Kate Nash – Yesterday Was Forever

 

Si l’on se penche sur les activités de Kate Nash ces derniers temps on remarque que la coqueluche de la pop indé anglaise des 2000s a plutôt squatté les plateaux de tournage que les studios d’enregistrement (elle tenait notamment l’un des rôles principaux dans la série Netflix girl-power “Glow” sur l’univers du catch féminin parue l’an passé).

La jolie rousse n’a pour autant pas oublié ses premiers amours, puisqu’elle revient ce printemps avec non seulement la création de son propre label Girl Gang Records mais aussi avec un quatrième album nommé Yesterday Was Forever. Même si la magie de ses débuts s’est un peu émoussée il faut bien le dire, ce nouvel opus réserve quelques belles surprises…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On l’avait musicalement laissée il y a cinq ans avec un Girl Talk des plus convaincants sur lequel les morceaux se faisaient plus sauvages qu’à l’accoutumée. On la retrouve cette fois avec une salve de 14 titres solaires, facétieux et sucrés (dont quelques emprunts au EP Agenda paru en 2017).

La bande-son de votre été…ou de votre rupture plus ou moins bien vécue, plus ou moins rageuse, plus ou moins douloureuse. Par certains aspects, la musique de Kate Nash fait écho à celle de ses collègues britanniques The Wombats (ce rock indé frais et léger, cette plume affûtée à la fois caustique et fiévreuse).

Si certaines mélopées telles que Call Me, Take Away, Drink About You ou Twisted Up raviront les fans de la première heure par leur efficacité immédiate, d’autres laissent légèrement dubitatif comme Karaoke Kiss, Hate You ou California Poppies qui ne manquent pas d’évoquer la misérable musique de Charli XCX.  On ne sait alors si on a affaire à une médiocrité innommable ou à du génie kitsch.

Car l’écueil principal de l’album semble se situer dans le manque de cohérence parfois gênant, une cohabitation entre pop, électro et garage plutôt douteuse. Néanmoins s’en dégage une pop indé hybride qui, une fois la phase d’effarement passée, s’avère assez plaisante. Mention spéciale à Always Shining et My Little Alien, de vraies ballades hargneuses comme seule la Londonienne en a le secret.

 

Yesterday Was Forever se présente alors comme une sorte de synthèse des trois premiers albums de Kate Nash, sur laquelle il manquerait tout de même un je-ne-sais-quoi. Quelques innovations hasardeuses et pas toujours réussies y figurent mais il s’agit là d’un album qui, ma foi, sied très bien aux beaux jours qui arrivent et on ne boudera pas notre plaisir à profiter de tel rafraîchissement!

x

Tracklisting

Life in Pink

Call Me

Take Away

Hate You

Drink About You

Body Heat

Karaoke Kiss

Musical Theatre

California Poppies

Always Shining

Today

Twisted Up

My Little Alien

To The Music I Belong

Nos morceaux favoris: Always Shining, Twisted Up, My Little Alien, Take Away

kate nash

LA NOTE: 5,5/10

No Comments

Post A Comment