Solidays – Jour 2 : The Shoes, Selah Sue, Deluxe…

Le Summer of Love de Solidays se poursuivait avec une deuxième journée éclectique, marquée notamment par l’électro-rock. 

 

 

Notre journée a débuté, après quelques débats avec Christiane Taubira et Ovidie, avec le duo de hip hop toulousain Bigflo & Oli. Formé par les deux frères Florian et Olivio Ordonez, le tandem a posé les bases d’une bonne ambiance, avec complicité sur scène, sens de la répartie et de la vanne. S’offrant un bain de foule tout en servant leur rap à la cool, les deux frangins ont savouré l’instant et placé le partage au coeur de leur préoccupation du moment.

 

 

Le rap encore, mais sous une forme complètement différente, plus mature, teinté de poésie mais aussi de romantisme, Oxmo Puccino était reçu sous le Dôme. “Rappeur de l’amour” auto-proclamé, le vétéran du hip hop français a servi son flow intello, barbé d’instruments de musique tout autour, à un public participatif.

 

 

La suite, après un break bercé aux sons lointains et rugueux des punks lillois de Carving (emmené par un certain Mat Bastard), c’était avec Synapson. La curiosité de voir sur scène ce que donnait le phénomène français de l’année qui, surfant sur le succès de leur deuxième album Convergence, a fait danser un Dôme plein à craquer. Les programmateurs de Solidays avaient peut-être sous-estimé le capital séduction de ce duo…

 

 

A 22h, Selah Sue prenait place sur la scène Paris. Joyeuse, remuante et adorable à souhaite, la chanteuse belge a livré une heure d’un concert traversé de ses plus grands tubes, savourant sa position de tête d’affiche sur cette journée du 25 juin.

 

 

A la nuit tombée, c’est l’électro-rock qui a pris ses quartiers à Longchamp. Après les énergiques Goose, c’est The Shoes qui a fait remuer quelques milliers de festivaliers sous le Dôme. Le spectacle est de la partie, autant dans l’univers visuel décalé du groupe, que dans les rythmiques électroniques et rock qui suggèrent inconsciemment des danses frénétiques.

 

 

Minuit a coïncidé avec la consécration de Deluxe. Les excentriques complices, habitués de Longchamp où ils se rendent régulièrement, étaient invités à transformer la scène Paris en un joyeux bordel devant 20 personnes. Ils ne se sont pas fait prier, n’offrant aucun répit au public parisien, et servant un set aussi bordélique et jouissif.

 

 

Notre soirée s’est terminée avec Mr Oizo, l’incontournable, sur la scène du Dôme, où il a bien évidemment joué son cultissime Vous êtes des animaux, l’un des plus célèbres standards de la musique électronique française.

 

 

Nos photos d’ambiance

 

 

© Texte : Chris / Photos : Lise

No Comments

Post A Comment