Accueil et performance timides pour The Orielles à la Maroquinerie

La PIAS Nites de ce 3 Avril était l’occasion pour The Orielles de délivrer leur première performance sur le territoire français. Récit.

Le tout jeune trio The Orielles avait démarré 2018 de très bonne manière avec un premier album, Silver Dollar Moment, d’excellente facture. Mais comme chacun le sait, il y a d’un côté le studio, et de l’autre le live, comme un gouffre imposant à franchir. Guitare, basse et batterie; sur scène, la formule fonctionne-t-elle pour The Orielles?

Le verdict est sévère, ne pouvant nous empêcher d’imaginer ce qui aurait pu être. Ainsi, faute d’être tête d’affiche de la soirée, la formation s’avance devant un parterre de non-initiés en guise de préambule à Joan As Police Woman. Qu’importe; les balances réalisés 5 minutes avant le début du set font leur preuve avec un Snaps d’introduction énergique et effronté. Et l’ambiance? Le calme plat.

 

Ainsi, malgré l’indéniable groove des titres issus de Silver Dollar Moment interprétés ce soir (Old Stuff, New Glass, Mango), le public ne bougera pas d’un pouce, à l’exception d’un premier rang présent ici spécialement pour The Orielles. Les sœurs Sidonie et Esmé sont impeccables, respectivement derrière les fûts et à la basse/chant, ouvrant une cruciale voie pour l’indécente aisance de Henry Carlyle à la guitare; mais la sauce ne prend pas.

Cloches et sifflet sont de sortie sur I Only Bought It for the Bottle, mais le constat reste sensiblement le même. Sir Carlyle assure alors les formalités, remerciant poliment et introduisant tranquillement chacun des titres, limitant la communication au minimum, le temps de quelques petites blagues; aigreur ou trac? Nous ne saurons sans doute jamais vraiment.

La formation reste heureusement parfaite sur le plan purement technique et interprétation: la posée Liminal Spaces vient se fracasser contre l’aérienne 48 Percent, laissant place à une triade de conclusion folle. Le single Let Your Dogtooth Grow dans un premier temps, à la conclusion la plus chaude de la soirée; la mésestimée Blue Suitcase (Disco Wrist) dans un deuxième temps, débordant d’un élan d’énergie vital imparable qui saisit sans concession; et finalement, l’inimitable Sugar Tastes Like Salt.


La killer track de The Orielles et de 2017. Fidèle à son homologue studio, la version live vogue de riffs implacables en rythmes irrésistibles et surprenants, empruntant des détours et accrocs inattendus relançant sans cesse la machine avec une vélocité jouissive. Avec un public acquis à la cause du groupe, ce finish aurait été exceptionnel; il sonne malheureusement ici un peu dans le vide.

On aurait aimé meilleure première fois pour The Orielles en France, mais il est des éléments qu’on ne peut contrôler. Faute de public réceptif et de volonté de communication, le set de The Orielles a sonné avec énergie et maîtrise dans le vide. Inutile cependant de blâmer qui que ce soit; nous ne pouvons que souhaiter une nouvelle performance française pour le talentueux trio dans de meilleures circonstances.

______________________________________________________

Setlist The Orielles @ La Maroquinerie (03/04/2018)

Snaps
Old Stuff, New Glass
Mango
Borrachero Tree
I Only Bought It for the Bottle
Liminal Spaces
48 Percent
Let Your Dogtooth Grow
Blue Suitcase (Disco Wrist)
Sugar Tastes Like Salt

Concerts The Orielles
 
The Orielles à Paris - 13 décembre 2018
No Comments

Post A Comment