Interview – Sergio Pizzorno

Le songwriter de Kasabian a pris le temps de nous parler de son album solo, et sa vision de celui-ci est pour le moins surprenant. On vous raconte tout !


ENGLISH


First of all, how’s your day? How are you? You’re OK to be in Paris?

Yes, good, I’m very well, thanks. I’m really good. Yeah, yeah.

Do you have time to visit around?

No, no, just in, just looked where, where I belong.

How long are you staying?

Only for today. Back later.

We were wondering what pushed you to start this solo project? I mean, how did you start, was it an idea you had for a long time, or?

Not really. It was just, we decided we were going to take a year off, so it very much felt like it’s now or never. Like, if I had not done it now then I just thought I probably won’t get time again for another four or five years, so this would be the perfect moment to do it. And I had thought the concept and I had these three bits of music that I really liked. They were sort of, like, soundtrack feel and this ‘meanwhile’ concept – you know, like in comics when you get sort of ‘meanwhile’, ‘meanwhile in the Bat Cave…’, ‘meanwhile…’? – it’s like this. So, I had it in my head obviously and I just thought I might as well just finish this idea, and then put it out and see what happens. 

So, you’ve had ideas but you didn’t know when to…

Yeah, they were sort of music that didn’t really have a place but I really enjoyed listening to them, so I thought if I don’t put them out, they’ll just, sort of, be forever lost. So, it was, ‘now is the time to put them out’. And then I had this story of this ‘meanwhile’ and I just thought I’d write some more songs and make a record, and then put it out.

Yeah because online, it’s like, no one knows you’re going to make your record. We have no information about the record yet so, you didn’t tell anyone?

No.

Why?

Well, I don’t know, I think everyone knows everything about everyone, you know?

Yeah. Social Networks.

Yeah! So, I like to, I think it’s probably silly, but I like surprises. I know the idea I had about the record and the music that I was making. I was, like, at every point the music surprises you; you think it’s going one way and then it changes – that’s definitely, like, that’s part of the playfulness with it.

Yeah, and that’s part of the playfulness with Kasabian.

Yeah, in general, yeah. You’re right, you get it.

Are you nervous about doing this for the first time on your own, and playing live on your own?

Yeah, yes, it’s going to be fun. I mean, doing things is scary, but it’s good. I think you get to a point where if you feel comfortable then you’re probably not in a good space if you’re an artist. You have to feel, like, there has to be some sort of resistance, you know.

A Challenge.

Yeah. And I think, like, we’ve made six albums and it has gone really well, so well, like beyond my wildest expectations. And before starting the next record, I felt like I needed to just explore and to see what else; I needed to see planet Earth from outer space, if you know what I mean. I needed to, sort of, change. And then, once you’ve been on that journey, you have a fresh perspective on ‘how I want the next record to be’, and I don’t think I would have got there without this, you know.

So, you need this as a step to work on the next Kasabian album.

Exactly, yeah, and I feel like it just keeps it exciting, you know. And again, in the marine, there needs to be a storm, you know, the boats need to just start smashing against each other, then everyone wakes up the next day and does “Wow! That was scary! But it’s OK now.”

It’s a nice way of seeing things, I mean, it was a good idea.

Yeah, I’ve heard so much positivity and encouragement from a lot of friends and artists, and the response so far has been incredible; so it felt like, ‘yeah, this was a good idea’, it wasn’t like, ‘ahh sh*t, that was a bad one’.

I was wondering a bit when I heard some songs, because some lyrics seemed a bit dark, I mean, from ‘Lockdown’ or ‘((trance))’, it’s like you’re stuck in something and you don’t really have a choice for what you want to do. That’s what I felt but I don’t know if you felt this way.

Escape, yeah? Maybe. ‘Lockdown’ is really like the story of when everyone’s sort of telling you, it’s like you’re trapped in a situation where you need to stay at home because you’re going out too much. So, you tell everyone you’re staying at home, but you’re sneaking out the backdoor.

You need to be alone?

No, it’s more to do with, like, you need to calm down, you’re going crazy. And you tell everyone, “yeah, I will, I am.” But then, secretly, you’re going out the window, and you’re going on an adventure. Then you’re coming back home, closing the window and going back to bed like you’ve never been out, you know? And when you put the cushions in the bed and your mum comes in, and she pops in “Oh no, he’s still in bed! He’s been a good boy.” But you’re not, you were sort of out.

Makes me think about anxiety crisis. Would you describe it like that?

Maybe! Maybe, I mean, that’s deep! Maybe.

Sorry. I guess he’s going out.

No, don’t say sorry, it’s beautiful. It’s good! Yeah, maybe that ‘going out’ is all part of the escape really, isn’t it?

Escaping from people.

Yeah, and yourself. And the world.

Your usual self.

Yeah, your usual self! Yeah, of course.

The one you show to people.

