Filthy Boy – Smile That Won’t Go Down

 Filthy Boy débarque avec un premier album sorti le 8 avril, les Franz Ferdinand n’ont qu’à bien se tenir !

2013FilthyBoy_SmileThatWontGoDown600G280313

Filthy Boy est un groupe  Ecossais basé au Sud de Londres, composé de quatre garçons Paraic Morrissey, Michael Morrissey, Harry Weskin, et Benjamin Deschamps. Ce premier album “Smile That Won’t Go Down” est aussi pour nous l’occasion de découvrir ce groupe très peu connu en dehors de l’Angleterre où ils se produisent sur scène depuis quelques années.

Dans un genre Indie Rock,  entrons dans l’univers des Filthy Boy, laissons-nous nous guider par la voix de Paraic Morrissey qui n’est pas sans rappelée celle de Alex Kapranos le chanteur de Franz Ferdinand. Cette voix est généralement accompagné d’un arpège sur une guitare électrique au son claire, s’en suit les percussions, la basse et une seconde guitare enchainant les accords saturés.

Alors qu’un quatrième album des Ecossais Franz Ferdinand se fait maintenant largement attendre, les Filthy Boy profitent de ce créneaux pour se montrer au grand jour. “Smile That Won’t Go Down” offre un premier single au refrain entêtant “Jimmy Jammies” sorti au mois de Janvier.  C’est en voyant leurs grand-parents dormir dans un lit simple que les Morrissey ont eu l’idée d’écrire ce titre. Soulignons que celui-ci est arrivé premier dans un sondage posté par le site anglais amazingradio. Dans le clip vidéo nous retrouvons le groupe à travers les rues de nuit, Paraic se faisant promener dans une brouette. Les tons de la vidéo sont plutôt sombres, les images secouées par le rythme de la marche. Découvrez par vous-même :

When Everyone Cheers”  Nous offre une mélodie plus rythmé que le reste de l’album avec sa batterie bien présente, ses grosses guitares et le chant. Plus entrainante elle sort l’auditeur de la léthargie dans laquelle l’opus peut plonger.

Spiral Eyes” nous fait traverser le miroir pour une chanson psychédélique appuyée par un synthétiseur presque angoissant.

In the Name Of” ouvre l’album avec une ligne de guitares électriques claires et saturées annonçant un morceau cadencé sur le thème de l’amour, la rupture et le sexe.

Il est souvent reproché au groupe d’avoir des influences lyrique avec Jarvis Cocker, cependant les quatre Britannique répètent qu’ils ne connaissent que les chansons les plus connues de cet artiste ainsi que de Franz Ferdinand, n’écoutant pas ce genre de musique  et n’ayant jamais caché leur soutien pour The Vaccines, Toy et Eugene McGuinness. Cependant ils prennent ces remarques pour des compliments.

Dans une interview pour leur Tumblr, le groupe explique que lors des sessions d’écriture, ils ne cherchent pas à donner un sens à leurs textes, mais seulement à avoir des rimes. Ce sont des garçons qui ne se prennent pas au sérieux et aiment écrire des choses drôles pour les chanter ensuite.

Le groupe a annoncé qu’ils travaillaient déjà sur le prochain album, en attendant on vous laisse découvrir une version live du single “Jimmy Jammies” :

No Comments

Post A Comment