Enter Shikari – The Mindsweep : Hospitalised

Un an après l’explosif The Mindsweep, Enter Shikari offre un nouveau visage drum’n’bass à leur quatrième album.

Si The Mindsweep n’était peut-être pas assez electronicore à vos yeux, The Mindsweep : Hospitalised devrait vous combler. Plutôt que de sortir un opus fait de b-sides plus ou moins désordonnées, le groupe de St Albans a préféré donner carte blanche aux artistes électroniques du label Hospital Records avec qui ils ont collaboré pour sortir cet album réinventé.

Une autre jeunesse oui, mais surtout une manière différente de ressentir l’énergie et la virulence de The Mindsweep, un opus résolument engagé, nerveux et profondément alarmiste. Chose qu’on ressent d’emblée avec The Appeal & The Mindsweep I pour lequel Metrik proposera un remix montant crescendo assez jouissif, ou bien du génial single qu’est Anaesthetist, plus nerveuse dans sa rythmique d’n’b où la voix de Rou Reynolds apporte un côté plus viscéral qui appuie sur le message d’urgence prôné par le titre et les mots du politique gallois Aneurin Bevan en conclusion (“No society can legitimately call itself civilized if a sick person is denied medical aid because of lack of means“). Myopia (dont la première partie est une réussite) et The One True Colour offriront à l’inverse des séquences plus douces et solaires quand The Last Garrison se délestera de sa dimension rock pour verser dans un univers plus deep ou qu’Etherwood donnera toute l’essence de sa patte à une version plus éthérée de Never Let Go Of The Microscope.

 

 

The Mindsweep : Hospitalised repose sur l’effet de surprise que chaque titre remixé peut offrir. Si la rythmique drum’n’bass est un arc inébranlable et parfois lassant, certains artistes ne manqueront pas de s’en amuser, construisant et déconstruisant à l’image de l’ovni qu’est Myopia (dont la première partie est une réussite), où les rythmes discordants alternent entre des parties plus lentes et d’autres plus appuyées avec des beats sous acides dont Bop se délecte avec démesure. On pourra également s’éprendre tour à tour des synthès de Hugh Hardie sur Torn Apart, des sonorités orientales de Danny Byrd sur There’s A Price On Your Head ou encore de la lettre en staccato de Dear Future Historians. Krakota servira lui une The Appeal & The Mindsweep II entre voix metalcore et rythmique dubstep. Mais c’est l’Interlude sombre signé The Erised, avec une voix féminine inattendue, qui remporte la palme du plus déroutant (et en même temps réussi) remix.
 

 

Tracklist : 

1. The Appeal & The Mindsweep I (Metrik remix)
2. The One True Colour (Keeno remix)
3. Anaesthetist (Reso remix)
4. The Last Garrison (S.P.Y remix)
5. Never Let Go Of The Microscope (Etherwood remix)
6. Myopia (Bop remix)
7. Torn Apart (Hugh Hardie remix)
8 . Interlude (The Erised remix)
9 . The Bank Of England (Lynx remix)
10. There’s A Price On Your Head (Danny Byrd remix)
11. Dear Future Historians (London Elektricity remix)
12. The Appeal & The Mindsweep II (Krakota remix)

13. Slipshod (Urbandawn remix)

 

Nos morceaux préférés : Interlude, Anaesthetist, The Appeal & The Mindsweep I

LA NOTE : 7,5 / 10

 

No Comments

Post A Comment