Exactly. The one you showed to people, and that also plugs in to the real you, like, you know, this song ‘Favourites’ (which) is about that lying persona – there’s this perfect version of yourself that the world sees – but in the reality of closed doors, you’re just this fragile, twisted, crazy, beautiful, just everything mess that’s just at home, you know, but to the world you’re showing this perfect little image that you have. So, identity is a huge part of the record. Maybe my own, maybe someone else’s, whoever’s, you know?

Yes, everyone’s, maybe.

Yeah!

But yeah are they the few voices you have in your head?

There’s plenty of them.

About ‘Favourites’, because you worked with Little Simz, we were wondering how you met, how did you start working together, and if you’d like to start working with other female artists?

Yeah! Absolutely. So that was just a mutual friend and then we got chatting, and I explained the concept of the song and showed her in, and she really liked it. Then she came to the studio and it was amazing. I think, (with) this whole ‘THE S.L.P.’, I’ve created a place in which collaboration is a part of it, so moving forward, next time I would like to explore that even further. And then obviously getting Slowthai and Little Simz, I wanted to keep it like this sort of young, new, British sound I’m really into. I feel like the album is where I am at now and where I see Britain now, and I think those two are important factors in that, you know, musically. But then I just hope it opens the doors to the next lot of people – maybe they’re all American, or maybe they’re all Spanish, I don’t know, wherever they are or whoever – I just feel like I want to do more of that. But, you know, in terms of the band, that’s a different thing, it wouldn’t work as well if it was a part of the band, but I need to explore.

If it’s a feature, ‘featuring…’?

Yeah I mean, we could do it, but it makes more sense in this other world.

If you had to do a second record on your own, would you like to work, or write, with other people?

Yeah, yeah, more collaboration, of course.

Do you have ideas?

Yeah, there’s a list. But I wouldn’t say, because, you know, it’s quite hard to get hold of people. And now this has started then, they’ve got more of a story, you know.

Where did you record your album?

Just at home.

Was the recording process any different from what you were using?

No, similar, very similar. I mean, there was definitely more of a minimal approach. Didn’t really write on the guitar or anything. I wanted to keep it really minimal. And I, sort of, banned myself from my usual process. So, I did things; any time I thought it was going to sound where I stopped, I made sure that it didn’t go that way. But it was really created (in) six months or something.

That’s quick!

Yeah, I just did it. I didn’t really think about it a whole lot. I felt like, this feels good so it’s ready to go. And it’s, sort of, I could work at a really good pace, you know, really quickly.

You can’t do that with Kasabian?

It’s just a different process. There are more factors to consider: people and the world in which that music exists. Like I have to think about 80 thousand people in a field, you know, going crazy, and that’s something! That’s a beautiful thing to have to consider. But this time I don’t have to think about any of that and just do whatever I want. Just really quite liberating. And also, to take back into that world is liberating because it’s nice to forget and then you should continue to forget, while you can.

Could you tell us more about your musical or visual inspiration?

Yeah, I suppose I’ve always kind of seen music visually. Like anything I’ve really enjoyed, I always see pictures. I hear the music but it always makes me feel like I’m attached to it emotionally and I can see the music video in my head, of any song, really. So, I’ve always connected those two. I’ve always been interested in psychedelia, as you probably know, so I think it must be the visual connection I have with music that attracts me so much to soundtracks. And I always feel like albums – the good ones for me – they do feel like movies, they do feel like stories and things that have a beginning, a middle, and an end. And things that should be listened to in a sitting, I like that. I like ‘1 and 2’ or ‘1 and 8’ and then put that with another. I like that there’s a playlist, mixtapes – great! But I like the story of a record; and I always think, for me, putting that together always helps me to imagine a soundtrack or a film, and it gives it an identity, I think, that I’ve always really enjoyed.

It’s funny you said that, because when I hear your music, most of the time I see pictures too. But not in ‘one’ movie. Every song is a different kind, you know? I see horror, I see Western, I see a thriller. It’s like, in your head you have a few stories and vision of a film. It’s really interesting and I feel this in your (new) music because I’ve heard some of your songs, and the first song reminds me of music of Ennio Morricone?

Yeah, huge influence, yeah. That’s great, I mean, you’re right. It’s more of a snippet. It’s probably ten movies in one, rather than the whole thing. But yeah, Ennio Morricone is obviously, you know, I named my son Ennio, so that’s how much I love him. But yeah, I brought those notes back throughout the album as well, just to kind of remind people that we’re on this little journey.

I guess that’s what we feel too, you know, even in concert.

Good, that’s great! Yeah, especially in a concert! That’s something I really take so much time into figuring out and thinking. I’ve always had a huge admiration for dance music because I just feel like although it can be quite like machine, like only motion in places, and I know drugs play a big part in there or in those ideas; but I do think there’s a way in which they curate the show where you, kind of, meet somewhere here. And when bands get it right, you sort of, you know… bands, they do this- it’s loud, and it’s quiet, and it’s slow, and it’s slow, and it’s like ‘Man, you’re just f*cking with me, innit?’ – and you need to bear that in mind, you know. Just make sure when you press the next track, it’s the bright one, and then you feel so ‘Ahh I’m comfortable here rather than that, f*ck! You got it wrong. It’s killed me!’.

