Emmy The Great donne un concert intimiste au Pop Up

Emmy The Great s’est produite il y a quelques jours à Paris, délestée de ses musiciens et prête à sympathiser avec tout le monde. C’est après une arrivée discrète sur scène qu’elle nous demande de but en blanc de lui dire quelque chose en français pour lui rafraichir la mémoire. Je lui lance donc un “comment vas-tu” timide, auquel elle répond “I knew that one but well reminded“. La soirée peut commencer. “I usually play as the same time as a big football game, nous dit-elle. Tonight I’m just playing the same night as Father John Misty and the presidential debate. Feel free to shout songs you want me to play tonight, I’m alone so you won’t be disrupted.

La chanteuse nous charme alors avec Social Halo puis sur Phoenixes, dont les paroles portent sur le magazine Bliss. Avant d’enchainer que le prochain titre, Hyperlink, elle échange encore quelques mots avec son public : “I want to apologize for the brexit. Because of it, I might never go home so one of you might become my housemate.” Elle nous interprete ensuite The Easter Parade, Paper Forest et Two Steps Forwards, à la demande du public. “It’s your fault if I fuck up the words.” nous avertit-elle. “When I rehearse, I listen to myself on Spotify and it says “Emmy the great listened to Emmy the great“, ajoute-elle, ce qui provoque quelques rires dans la salle.

L’artiste nous joue ensuite d’autres titres proposés par ses fans, notamment We Almost Had a Baby et MIA, avant de nous annoncer qu’elle est heureuse de nous présenter son nouveau morceau, et qu’en fait MIA, c’est elle. Elle nous raconte qu’elle avait invité la chanteuse à son anniversaire, allant même jusqu’à lui préparer une banderole, mais en vain, avant de poursuivre le set avec Mahal Kita et Swimming Pool, deux incontournables.

Avant le rappel, elle nous gratifie d’un “thank you so much for coming when you could have gone to the presidential debate.”, puis tente de quitter la scène, mais ne trouvant pas d’issues, tourne en rond pour finalement retourner à son point de départ, déstabilisée. “I have nowhere to go !” nous dit-elle d’un ton dépité. Le concert se termine sur Canopies and Drapes, et elle nous dit qu’elle compte maintenant se cacher derrière des enceintes pour essayer discrètement de quitter une scène sans issue. L’ingénieur la couvre de fumée par solidarité, ce qui nous fait tous rire. C’est ainsi que se termine donc une belle soirée, merci Emmy !

x

No Comments

Post A Comment