Pink Floyd se déchire : “Il pense que je devrais me taire”

Nouvelle embrouille chez les Pink Floyd, 35 ans après la séparation de l’iconique groupe britannique. Et le sujet est assez risible.

Le torchon brûle à nouveau chez Pink Floyd. Si des fans espèrent encore voir le groupe se reformer sur scène – même si Syd Barrett et Richard Wright sont respectivement décédés en 2006 et 2008 – ce ne sera pour demain. En effet, un nouveau clash vient d’éclater, et l’un des membres concernés n’a pas manqué de l’alimenter sur la Toile.

En ligne de mire, l’accusation de Roger Waters révélant que David Gilmour empêche l’artiste d’utiliser le site et les réseaux des Floyd pour promouvoir son travail. “Un million et demi d’entre vous ont vu notre nouvelle version de Mother, qui est très belle – cela me fait vraiment chaud au cœur. Mais cela soulève la question : Pourquoi cette vidéo n’est-elle pas disponible sur le site web de Pink Floyd ? Eh bien, la réponse à cette question est très simple : Rien de moi n’est sur le site – je suis banni du site par David Gilmour“, explique Waters fans une vidéo.

L’ex-bassiste de Pink Floyd poursuit : “Il y a environ un an, j’ai organisé une sorte de Camp David pour les membres restants de Pink Floyd dans un hôtel d’un aéroport de Londres, où j’ai proposé toutes sortes de mesures pour sortir de cette terrible impasse dans laquelle nous nous trouvons. Cela n’a pas porté ses fruits, je suis désolé de le dire, mais l’une des choses que j’ai demandées, c’est d’avoir un accès égal avec vous tous et que nous puissions partager nos projets. Les 30 millions d’entre vous qui sont abonnés à la page web, vous l’avez fait grâce à l’ensemble du travail que nous avons créé tous les cinq sur un certain nombre d’années : C’est-à-dire Syd, moi, Rick, Nick et David.

Et visiblement, Waters en a gros sur la patate. “David pense que la page web lui appartient. Je suppose qu’il imagine que parce que j’ai quitté le groupe en 1985, il possède Pink Floyd, il est Pink Floyd. Il doit penser que je ne suis pas pertinent et que je devrais juste me taire“, lâche-t-il.

Des exemples, il en a de nombreux. “Des amis m’ont dit que certaines des questions posées étaient du genre : “Pourquoi devons-nous regarder Polly Samson, et laisser les Von Trapp nous lire des extraits de leurs romans pour nous endormir le soir ?”. C’est une très bonne question, et pourtant nous n’entendons rien sur ce que fait Roger, sur This Is Not A Drill, ou sur un quelconque autre projet. On ne parle pas de son travail, ni de son film avec Sean Evans US + Them, qui vient de sortir, argue Waters. Nous ne sommes même pas autorisés à mentionner un tel fait sur le site officiel de Pink Floyd. Ce n’est pas correct. Nous devrions nous insurger… ou, tout simplement changer le nom du groupe en Spinal Tap et tout serait parfait.”

Les “chaînes” de Pink Floyd

En forme et bien décidé à tout balancer, Roger Waters évoque également une reformation de son ancien groupe. Le mois dernier, il avait réuni le groupe pour “proposer un plan de paix“, lequel a échoué. “Ce serait vraiment horrible“, assure Waters en évoquant une reformation. Et d’ajouter : “Il est évident que si vous êtes un fan de cette époque de Pink Floyd, alors vous avez un point de vue différent. Je sais que dans la foulée, je vais être traité de méchant par du monde… ainsi soit-il ! Ce n’est pas grave. Mais est-ce que j’échangerais ma liberté contre ces chaînes ? Pas question.

2 Comments
  • Denys Galeterne
    Posted at 07:55h, 21 mai Répondre

    I owe a lot to Waters who contributed to who I am with his texts. But I’m sorry to say that it’s not Dave, Nick and Rick who made him leave Pink Floyd. Even if he had some reasons to have an anger about how The Wall emerged, from his admirable mind, he did not, in my view, have to sack Rick (whose jazz style was so important), to laugh at Nick’s drums (whose nonchalance was the bone of the mood of the music) and to tell to Dave (whose guitar and voice are Pink Floyd quasi-alone) he was not able to achieve an album. He did not have to think he was PF alone and to decide to “final cut” our cherished band. He left, so he is out now. His mourns are not justified… and futhermore, it smells “like money spirit”

  • Denys Galeterne
    Posted at 08:00h, 21 mai Répondre

    The photo is a good choice. Syd is in the air, Roger looks at the outside, and the musical bone of the band looks straight at the photograph as the infrastructure of the all stuff

Post A Comment