How Aitor is contributing to your visual universe?

Yeah, he did the artwork for this record, yeah.

So, it was his idea for the make-up?

Yeah, yeah, he sort of liked the idea of, obviously like, Aladdin Sane was talked about. But didn’t want it to feel too structured and too clowny, if you know what I mean. So, he wanted it to be more. It was the idea that a child has put it on, so, it’s more like, to remind you to play like how a child would put make-up on – where they just find it and then they just put it on and it looks great, you know. That was the idea behind (it), to always remind yourself to play. That’s kind of, creating any art really should start with – just play, just play and see where that takes you – and with that in mind, you can create.

About that, we know that you exposed some photos, we couldn’t go because it wasn’t in France, obviously. And because you are dancing in the video and you are using lots of ways to express yourself, we were wondering if you were thinking sometimes about more ways to express it, or how did you come up with the idea. Did you come up with the idea for the video?

Yeah, yeah, I think we do live in a world where, like, I don’t really see any difference between, like, to draw a piece of art, or to play guitar, or to make a video. I think they all merge into one thing. We like to go – ‘Oh he plays guitar, he writes songs, so he’s that. He can’t, or, he shouldn’t make films because he’s not a film-maker!’, and then (with) the film-maker, ‘oh you shouldn’t play guitar, that’s their job!’. And I just think it’s all really one thing. If you explore, if you’ve got a thirst for making stuff and once you get the hang of a different medium, it’s all quite exciting. And also, maybe, it’s kind of cool when you don’t really know what you’re doing, I think that’s when some good stuff happens. So, I just see it all as an opportunity to make summat. I think that’s the thing. I always feel like, if I’ve not made anything at the end of the day, I’ve not done anything – whether that’s a little video, or a song, or a drawing, or something. I have to finish the day by making something or I think like I’ve wasted the day.

That’s such a pressure.

It is kind of, but no, I suppose, yeah, it can be annoying because sometimes you’re better off just sitting in the sun, you know.

Yeah. I think it’s the need.

I think it is, yeah. I don’t know, there’s definitely like, it releases Endorphins. It does something.

Yeah you feel usefuland happy.

Yeah like it’s hit something.

You are kind of dancing like a kid, so, it goes with your idea of playing. I mean, no offence!

Do you remember the film, Ace Ventura? Jim Carrey.

Yes.

It was like Ace Ventura and it was like…. who’s the guy that does dancing in the rain?

Gene Kelly.

Gene Kelly! So, it’s like Ace Ventura trying to be Gene Kelly.

Without the rain.

Without the rain.

We know you’re coming to Paris, but are you allowed to tell us if you have any plans for festivals or something?

I’m not sure, like, I’m kind of keeping it very open, you know. I like the idea of secret, like, maybe turning up somewhere without saying anything.

We do know that you’re playing in Paris.

Yeah, I’m definitely playing in Paris. No, no, but I mean like in festivals and stuff. But I can’t wait because it’s a little small place and I’ve got some ideas. I hope I can fit the show in to the size because the show I’ve got is going to be like, this is the best way to describe the show : you’re walking, it’s like 4 a.m. and you’re walking home, and then you see a light in the street and there’s a guy in the front, and you go up trying to get in and he says ‘you can’t come in because you need the password’, and it so happens that one of you has the password to get in. So, he lets you in and he opens the door, and you go in and it’s like ‘f*ck!!!! What is going on, like I was not expecting this feeling, like, God this is, woah!’. Yeah. That’s what I want it to feel like.

Balloons, and lights, disco!

Yeah, disco, but not in like a..

Like a psychedelic disco?

Yeah! Exactly! Not in like a cheesy, like a Bee Gees disco, but more like ‘f*ck!!’, you know what I mean? More like, ‘man! I was not expecting this night to end like this’. Psychedelic disco, exactly!

We will be going to define you like this now.

I’ll take that, that’s good. There you go! I’ll take that.

I think you’re going to enjoy playing again in small venues.

Yeah, I do too.

I feel like Kasabian hasn’t been able to play small venues from a long time, it’s really difficult to see you in small venues. Except the last time we saw you, five years ago, at Le Bataclan.

Oh wow, yeah! That was small, just before the album so, yeah. But I’m not going to play guitar much. I’m going to sing and dance.

And jump on people.

Yes, exactly, that’s exactly what I’m going to do.

And throw glitter, and..

Exactly, yeah!

That could be nice. 30 Seconds To Mars did it and it was funny. They started throwing powder at us and we just came home with so much colour, like, blue hair and yellow face, that was funny. They came to Paris for a show and they just started throwing powder, but it was paint. 

A bit like the Indian stuff at parties, yeah, nice.

