Viola Beach – Viola Beach

Le jeune groupe anglais, tragiquement emporté dans un accident de voiture en février dernier, voit un premier album posthume sortir dans les bacs.

 

Jack Dakin, Kris Leonard, Tomas Lowe et River Reeves. Ils étaient jeunes et formaient Viola Beach et sont morts avec leur manager Craig Tarry après que leur voiture de location a plongé dans le vide du haut d’un pont sur un canal près de Stockholm. C’était en février. Cinq mois après l’accident, Viola Beach continue d’exister à titre posthume. Leur premier album, sobrement intitulé Viola Beach, vient de sortir dans les bacs. Un hommage pour ceux qui les adoraient, et pour les autres, un bon moyen de découvrir cette formation originaire de Warrington qui était bourrée de belles promesses.

Nous sommes immensément fiers de ce que nos garçons ont réussi à accomplir  en si peu de temps. Nous pensons que la meilleure manière de célébrer les vies de nos  fils est de sortir un album avec leurs chansons (…) écrites avec l’intention d’être partagées, écoutées et surtout appréciées.” Voilà ce qu’ont expliqué les familles dans un communiqué de presse accompagnant la sortie de cet album qui d’emblée par leur premier single, le très catch Swings & Waterslides, un tube pop-rock en puissance.

 

 

La marque de fabrique de Viola Beach n’a pourtant rien d’originale à l’écoute (agréable) de ce premier effort entaché par la tragédie. Situé quelque part entre Foals, The Kooks et Two Door Cinema Club, Viola Beach sert un rock’n’roll rafraîchissant bien que déjà vu (à l’image Go Outside). L’album n’est pas forcément celui qu’ils avaient prévu, mais ses neuf titres montrent un certain talent à servir des morceaux indie-rock d’une efficacité redoutable, grâce notamment à une guitare solaire (Drunk) et un certain charme bien anglais que l’on retrouvait aussi Luke Pritchard – dont on dirait qu’il avait glissé son frère jumeau en Kris Leonard dans Call You Up, assurément l’un des meilleurs titres de la galette.

Leur premier et unique album ne transpire pas la finesse dans l’écriture – quoique faire rimer Wino avec Rhino dans le très bon Boys That Sing peut relever du génie – mais en revanche, il dépeint parfaitement la quintessence du rock anglais, ce plaisir qu’il y a dans le fait de former un groupe et d’y chercher l’osmose, de prendre du plaisir quoi qu’il en coûte et de faire partager ce plaisir au détour de mélodies et de refrains bien sentis. Et ça, Viola Beach l’incarnait très bien.

 

Tracklisting

1. Swings And Waterslides
2. Like A Fool
3. Go Outside
4. Cherry Vimto
5. Drunk
6. Really Wanna Call
7. Call You Up
8. Get To Dancing (BBC Session)
9. Boys That Sing

Nos morceaux préférés : Call You Up, Swings & Waterslides, Boys That Sing

LA NOTE : 7 / 10

No Comments

Post A Comment