Shvpes

Le coronavirus se propage aussi dans l’industrie musicale

Les mesures préventives mises en place en France contre le COVID-19 entraînent l’annulation de nombreux concerts et festivals.

Une interdiction de rassemblement

Coronavirus. Ce mot est au centre de toutes les conversations depuis le début de l’année. Le premier cas COVID-19 a été contracté pour la première fois en Chine, depuis, l’épidémie a touché tous les continents. En Europe, l’Italie a été fortement frappée et a créé de nombreuses zones de quarantaines. La France doit à son tour faire face à ce virus qui a déjà touché près de sept cents personnes sur le territoire. Le 04 mars, un arrêté annonce que les rassemblements de plus de cinq mille personnes dans un espace clos sont interdits jusqu’au 31 mai. Par ailleurs, “Le représentant de l’Etat dans le département est habilité à interdire ou à restreindre, y compris par des mesures individuelles, les autres rassemblements lorsque les circonstances locales l’exigent.”

Des festivals et concerts annulés

Cela touche le secteur du spectacle vivant car de nombreuses salles ont une capacité supérieur à 5 000 places. C’est le cas notamment des arénas et des zéniths, parmi d’autres. Des concerts et festival ont donc été annulés.

C’est le cas notamment de Rock The Pistes et Tomorrowland. Ces deux festivals qui devaient se dérouler entre le 14 et le 21 mars ont été annulés. Le premier étant sur un territoire franco-suisse a dû faire face à l’interdiction suisse d’organiser des rassemblements de plus de 1 000 personnes, complété par un arrêté du préfet de Haute-Savoie. Quant à la deuxième édition de Tomorrowland, elle a été annulée par le gouvernement à cause de la trop forte proximité entre les festivaliers et festivalières ainsi que leur provenance. En effet, 20 000 personnes venant du monde entier étaient attendues, trop risqué pour la préfecture. Le festival Chorus à la Seine Musicale a reçu le même traitement puisqu’il devait avoir lieu dans un espace confiné. NAYANA IZ, Ebony Frainteso et Joy Crookes  devaient notamment s’y produire.

A l’étranger, le fameux SXSW a aussi été annulé pour la première fois en trente-quatre ans. C’est tremplin non négligeable pour de nombreux petits groupes qui souhaitent entrer dans le marché nord-américain. De fait, quelques artistes britanniques devaient s’y rendre, comme Buzzard Buzzard Buzzard, Arlo Parks, Beabadoobee ou Bang Bang Romeo pour ne citer qu’eux. Des artistes britanniques ont aussi dû annuler une partie de leur tournée comme Mabel, Foals, Sam Fender ou New Order.

Des concerts en France ont aussi été annulés, notamment dans les arénas. Ainsi, l’Accor Hotel Arena a reporté l’ensemble des concerts programmés, ce qui inclut Dua Lipa, Harry Styles et Queen. Le concert de Paul McCartney à La Défense Arena devrait lui aussi être touché. Néanmoins, un flou est encore présent car la fin de l’arrêté a été avancée au 15 avril. On ne sait donc pas ce qu’il adviendra et si les dates concerts ont déjà été déplacées.

Un coup dur pour l’industrie

Cette interdiction des rassemblements a un impact majeur sur l’industrie. Le Syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacles s’est exprimé à ce sujet. Le président explique que les pertes de recettes sont évaluées à 250 millions d’euros. Les ventes de billet, quant à elles, sont en baisse de 50%, pire qu’après les attentats du 13 novembre. C’est un coup dur pour le secteur du spectacle vivant qui trouvait la date du 31 mai trop éloignée.

En fonction de l’évolution de l’épidémie, les mesures risques de changer, pouvant entraîner de nouvelles annulation. Si, comme la Suisse, les rassemblements de plus de mille personnes sont interdits, les conséquences seront énormes.

No Comments

Post A Comment