Everyone was yellow, blue, and

Brilliant!

Like a ‘Colour Run’, but in music. When people start running for benefits and stuff and people start throwing coloured powder? Like in festivals sometimes? They don’t do that in France but I’ve seen it.

Yeah, yeah, I’ve seen it in Indian stuff.

And it’s a crazy atmosphere and I just love to do that.

Wicked. Perfect.

That would be so cool. Even at Le Bataclan, it was such a great show because it was such a small venue and we were like best fans from the beginning. That’s how we met!

Oh wow! That’s phenomenal.

We were queuing for Kasabian and they were releasing the tickets at a given time, a really precise time, like 2 in the afternoon; so everyone missed work and we were just queuing and letting people go for other things. We didn’t know each other and we were just staring at each other, and I was like, ‘are you waiting for Kasabian?’, and in the end we just.. I went out around 1 p.m. and I told my mum I was going to just buy the ticket and come back, and we ended up talking about the band till 9 or 10 p.m.

That’s amazing. That’s so cool.

We just stayed in front of the building until they kicked us out! Like, ‘why are you still here, you have your ticket?’, ‘well, because we’re talking about Kasabian!’.

That’s crazy!

Yeah, because through your music, I met a lot of people. So many people! And we just get to see them every time, that’s great.

I’m so glad! That’s beautiful, great! I feel, that’s very nice. Nice thing to say. It’s a lovely story. That’s cool.

Yeah, that’s us.

That’s music.

The power of music.

The power of music. That’s beautiful.

Even worse when it comes to you, because we spend so much money sometimes and we’re just happy to do it because, we’re like, it’s raining, and we’re wrapped in trashbags because we don’t have cover.

That looks quite cool though.

I can’t do it so much anymore because I’m getting older, but I used to do it a lot and it was so cool, spending your nineteen years, so cool.

Amazing. Wicked.

And even now it’s cool. I think it’s a shame you only get to play Le Zenith all the time because I think it’s too big for you. I mean, it’s too big and you don’t enjoy the..

It’s just the way it happens, you know.

I think it’s cool for you too, you feel the connection with people.

Absolutely, yeah, yeah, that’s so important. It’s like, the main reason is, kind of, it, right? To connect. That’s kind of why you make anything. Right? So the closer you can get to that, it’s only a good thing.

Anyway, we prefer to connect with you than..

Yeah, exactly, yeah. Things just get big, sometimes they get out of control, you just have to follow them.

That would be great if you could play stadiums too.

Yeah man.

I guess you’ll be sold out.

One day.

I’m pretty sure one day you’re going to be sold out in stadiums.

Maybe. That’d be nice.

Like Stade de France. That’s what they do in other cities in England. That’s something else. That’s really something else.

Yeah, you know it is pretty good. If you can get it right, you can make it sort of feel small.

When you have like two-hundred thousand people yelling ‘Fire’, that’s something else.

Yeah man, crazy time.


FRENCH


Bonjour Sergio! Pour commencer, comment vas-tu ? Content d’être à Paris ?

Ca va très bien merci. Oui très content. 

Tu as eu le temps de visiter un peu la capitale ?

Non je suis juste resté ici, là où est ma place. 

Combien de temps comptes-tu rester ?

Juste aujourd’hui, mais je reviendrai bientôt.

Qu’est-ce qui t’as poussé à te lancer dans ce projet solo ? C’est une idée que tu as depuis longtemps ?

Par vraiment. Nous avons juste décidé avec les gars de prendre une année sabbatique, donc je me suis dit que c’était maintenant ou jamais. Je me suis dit que si je ne le faisais pas maintenant je n’aurais probablement pas d’autre occasion de le faire, en tous cas pas avant quatre ou cinq ans. J’avais déjà réfléchi au concept et j’avais deux ou trois morceaux de côté que j’aimais beaucoup. Ils avaient un peu un son de bande originale de film et un concept de “pendant ce temps”, comme dans les BDs, quand le narrateur écrit “pendant ce temps dans la Bat Cave…” (ndlr : comme des intermèdes). J’avais déjà l’idée en tête, je me suis dit autant aller jusqu’au bout, et la répandre pour voir ce qui se passe. 

Donc tu avais les idées mais tu ne savais pas trop quand les concrétiser… 

Oui, c’était des morceaux que j’avais de côté, dont je ne savais pas trop quoi faire mais que j’aimais bien écouter. Je me suis dit que si je ne les sortais pas ils seraient perdus pour toujours. Je me suis dit maintenant que j’ai le temps et que j’ai ces espèces de morceaux-intermèdes de côté, autant écrire d’autres chansons et en faire un album. 

Personne ne savait que tu sortais un album, tu as gardé le secret ?

Oui.

Pourquoi ?

Eh bien, je ne sais pas, je trouve que tout le monde sait toujours tout sur tout le monde tu ne trouves pas ?

Oui, c’est le principe des réseaux sociaux.

