Tom Grennan – Evering Road

Tom Grennan est enfin de retour avec un nouvel album. Cet album prévu originellement pour 2020 et qui avait été repoussé de manière indéterminée est enfin là !

Le moins que l’on puisse dire c’est que cet album n’a pas manqué de teasing, en effet l’attente a duré plus d’un an pour les fans. Certes Tom Grennan a essayé de maintenir l’excitation en ponctuant l’année à grand renfort de nouveaux singles, de versions acoustiques et de remixes. N’en a-t-il pas d’ailleurs trop fait ? Quel autre album a eu 7 singles, 10 remixes et 4 versions acoustiques avant même sa sortie ? D’un autre coté, cette exubérance et cette générosité correspondent bien à Tom Grennan… Qu’importe, Evering Road a fini par sortir et il est grand temps d’explorer ses 14 pistes ! 14 ou plutôt 16 ? En effet la version Deluxe est déjà sortie, quand on vous dit que Tom est une personne généreuse !

Un démarrage explosif

Dès les premières notes de If Only, la combinaison piano, guitare, batterie installe une forme de tension et on ressent instantanément la volonté de Tom Grennan de faire des titres plus explosifs. La progression du piano rappelle la façon de jouer d’Elton John dans les années 70. On retrouve également l’ajout de cordes et de choeurs, des nouveaux éléments qui vont être au coeur d’Evering Road.

Le titre est dynamique, entrainant et dansant. Il rappelle dans sa construction l’excellent premier single : This is the Place. Une belle entrée en matière qui se poursuit d’ailleurs avec la même intensité sur les titres suivants.

Something Better surprend à son tour l’auditeur avec des accords au piano plutôt atypiques, la présence de cuivres permettant de donner plus de profondeur et de varier les compositions. Little Bit of Love est plus commercial mais tout aussi réussi. On imagine d’ailleurs très bien Lewis Capaldi interpréter ce titre, notamment le passage du refrain.

Amen est teinté de l’esprit soul et gospel qui a grandement inspiré Tom Grennan lors de l’écriture de cet album. Ce style lui permet à la fois de faire passer de l’émotion et de l’exaltation. En effet, il faut rappeler que l’écriture de Evering Road a été une expérience thérapeutique pour son auteur suite à une rupture. Il décrit lui même cette période comme “une des périodes les plus dures de [son] existence”. Cette détresse se ressent au travers de It Hurts qui est sans aucun doute le titre le plus poignant et le plus émouvant, notamment grâce à l’utilisation parfaite des violons en arrière plan.

Une fin d’album plus poussive

Malgré un très bon démarrage, l’album a du mal à trouver son second souffle dans la deuxième partie. Si on prend les chansons individuellement, aucune n’est vraiment ratée, loin de là. La première explication est peut être dans le fait qu’on retrouve peu de titres accrocheurs dans cette section. A l’exception de Sweeter Then (avec son attrayante guitare en arrière plan) et peut être du second single, Oh Please. Le problème réside peut être également dans la longueur de l’album avec ses 14 titres. Un album plus compact de 11 ou 12 titres aurait sans doute effacé cette impression. Le retrait de Second Time, I Don’t Need a Reason et de You Matter to Me aurait permis de gagner en constance sans pour autant faire de grands sacrifices.

La version Deluxe de Evering Road va également dans ce sens avec deux titres supplémentaires qui sont totalement superflus. Lets Go Home Together est un duo, sans saveur, avec Ella Henderson dont l’absence n’aurait manqué à personne. Dans la même logique, Long Live You and I explore des sonorités déjà vues et revues dans l’album.

Ces éléments viennent légèrement ternir un album réussi pour Tom Grennan qui arrive parfaitement à faire varier les ambiances, les compositions mais également l’utilisation de sa voix. Dans son premier album, il insistait sur son aspect rauque et sur sa diction singulière. Cette fois-ci, il prend plus de risques dans le chant (notamment plus aigu sur Something Better et plus poussé dans It Hurts). La musique prend également parfois le pas sur son chant et sa palette est enrichie par des compositions plus riches et par l’ajout de chœurs. Evering Road est donc l’album de la confirmation pour le jeune auteur compositeur.

Tracklist

If Only

Something Better

Little Bit of Love

Amen

It Hurts

Never be a Right Time

This is the Place

Sweeter Then

Make My Mind Up

Second Time

You Matter To Me

Oh Please

I Don’t Need a Reason

Love Has Different Ways to Say Goodbye

Edition Deluxe :

Lets Go Home Together (feat. Tom Grennan)

Long Live You and I

Nos morceaux favoris : If Only, Amen, It Hurts, This is the Place

LA NOTE DU RÉDACTEUR : 7,5 / 10

Les autres notes :
Fabien : 7/10

No Comments

Post A Comment