Crystal Fighters – Everything Is My Family

Après deux albums acclamés et le décès de leur batteur, Crystal Fighters revient répandre son amour et ses sons contagieux avec un troisième opus fédérateur.

Tu as passé une journée complexe. Ton supérieur hiérarchique a passé un malin plaisir à te casser les bonbons ou le deal que tu devais signer est tombé à l’eau. Il fait gris, frisquet. Bref, la déprime quoi. Voici le remède radical, une luminothérapie salvatrice nommée Crystal Fighters. Le groupe anglo-espagnol formé de Sebastian Pringle, Gilbert Vierich, Graham Dickson, Clarissa Land et Nila Raja revient avec un troisième opus, celui de la consécration d’un style musical et d’un spirit à répandre de toute urgence.

Intitulé Everything Is My Family, le troisième album studio des Crystal Fighters est une ode à l’amour, à la vie et au vivre-ensemble. Après le décès d’Andrea Marongiu, leur batteur d’origine, la formation originaire de Londres a décidé de remonter la pente. Et le résultat n’est que plus beau, sincère et vivant. Parce que la vie, cet album en transpire. Simplecito, morceau d’ouverture, nous convoque en espagnol et en anglais à une réunion de groupe, sorte de déprimés anonymes. Au menu, une remise en question, une invitation à l’ouverture d’esprit, une célébration de la vie que l’album va s’évertuer à nous faire vivre et transmettre au cours de 10 nouvelles et éclectiques compositions. La thérapie commence donc véritablement avec Yellow Sun et des sonorités qui rappellent inévitablement le pur Crystal Fighters qui fait de leurs titres des bombes dansantes et habités d’une joie contagieuse.

 

 

L’enjaillement, parce que c’est bien de cela dont il est question pour parler jeune et familier, est maximal sur Good Girls, un single taillé pour habiller une pub Sosh, mais pas que. Difficile alors de ne pas esquisser des mouvements frénétiques et naturels aux beats tropicaux et folk-pop du quintet. “M’enfin, c’est bien joli, mais en écoutant ces deux premiers titres, Crystal Fighters fait du Crystal Fighters”, nous diras-tu. Et c’est là qu’intervient l’expérimentation, le Crystal Fighters décomplexé. Le groupe s’en va lorgner vers l’électro dance avec In Your Arms, véritable tube en puissance (et le mot n’est pas galvaudé) qui rappelle Major Lazer à ses débuts, ou sur Ways I Can’t Tell, un titre dance hommage à Marongiu qui intervient juste après une accalmie aussi étrange qu’appréciée avec Live For You, un morceau inévitablement touchant.

Abandonnant ses ambiances tropicales et ensoleillées (All Night, le premier single typique) pour des envolées psychédéliques (Moondog dont le début rappelle MGMT) ou des riffs électriques (le cathartique Fly East), Crystal Fighters montre une maîtrise implacable de ses compositions et nous offre un véritable voyage au contact de son univers coloré, bariolé et baigné d’amour. Des choeurs touchants à l’effet gospel de Moondog en passant par le lancinant Living The Dream à la conclusion Lay Low (et son mantra « Our love is shinning gold »), le groupe anglo-espagnol varie les plaisirs et le fait de manière cohérente. Sans aucun doute, Crystal Fighters est une parenthèse de love dans un monde de brutes. Et avec Everything Is My Family, album plus que bienvenu un climat délétère, le credo n’en est que plus savoureux.

 

Tracklist :

01. Simplecito
02. Yellow Sun
03. Good Girls
04. In Your Arms
05. Live for You
06. Ways I Can’t Tell
07. All Night
08. Moondog
09. Fly East
10. Living the Dream
11. Lay Low

Nos morceaux préférés : Good Girls, In Your Arms, Moondog

LA NOTE : 9.5 / 10

No Comments

Post A Comment