Oui, c’est probablement stupide, mais j’aime les surprises. Je sais que j’avais cette idée d’album et la musique que j’allais enregistrer, je me surprenais pendant toutes les étapes. Tu penses que tu vas prendre une certaine direction et finalement non. Ça fait partie de l’aspect ludique.

Oui et l’aspect ludique est assez propre à Kasabian.

Oui en general, tu as compris.

Est-ce que ça te rend nerveux de te lancer et de jouer tout seul pour la première fois ?

Oui, ça va être amusant. Je veux dire, ça fait peur, mais c’est une bonne chose. Je pense que, si tu es un artiste, et tu en arrives au point où ton travail te semble confortable, alors tu n’es probablement pas au bon endroit. Tu dois sentir une espèce de résistance. 

Un défi.

Voilà. On a fait six albums et tout s’est très bien passé, même au-delà de mes plus folles espérances. Avant de commencer le nouvel album, j’ai ressenti le besoin d’aller voir ailleurs et d’explorer un peu par moi-même, de voir la Terre de l’espace, si tu vois ce que je veux dire. J’avais besoin de changement. Une fois que tu as commencé ce voyage, tu as une idée plus claire de ce que tu veux pour ton album, et je ne pense pas que j’aurais obtenu cette perspective sans tout ça.

Tu vois cet intermède comme un tremplin pour travailler sur le prochain album de Kasabian ?

Exactement. J’ai l’impression que les choses restent excitantes de cette manière. Comme à la mer, parfois une tempête est nécessaire pour que les bateaux se soulèvent et s’entrechoquent, pour que le lendemain tout le monde se réveille et se dise “Wow! C’était flippant, mais maintenant ça va.”

C’est une belle façon de voir les choses. Ca a l’air de t’avoir fait du bien.

Oui, j’ai reçu beaucoup d’encouragements et de positivisme de la part de mes amis et de certains artistes. Jusqu’ici, les retours ont été incroyables. Du coup je me dis qu’effectivement, c’était une bonne idée, et pas “ah merde j’ai déconné.”

Certaines chansons du nouvel album semblent un peu sombres. Dans Lockdown ou Trance, on a l’impression que tu es coincé et que tu n’es pas vraiment libre de tes choix. 

Comme si j’avais besoin d’un échappatoire ? Peut-être. Lockdown raconte l’histoire de quelqu’un que l’on empêche de sortir, parce que les autres estiment que tu sors trop. Tu dis donc à tout le monde que tu vas rester à la maison, mais tu fais le mur. 

Tu a besoin de te retrouver seul ?

Non, c’est plutôt un besoin de te calmer, parce que tu deviens fou. Tu dis à tout le monde que c’est ce que tu vas faire, mais tu sors discrètement par la fenêtre et tu pars à l’aventure. Puis tu rentres à la maison, tu fermes la fenêtre et tu te remets au lit comme si tu n’étais même pas sorti tu vois ? Et quand tu glisses des coussins sous la couverture et que ta mère passe la tête dans l’embrasure elle se dit “Oh il est au lit, c’est un bon garçon. Mais ce n’est pas le cas.

Ca nous a plutôt fait penser à une crise d’angoisse. Est-ce que tu la décrirais comme ça ?

Peut-être ! C’est aller encore plus loin, mais Pourquoi pas.

Désolée, je pensais à la partie où il sort…

Non, ne sois pas désolée, c’est une belle vision de la chanson. C’est bien ! Peut-être que le fait de sortir fait justement partie de l’évasion oui !

Echapper aux gens.

Oui, et échapper à toi-même, et au monde.

Pour être ton veritable toi.

Oui, pour pouvoir être entièrement toi-même bien sûr ! 

Pas celui que tu montres aux autres.

Exactement. Cette facette a un impact sur ton veritable toi, la chanson Favourites parle de cette fausse identité – il y a d’un côté cette personne parfaite que tout le monde voit – mais derrière les portes closes, dans la réalité, tu es juste cet être fragile, tordu, fou, magnifique, un bordel qui reste à la maison, tu vois, mais au monde, tu montres uniquement cette parfaite petite façade. 

On peu dire qu’il ya donc plusieurs voix dans ta tête…

Pleins oui.

Au moins elles t’aident à écrire, c’est bien !

Exactement !

Pour en revenir à Favourites, on se demandait comment tu as rencontré Little Simz, avec qui tu collabores sur ce titre. Est-ce que tu aimerais travailler avec d’autres artistes féminines un jour ?

