Kaiser Chiefs en concert à Paris : On y était

Venu défendre leur 5e opus, Education Education Education & War, Kaiser Chiefs a fait vibrer La Flèche d’Or à l’occasion d’un concert énergique et intimiste.

 

Kaiser Chiefs en concert à La Flèche d'Or, Paris, le 22 avril 2014

 

Les 75 minutes de concert n’ont pas été de trop pour faire exploser le thermomètre de La Flèche d’Or en ce 22 avril, date que les Kaiser Chiefs avaient choisie pour offrir au public parisien un concert fou et cela devant quelques happy few.

 

Sur scène comme en fosse, la sueur s’écoule aussi vite que ne se descend une pinte de bière. Ricky Wilson, d’une forme olympique, déconneur, communicatif et comme à son habitude, très remuant, a donné le tempo pour ne jamais relâcher la bride sur son public fidèle et visiblement connaisseur. Sa bande est venue défendre Education Education Education & War, un 5e album qui ouvre un nouveau chapitre dans l’histoire de la formation de Leeds. Un nouveau batteur, un Ricky Wilson transformé par le départ d’un de ses membres et l’expérience The Voice UK, et le fameux retour aux sources promis par ce nouvel opus, brillant certes, mais peut-être un peu trop orienté pop music.

 

Kaiser Chiefs en concert à La Flèche d'Or, Paris, le 22 avril 2014

 

S’il est si appréciable et écoutable en studio, ce nouvel opus se marie-t-il avec les anciens hits du groupe ? Cette machine à tubes made in Kaiser Chiefs qu’est, écoute après écoute, Education Education Education & War, va largement convaincre – si tant est qu’il y en ait – les sceptiques. Ruffians On Parade est un enchaînement parfait à Everyday I Love You Less and Less, The Factory Gates et Coming Home s’enchaînent aussi bien que dans l’album, Misery Company est absolument jouissive, Cannons est une réussite et Meanwhile Up In Heaven perd de sa dimension pop excessive (notamment le refrain) qui faisait tâche sur l’ensemble. Que demander de plus ?  Voir le public se transcender sur les grands hymnes des Kaiser Chiefs, harangué par Wilson. L’énergie décuplée sur Never Miss a Beat, des voix qui s’élèvent en choeur pour Modern Way, cet enchaînement toujours d’anthologie entre I Predict a Riot et l’immanquable Ruby, et un public aux anges, déchaînés devant ce Ricky Wilson s’offrant plusieurs bains de foules, grimpant sur la structure métallique pour dominer son public sur The Angry Mob.

 

Kaiser Chiefs en concert à La Flèche d'Or, Paris, le 22 avril 2014

 

Pour conclure cette courte mais parfaite soirée où chaleur et rock étaient au rendez-vous, Ricky Wilson déchaîne la foule sur Oh My God. Parfaite expression pour résumer l’avis à chaud au sortir de cette Flèche d’Or qui a vibré sans coup-férir. On en redemande. “On ne vous laissera pas. On reviendra bientôt”, lâche Ricky Wilson, essoufflé mais transporté par sa folie si jouissive. Le rendez-vous est déjà pris.

 

NOS PHOTOS DE KAISER CHIEFS A LA FLECHE D’OR 

 

Setlist :

 

Everyday I Love You Less and Less 

Ruffians On Parade 

Everything Is Average Nowadays 

Never Miss a Beat 

Little Shocks 

The Factory Gates 

Coming Home 

You Can Have It All 

Modern Way 

Misery Company 

I Predict a Riot 

Ruby 

Cannons 

The Angry Mob 

——-

Meanwhile Up In Heaven 

Oh My God 

 

No Comments

Post A Comment