The Pineapple Thief embrase le Divan du Monde

The Pineapple Thief a livré une performance de haut vol ce mercredi soir au Divan du Monde. Malgré un public très calme, le groupe a proposé un set de grande qualité.

Il est très tôt lorsque la soirée 100% UK débute ce 1 février. Peu après 19h30, Godsticks entre en piste devant une foule déjà entassée devant la scène du Divan du Monde. Et il s’agit là du groupe de Darran Charles, le guitariste de The Pineapple Thief sur cette tournée! Le quatuor commence son set avec Below the Belt. Le groupe semble ravir quelques personnes dans l’audience. En effet, le Divan du Monde accueille souvent des concerts de métal et il semblerait que quelques habitués soient présents ce soir. Côté musique, pas grand chose à se mettre sous la dent. Le set possède peu de variations, pas d’éclair de génie. Rien de désagréable non plus, le groupe variant entre hard rock et métal. Quelques solos sortent cependant du lot même si on verra plus tard Darran Charles bien plus performant avec la tête d’affiche du soir.

On arrive au plat de résistance, The Pineapple Thief. Que dire… Difficile de trouver des défauts à un concert varié, engagé, puissant et aérien. Même si le public, extremement calme n’a pas aidé The Pineapple Thief à se libérer complètement, le quintet a mené un set quasi parfait. On commence avec Tear You Up, morceau issu de leur dernier opus: Your Wilderness. Le concert est lancé avec puissance. Mais ce qui fait la force de The Pineapple Thief, c’est leur capacité à changer de style et de genre. En effet, après un morceau à la limite du hard rock, la formation enchaîne avec No Man’s Land, véritable bijou musical. On s’envole avec le solo de batterie et avant l’arrivée du riff de guitare. Un très joli moment.

Et ces variations sont constantes, omniprésentes. Puisque c’est Alone at Sea qui est jouée ensuite. Et là, c’est différent. Titre plus enjoué, plus rythmé mais qui ne brise ni la cohérence ni la dynamique de ce live parfaitement orchestré. Malgré cette magnifique performance, c’est compliqué de rentrer à 100% dans ce concert puisque la plupart de l’audience paraît presque indifférente. Dommage. Heureusement, dans le dernier quart d’heure, on assiste tout simplement à une leçon. Le groupe de rock progressif va enchaîner les perles. Vous voulez des titres ? Les voici: In Exile, Part Zero et Snowdrops vont faire voyager le Divan du Monde vers d’autres contrées. Avec un Bruce Soord impérial à la baguette, tout le groupe récite une merveille de rock. Soulignons aussi le magnifique travail de Jon Sykes, bassiste de qualité et choriste impressionnant.

Snowdrops, morceau acoustique sublime se termine avec une séance d’applaudissements rythmée par un air de synthé et l’aide des musiciens. Frissons! Surtout après que The Final Thing On My Mind ait été joué… Le concert se termine en apothéose avec Nothing at Best où le public se déchaîne enfin. Bravo à The Pineapple Thief pour cette créativité. Le public du Divan du Monde en a pris plein les oreilles ce mercredi.

SETLIST:

1- Tear You Up

2- The One You Left To Die

3- No Man’s Land

4- Alone At Sea

5- Reaching Out

6- In Exile

7- Take Your Shot

8- Show A Little Love

9- Fend For Yourself

10- Part Zero

11- Simple As That

12- The Final Thing On My Mind

Encore

13- Snowdrops

14- Nothing At Best

Concerts The Pineapple Thief
2 Comments
  • Vincent Denis
    Posted at 00:46h, 05 février Répondre

    Auriez-vous le setlist complète Hugo?
    J’ai adoré le concert. C’est vrai que No Man’s Land c’était magique.
    Par contre, malgré une performance hors pair de Gavin Harrison, il paraissait gêné ou de mauvaise humeur (et n’a jamais sourit, même au salut final). Y-a-t-il une explication?

    • Hugo Derri
      Posted at 23:16h, 18 février Répondre

      Salut Vincent,
      Je viens d’ajouter la setlist désolé pour le retard…
      En revanche pour ce qui est de l’humeur de Gavin Harrison, pas d’explications, il s’agissait de sa première tournée avec le groupe et était présent en tant que “guest”, Peut être que sa motivation n’est pas celle que l’on aurait pu espérer…
      A bientôt
      Hugo

Post A Comment