La Découverte du Dimanche : Weird Milk

Entre Arctic Monkeys, les Beach Boys et The Strokes, voici Weird Milk, ses influences indie et sixties, tout droit venu de Londres.

Quand quatre jeunes venus de la campagne ouest de Londres débarquent dans la ville pour étudier, c’est une rencontre qui se finira en musique. Charlie Vaughan, Zach Campbell, Alex Griffiths et Joe ‘Blue’ Moyle n’auraient pas pu rêver mieux. A eux quatre, ces jeunes garçons forment Weird Milk. Plus entier que demi-écrémé, ce groupe fait de l’indie-pop bourrée de références, allant des incontournables anglais Arctic Monkeys – on leur prête d’ailleurs une véritable ressemblance par moment – aux Beach Boys époque Pet Sounds. Ils adorent les Beatles comme les Strokes, mais aussi Frank Ocean qu’ils ont d’ailleurs repris avec le titre Nikes.

L’histoire commence il y a deux ans avec This Close, un morceau très brit dans l’identité, qui rappelle des influences très sixties. L’essai est mélodieux, entraînant, les harmonies vocales intéressantes – et plutôt rares sur la scène indie d’ailleurs. On croit parfois entendre des réminiscences du romantique Alex Turner.

Avec All Night, Weird Milk casse déjà sa propre image, en introduisant des sonorités reggae du plus bel effet. Sur Better et sa pochette volontairement vintage, Weird Milk fait à nouveau écho aux côtés turner-esque de la voix de Griffiths, tout en se laissant happer par une délicieuse ambiance Beach Boys.

Plus récemment, c’est avec Anything You Want, sa simplicité dans les textes et ses mélodies farouchement séduisantes, que Weird Milk confirme et s’impose clairement comme un groupe à suivre dans les prochains mois…

No Comments

Post A Comment