La découverte du dimanche : Ash Walker

Un homme discret, à l’oeuvre d’une musique aux sens aigus. Ash Walker, bercé dans l’électronique de comptoir, est né DJ dans les clubs underground londoniens. Tirer ses plans sur la comète il ne connait pas, puisque l’inspiration grandissante le pousse définitivement hors du nid natal. C’est à l’écoute des plus grands (entre autres Talking Head, Massive Attack, The Specials) qu’il s’est forgé un premier son. Augmented 7th, suivi de l’EP  Agnostic, l’ont confirmé comme étant l’un des dignes héritiers de Grant Marshall et Robert Del Naja.

 

Can’t stop the rain inside my head”. Mélangeant parfaitement le soupçon reggae de ses racines avec un trip-hop ambiant, Ash Walker se revendique désormais comme étant, avant tout, un passionné de jazz contemporain. En studio, s’en était alors presque terminé de l’électronique. Pourtant, avec son nouvel album, Echo Chamberle prodige concocte la recette idéale de sa carrière. Quelque chose à mi-chemin entre les fondamentaux, inclus sonorités du terroir électro et samples, puis la recherche de l’innovation.

De Step Into My Spaceship à Glacier, on retient surtout les géniales Thunder et Windows, qui favorisent un minimalisme remarquable. Toujours dans une même veine trip-hop, l’hommage à Massive Attack plane tout au long de l’album (on pense à Step Wrong).

Synthés, pianos, guitares éthérées et jazzy, drums mates et asynchrone… les basses, qui alternent la rondeur, jouent elles aussi un rôle prépondérant lorsqu’il s’agit de tenir un morceau. Parfois, le musicien vire vers l’oriental, vers une sinuosité musicale, avec Precinct. Le génie d’Ash Walker, c’est la maîtrise à proposer une musique (presque) dénuée de paroles, pour privilégier une instrumentration riche et solaire. Le premier titre ne s’appelle pas Step Into My Spaceship pour rien. Si ça, ce n’est pas une invitation au voyage…

On en oublierait presque le saxophone, qui parfois, immerge et surplombe le décor…

Pour aller en profondeur, c’est par ici…

Soundcloud d’Ash Walker

Facebook

Deep Heads, la maison de disque.

No Comments

Post A Comment