bloodsport ’15. Des paroles à double lecture, et un style empli de justesse. D’ailleurs, la patte de Raleigh Ritchie nous ramène justement vers le petit écran, et le personnage de Jamal dans Empire. Le titre qui suit, I Can Change, ne fera que confirmer cette douce et agréable ressemblance avec l’artiste r’n’b fictif qui n’assume pas son homosexualité par peur du rejet et notamment celui de son père, un magnat et producteur.

 

 

Mais revenons à Raleigh Ritchie et ce premier album qui n’est pas révéler quelques défauts, notamment au niveau de la redondance des textes – dire plusieurs la même mais de manières plus ou moins différentes, à l’instar de Cowards ou A Moor. Se détache de cette deuxième partie inégale des titres tels que le dansant Keep It Simple (avec Stormzy), The Greatest – une ode optimiste à l’union fait la force – ou encore Young & Stupid, où le chanteur clame son combat de tous les jours pour faire face à l’obsolescence des mentalités et faire fi des préjugés pour avancer tout en assumant qui l’on est. Arrive You’re A Man Know, Boy, dernier soubresaut lyrique de l’album avant la ballade The Last Romance, où Ritchie évoque l’enfance perdue qu’il résume en quelques paroles (“Autrefois, j’étais un astronaute / Maintenant, j’essaie de garder les pieds sur Terre et de l’ordre dans ma vie“).

 

Avec ce premier opus, Raleigh Ritchie confirme les espoirs placés en lui avec les quelques EP (Black & Blue en tête) qu’il avait publié par le passé. Histoire de prolonger le plaisir, l’Anglais propose une version deluxe où on retrouve quelques beaux morceaux, dont l’excellent Never Say Die avec ses beats élégants et ravageurs, The Chased et la très réussie Birthday Girl.

 

Tracklisting :

 

1) Werld Is Mine
2) Stronger Than Ever
3) Bloodsport ’15
4) I Can Change
5) Keep It Simple (feat. Stormzy)
6) The Greatest
7) Never Better
8) Cowards
9) A Moor
10) Young & Stupid
11) You’re A Man Now, Boy
12) The Last Romance

Deluxe Edition

13) Never Say Die
14) Life In A Box
15) The Chased
16) Overdose
17) Birthday Girl
18) Stay Inside

Nos morceaux favoris : Stronger Than Ever, Bloodsport ’15, You’re A Man Now, Boy et Never Say Die.

 

LA NOTE : 7/10

 

 

No Comments

Post A Comment