Absolument ! On s’est rencontré via un ami commun et on a commencé à discuter, je lui ai expliqué le concept de la chanson, je lui ai montré, et elle a beaucoup aimé. Elle est ensuite venue au studio, et c’était super. Je pense qu’avec THE S.L.P j’ai créé un espace don’t la collaboration fait partie, donc c’est quelque chose que je voudrais bien explorer encore plus dans le futur. Evidemment, en travaillant avec Slowthai et Little Simz, je voulais apporter un son jeune, nouveau, anglais à l’album, un son que j’adore. Cet album reflate l’endroit où je suis en ce moment, et je pense que ces deux-là en font musicalement partie intégrante. J’espère que ça ouvrira d’autres portes pour certaines personnes – peut-être qu’ils sont tous américains, ou espagnols, ou ce qu’on veut – je sais juste que je veux travailler comme ça plus souvent. Mais avec Kasabian, c’est différent, ça ne marcherait pas aussi bien, mais j’ai besoin d’explorer. 

Même un duo entre Kasabian et un autre artiste ?

Oui, ça pourrait fonctionner, mais pour moi ça a plus de sens de le faire dans cet autre monde.

Si tu pouvais sortir un deuxième album, aimerais tu travailler, ou écrire avec d’autres personnes ? 

Faire plus de collaborations ? Oui bien sûr. 

Tu as déjà des idées de collaboration en tête ?

Oui j’ai fait une liste. Mais je n’en parlerai pas, parce qu’il est parfois difficile d’aborder les gens. 

Où as-tu enregistré l’album ?

Juste à la maison.

As-tu utilisé un différent processus de création pour cet album que celui que tu utilises pour les albums de Kasabian ?

Non quasiment le même. Il y avait définitivement une approche plus minimaliste. Je me suis éloigné le plus possible de mon processus habituel. J’ai pris cette habitude, à chaque fois que je semblais aller vers une direction connue, je me forçais à en choisir une différente. Mais ça ne m’a pris que six mois pour enregistrer cet album.

C’est rapide !

Oui, je me suis juste lancé. Je ne me suis pas trop posé de questions sur le moment. Je me suis dit que je me sentais bien et prêt à me lancer. J’ai pu travailler à un très bon rythme, assez rapidement. 

Tu ne peux pas faire ça avec Kasabian ? 

C’est juste un processus différent. Il y a davantage de facteurs à prendre en compte les gens et le monde dans lequel la musique existe. Je dois penser à environ 80 000 personnes dans un champ, qui se lâchent complètement, et c’est quelque chose ! C’est un bel aspect à prendre en consideration. Mais cette fois je n’ai pas besoin de penser à tout ça, je peux faire ce que je veux. C’est vraiment libérateur. Se laisser dériver dans cet univers, c’est libérateur car c’est agréable d’oublier, et autant continuer d’oublier pendant que tu le peux. 

Peux-tu nous en dire plus sur ton inspiration musicale et cinématographique ?

J’ai toujours eu une vision cinématographique de la musique, je suppose. Dès que j’aime quelque chose, je le visualise toujours à travers des images. J’entends la musique, mais j’ai aussi l’impression d’y être attaché d’un point de vue émotionnel, et je peux voir le clip de n’importe quelle chanson dans ma tête, en réalité. J’ai toujours connecté ces deux aspects. Le psychédélisme m’a toujours intéressé, comme tu dois probablement le savoir, donc je pense que la connexion visuelle que j’ai avec la musique est responsable du profond interêt que j’ai pour les bandes originales. Les meilleurs albums, pour moi, ont toujours fait penser à des films, des histoires qui ont un début, un milieu, et une fin, des albums à écouter assis. J’aime bien, “la 1 et la 2” mais aussi “la 1 et la 8”, et je les couple avec d’autres. J’aime le fait qu’il y ait une playlist, des compilations. C’est super ! J’aime l’histoire d’un album. Quand j’en assemble un, ça m’aide à imaginer une bande son ou un film, ça me donne une identité que je pense avoir toujours apprécié. 

C’est amusant que tu dises ça, car lorsque l’on écoute ta musique, la plupart du temps on voit des images aussi.  Mais pas en un seul film. Chaque chanson est un film différent, tu vois? Je vois de l’horreur, du western, du thriller… Comme si tu avais plusieurs histoires et la vision d’un film dans la tête. C’est un concept intéressant que j’ai ressenti en écoutant ton nouvel album. Par exemple, la première chanson m’a fait penser à Ennio Morricone.

Oui il fait partie de mes influences majeures. J’ai appelé mon fils Ennio donc tu vois. J’ai inclus certaines de ses notes dans ma composition, pour rappeler aux gens que nous faisons ce court voyage ensemble. c’est sûr. Pour ce qui est de l’album, c’est plus un extrait qu’un film. Ou plutôt dix films en un. 

Je suppose que c’est aussi ce que l’on ressent, surtout lors d’un concert.

