Paul McCartney – Egypt Station

Sir Paul McCartney revient 5 ans après le très bon et moderne NEW avec un 17ème album solo. A 76 ans,  l’ex Beatles continue de faire rêver la planète entière avec un album incroyable.

C’est la sortie de l’année pour beaucoup. L’album que tout le monde attend. Il y a quelques mois, Macca annonçait son retour avec 2 singles I Don’t Know et Come On To Me. La planète musique tremble devant 2 nouveaux très bons morceaux. La longévité musicale de McCartney est un mystère, c’est tout simplement unique. Après 60 ans de carrière et un passage dans le plus grand groupe de l’Histoire de la musique, on se demande comment il arrive encore à nous étonner et à produire des morceaux d’un tel niveau. Le talent, tout simplement. Avec l’annonce, il y a quelques jours, d’un concert à Paris, nous étions comblés. Il fallait maintenant attendre ce 7 septembre pour pouvoir enfin entendre cet album.

Au programme, 16 titres et 57 minutes d’un Paul McCartney en grande forme. Un album varié, qui dans les sonorités rappelle l’apogée de la carrière solo du bassiste des Beatles. Moins pop, plus authentique que NEW, Egypt Station est plus beatlesien tout simplement. Dans la production mais surtout dans les sonorités il rappelle le sublime Chaos and Creation in the Backyard, sorti lui il y a 13 ans.

En effet, l’album s’ouvre sur le duo I Don’t Know et Come On To Me, les deux excellents premiers singles. En 8 minutes 30, le débat est clôt, McCartney est de retour pour de bon. Une ballade au piano nous rappelant sérieusement les Fabs Fours et un morceau plus rock, plus pop aussi, plus accessible. Un morceau que les arenas du monde entier chanteront cet hiver. Mais ce qui est vraiment incroyable avec McCartney, c’est que certes c’est assez simple, ce n’est évidemment pas révolutionnaire. Mais c’est sublimement efficace, c’est tout simplement beau.

Et même à 76 ans, la voix qui a fait danser, chanter et pleurer 3 générations reste toujours aussi pure et belle. Evidemment le poids de l’âge se fait sentir mais cela rajoute un charme qui s’adapte parfaitement aux mélodies présentes sur l’album. Happy with You est un des très nombreux joyeux de l’opus. Les paroles simplistes n’y sont pour rien, en revanche la ballade à la guitare et la ligne de basse nous laissent rêveurs.

Dans cet album, Paul McCartney passe par toutes les émotions, tous les registres, toujours avec autant de justesse, 58 ans après la sortie de Love Me Do, c’est dingue . Fuh You est le single addictif et joyeux, Confidante la ballade guitare voix touchante et People Want Peace un joli morceau pop-rock. A l’écoute d’Egypt Station, on se dit finalement qu’il est le plus grand compositeur que la musique moderne ait connu. Multi-instrumentiste de génie, il avouait la veille de la sortie de l’album, chez Jimmy Fallon, qu’il n’était pas capable de faire un album avec que des singles pop, qu’il n’était “ni Beyoncé, ni Taylor Swift” et qu’il préférait offrir ce concept album. Merci Paul, c’est un excellent choix. Et c’est ce qui fait que cet album de Macca est plus réussi que ses récents prédécesseurs.

Dominoes est aussi un morceau fort. Paul montre encore une fois son talent à la basse (dément) et propose un titre pop de très grande facture avec des choeurs géniaux. En réalité, cet opus n’a pas de défaut, on prend un plaisir enfantin à écouter la voix de l’ex Beatles et à sentir l’influence (impressionnante) du groupe sur la carrière solo de McCartney.

Back In Brazil est l’ovni génial de l’opus. Mais, même s’il se démarque du reste du travail de Macca de part ses sonorités, le titre s’intègre parfaitement à l’album. La fin de l’album nous achève avec un morceau d’exception. Il s’agit de Despite Repeated Warnings. Impossible de décrire ce morceau par écrit. Il aurait pu être présent sur le fameux White Album des Beatles, sur Ram apogée de Macca en solo. 7 minutes de talent, et des variations inimaginables. Un très, très grand moment de musique qui montre, une fois de plus, que Paul McCartney est un artiste unique. Le meilleur morceau d’Egypt Station probablement. A tel point que McCartney propose un interlude après le morceau, le moment pour nous de récupérer après une telle claque.

Finalement ce 17ème album se termine avec le medley Hunt You Down/Naked/C-Link, et encore une fois c’est un régal. Des cuivres, des cordes et un riff agressif. Un solo de guitare en guise de pont. Un condensé de tout le talent de Macca pour terminer ce sublime opus.

Paul McCartney livre ici un superbe album. On y retrouve tout son talent avec du rock, de la pop. McCartney contrôle nos émotions à travers sa musique et sait nous transporter dans un monde que lui seul a su créer. Inimitable, probablement imbattable, il offre un opus plus complexe que les précédents mais aussi bien plus profond. On espère de tout coeur que Paul McCartney pourra sortir encore des dizaines de disque, mais celui-ci, en 2018, a une saveur particulière. Paul McCartney est une légende, un monument de la musique, cet album le prouve d’une superbe manière. Paul McCartney, merci. On se voit en Novembre pour ce qui sera, sans doute, le concert de l’année.

TRACKLIST:

Opening Station

I Don’t Know

Come On To Me

Happy With You

Who Cares

Fuh You

Confidante

People Want Peace

Hand In Hand

Dominoes

Back In Brazil

Do It Now

Caesar Rock

Despite Repeated Warnings

Station II

Hunt You Down/Naked/C-Link

Nos morceaux préférés: Despite Repeated Warnings, I Don’t Know, Dominoes, Happy With You

LA NOTE: 8.5/10

 

 

 

Concerts Paul McCartney
No Comments

Post A Comment