Download, Jour 1 : l’attente, le soleil, et MAIDEN !

La toute première édition du Download Festival à Paris commençait ce vendredi après-midi sur l’hippodrome de Longchamp, sous un soleil presque inespéré.

Dès notre arrivée dans ce coin de l’ouest parisien, impossible de ne pas avoir un sentiment de “Solidays avant l’heure” tant le lieu est familier à tout amateur de festival de la capitale qui se respecte. En fait, on peut même apercevoir certaines scènes déjà montées pour le 24 juin de l’autre côté de l’hippodrome. Le temps est magnifique et on a hâte d’être sur le site, mais quelque chose cloche à l’entrée : les festivaliers s’agglutinent et commencent (déjà) à râler. Même pour l’accès “presse”, on se retrouve face à une seule personne pour des dizaines de journalistes qui sont venus à l’heure et devront rater le début de la programmation. On a déjà fait mieux comme première impression.

Une fois à l’intérieur, on constate que les premiers groupes jouent devant quelques dizaines de personnes à peine, pendant que des centaines font la queue pour rentrer! Même problème au niveau des rechargements “Cashless” devant lesquels une queue interminable restera une bonne partie de l’après midi. Le festival annoncera plus tard via Facebook un problème d’électricité responsable de ces désagrément. Comme c’est une première édition, on a envie de leur pardonner pour cette fois. Gojira est le premier groupe “très attendu” à monter sur scène. “Comment ça va Pariiis?” hurle le chanteur visiblement très content d’être là. Entre deux morceaux, le groupe annonce qu’il a réalisé aujourd’hui que Gojira (à l’époque “Gozilla”) a commencé à jouer il y a précisément 20 ans. Du coup, ce passage au Download sera leur “concert anniversaire”, et vu l’ambiance c’était très certainement une belle fête pour eux.

Gojira en concert au Download Festival Paris le 10 Juin 2016 Gojira en concert au Download Festival Paris le 10 Juin 2016 Gojira en concert au Download Festival Paris le 10 Juin 2016

Le festival se remplit peu à peu. Environ une personne sur trois porte un t-shirt à l’effigie de la vierge de fer, si bien que certains groupes semblent faire office de “première partie” pour beaucoup de gens. C’est par exemple le cas de Black Rain, du hard rock français à l’univers 80’s prononcé qui servira à se mettre en jambe avant le grand show. 20h40 : les rois de la soirée entrent en scène. Qu’on les ai vus 10 fois ou aucune, Iron Maiden offrent toujours un spectacle à la hauteur et le Download ne sera pas une exception à la règle. On vous racontera le concert en détails très bientôt. Après les 2 heures de show réglementaires, on fonce vers la Stage 2 pour terminer la journée avec les très attendus Suédois de Ghost. Le concert commence avec un From The Pinacle To The Pit un peu chaotique. Des problèmes de son, et un chanteur pas en forme. Le chanteur Papa Emeritus III prend la parole : “I am a little sick. They told me we should cancel the show, I said no. We are in France. We will always play for you in France!”. L’intention est bonne, mais ceux qui voulaient profiter de ce concert dans de meilleurs conditions qu’à Rock En Seine l’an dernier (ou le groupe était maladroitement programmé en tout début de journée) repartiront déçus. Le titre He Is, pourtant régulièrement diffusé sur Oui.fm, ne sera pas joué et les problèmes de son ajoutés au chanteur en petite forme laisseront un petit goût amer pour cette fin de première journée. (Plus de photos ici).

Ghost en concert au Download Festival Paris le 10 Juin 2016

No Comments

Post A Comment