Tant mieux, c’est super ! Surtout pendant les concerts ! C’est une des choses sur lesquelles je passe tellement de temps. J’ai toujours eu une énorme admiration pour la dance music, parce qu’elle peut fonctionner comme une machine, juste du mouvement dans un espace, et je sais que les drogues jouent un grand role là dedans ou dans ces idées; mais je pense que d’une certaine façon elle dirige le spectacle, de façon à ce que les gens fassent des rencontres. Et quand un groupe arrive à faire ça – quand ils jouent sur scène, ça peut être bruyant, puis silencieux, puis lent, de plus en plus lent et tu penses “mec, tu te fous de moi?” – tu dois garder ça à l’esprit, tu vois. Tu dois être certain que quand tu lances la prochaine chanson, c’est celle qui va tout relancer, celle sur laquelle tu vas te dire “ Aah je préfère ça, putain tu t’es trompé. Ça m’a tué!”

Il parait qu’Aitor t’a donné un coup de main sur cet album ?

Oui, il a fait la pochette de l’album. 

C’est lui qui a eu l’idée de te maquiller?

Il aimait bien l’idée, on parlait d’Aalladin Sane, mais nous ne voulions pas que l’image paraisse trop structurée ni clownesque, si tu vois ce que je veux dire. Il voulait que ce soit plus que ça, comme si c’était un enfant qui s’était barbouillé la figure, pour te rappeler de continuer de jouer comme un enfant, lorsqu’il emprunte le maquillage de sa mère. Ils le trouvent simplement, ils en mettent sur leur visage et ça rend super bien, tu vois? C’était l’idée derrière la pochette, de ne jamais cesser de t’amuser. À mon avis, le jeu est nécessaire au commencement de tout art créatif – joue et vois où cela te mène – avec cette idée en tête, tu peux commencer à créer. 

En parlant d’art, nous savons que tu as toi-même exposé quelques photos, même si nous n’avons pas pu les voir parce que tu n’exposais pas en France. Nous savons également que tu danses dans la video de ton premier single; tu t’exprimes à travers beaucoup de supports! As-tu pensé à davantage de moyens de t’exprimer? Comment t’es venu l’idée de danser comme ça dans le clip? 

Nous vivons dans un monde où je ne vois pas de différence entre le fait de dessiner, jouer de la guitare, ou réaliser une vidéo. Je pense qu’ils fusionnent tous. Les gens aiment bien dire “Oh il joue de la guitare, il écrit des chansons, c’est ce qui le définit. Il ne pourrait pas, ou ne devrait pas réaliser de films, parce que ce n’est pas un réalisateur!” ou dire à un réalisateur: “Tu ne devrais pas jouer de la guitare, ce n’est pas ton travail!” Et je pense qu’en réalité il ne s’agit que d’une seule et même chose. Si tu explores, si tu as la soif de créer, une fois que tu as commencé à t’accrocher à un moyen d’expression différent ça devient plutôt excitant. C’est aussi plutôt cool d’avancer sans savoir ce que tu fais. C’est dans ces moments-là que les meilleures choses arrivent à mon avis. Je vois tout cela comme une opportunité de faire quelque chose. C’est tout l’interêt. J’ai toujours l’impression que, si je n’ai rien créée à la fin de la journée, que ce soit une vidéo, une chanson, un dessin, quoique ce soit, alors la journée est perdue. 

C’est beaucoup de pression ..

Oui en quelque sorte, mais non, je suppose, ouais, ça peut être embêtant. Parfois, c’est juste plus simple d’aller bronzer au soleil, tu vois.

Oui, je pense que c’est inévitable.

Je pense que ça l’est, oui. Je ne sais pas, ça libère définitivement de des endorphines. Ca fait quelque chose.

Oui, tu te sens utile et heureux.

Ouais, comme si tu appuyais sur un bouton.

Tu danses un peu comme un enfant, c’est cohérent avec avec ton concept de jeu. Sans vouloir te vexer !

Tu te rappelles du film Ace Ventura ? Jim Carrey. C’était comme Ace Ventura et… comment s’appelle l’acteur qui joue dans singing in the rain déjà ?

Gene Kelly.

Gene Kelly ! C’est comme si Ace Ventura essayait d’imiter Gene Kelly.

Sans la pluie.

Sans la pluie.

On sait que tu viens à Paris, mais as-tu le droit de nous dire si tu comptes jouer en festival ou autre ?

Je n’en suis pas sur, j’essaye de rester très ouvert aux opportunités, tu vois. J’aime l’idée de garder le secret, de peut-être passer quelque part sans m’annoncer avant.

Nous savons que tu joues à Paris.

Oui, je vais jouer à Paris. Je veux dire dans les festivals ou autres. Je suis impatient car c’est une toute petite salle et j’ai déja quelques idées. J’espère que je pourrais adapter mon concert à une salle de cette taille parce que mon concert va être… comme si tu rentrais à pieds chez toi à 4 heures du mat’, et là tu vois une lumière dans la rue et il y a un gars devant, tu vas essayer de rentrer mais il va te dire que tu ne peux pas sans mot de passe, sauf que l’un d’entre vous a le mot de passe pour entrer. Alors il vous laisse passer, il ouvre la porte, vous entrez et tu seras genre ‘P*tain!!! qu’est ce qui se passe, je ne m’attendais pas à ressentir un truc pareil, mon dieu c’est… ouah !’. Oui, c’est à ça que je veux que ça ressemble.

Ballons, lumières, disco !

Oui, comme en discothèque, mais pas comme dans un…

Comme une discothèque psychédélique ?

Ouais ! Exactement ! pas comme une discothèque mielleuse, genre bee gees, mais plus comme une disco en mode “P*tain !!”. Tu vois ce que je veux dire ? Où tu te dis : “mince ! Je ne m’attendais pas à ce que la nuit finisse comme ça. Une discothèque psychédélique, exactement ! 

Nous vous définirons comme ça maintenant.

J’accepte, ça sonne bien. Allez! Va pour psychédélique disco.

Je pense que ça va te plaire de jouer à nouveau dans de petites salles.

Oui, je le pense aussi.

J’ai l’impression que Kasabian n’a pas fait de petites salles depuis longtemps, c’est vraiment difficile de vous y voir. A part la dernière fois qu’on vous a vus, il y a 5 ans, au Bataclan.

Oh wow, ouais ! C’était petit, juste avant l’album donc, oui. Mais je ne vais pas jouer beaucoup de guitare. Je vais chanter et danser.

Et sauter dans le public.

Oui, exactement, c’est exactement ce que je vais faire.

Et jeter des paillettes !

Exactement, ouais !

Ca pourrait le faire. Le groupe 30 seconds to Mars l’a fait et c’était fun. Ils ont commencé à nous jeter de la poudre dessus et on est rentrés à la maison avec tellement de couleurs, les cheveux bleus et la tête jaune, c’était marrant. Ils sont venus à Paris pour un concert et ils ont commencé à jeter de la poudre, mais c’était de la peinture.

Un peu comme le truc indien pendant les fetes, ouais, cool. 

Tout le monde était jaune, bleu et …

Génial !

Comme une ‘color run’, mais en musique. Tu vois quand les gens font des marathons par exemple et les qu’ils commencent à jeter de la poudre colorée ? Comme dans les festivals quelques fois ? 

Ouais, ouais, j’ai vu ça dans soirées indiennes.

C’est une atmosphere incroyable et j’adore faire ça.

Génial. Parfait.

Ce serait tellement cool. meme au bataclan c’était un concert génial parce que c’était une si petite salle et juste les meilleurs fans depuis le début. c’est comme ça qu’on s’est rencontrés d’ailleurs.

Oh wow ! c’est phénoménal.

On faisait la queue pour acheter nos tickets pour kasabian et ils ouvraient les ventes genre à 2 heures de l’apres midi ;  donc tout le monde a raté le boulot and nous étions juste en train de faire la queue et on laissait les gens passer devant nous en attendant l’heure fatidique. Nous ne nous connaissions pas et on se regardait, et je lui ai demandé si elle attendait pour sa place aussi. Je suis sortie à 1 heure, j’ai dit à ma mère que j’allais juste acheter ma place et revenir et finalement on a parlé du groupe jusqu’à 9 ou 10 h du soir.

C’est incroyable, c’est tellement cool.

On est juste restées plantées devant la Fnac jusqu’à ce qu’ils nous virent ! Ils nous ont demandé : ‘pourquoi vous êtes encore là, vous avez vos places, non ?’ On a répondu qu’on était juste en train de parler musique.

C’est dingue ! 

Grâce à votre musique, j’ai rencontré beaucoup de gens, tellement de gens ! On les retrouve à chaque fois, c’est super.

J’en suis très heureux. C’est beau, super ! C’est vraiment sympa. Ca fait plaisir à entendre, quelle belle histoire. C’est cool.

Oui, c’est nous.

C’est la musique.

Le pouvoir de la musique.

Le pouvoir de la musique. C’est magnifique.

Nous avons dépensé tellement d’argent parfois et on est contentes de le faire parce que, même s’il pleut, qu’on est enroulés dans des sacs poubelles parce qu’on a pas de quoi se couvrir….

Ca l’air plutôt cool.

Je pense que c’est dommage que vous ne jouiez que dans des grandes salles désormais, la connexion avec le public en est parfois amoindrie.

Ce sont des choses qui arrivent.

Du moment que tu arrives à interagir avec le public, ça va quand même…

Absolument, c’est tellement important. C’est la raison principale pour laquelle on fait tout ça non ? Pour se connecter aux autres. C’est la raison pour laquelle tu fais quoique ce soit d’ailleurs, pas vrai? Plus tu te rapproches de cet objectif, meilleur c’est. 

Mais bon c’est plus simple dans des petites salles.

Je sais bien, les choses évoluent, échappent à notre contrôle, on doit juste suivre le mouvement.

Bientôt vous jouerez dans des stades…

Si tu t’y prends bien tu peux faire sentir au public du stade qu’ils sont dans une petite salle.

200 000 personnes chantant Fire, ça enverrait du lourd.

Ouais, ce serait fou.

No Comments

Post A Comment