Marmozets – Knowing What You Know Now

4 ans(!) après l’épatant The Weird and Wonderful Marmozets, le quintet revient avec Knowing What You Know Now, seconde galette attendue. Écoute et critique.

Que le chemin aura été long entre ces deux premiers efforts de Marmozets! 4 ans notamment marqués par une tournée intimiste avec Muse, une occasion de faire découvrir leur son à une frange de public large et généreuse. Et musicalement parlant? Un léger travail sur la sonorité du groupe, et notamment le genre auquel il pourrait être affilié.

Ainsi, avec Knowing What You Know Now, exit le math-rock/punk énervé de The Weird and Wonderful Marmozets. Avec cette nouvelle galette, nous avons bien en face de nous un groupe punk-rock; heureusement toujours aussi énervé. Et les 5 membres ont 12 titres et 45 minutes pour nous séduire.

Et force est de constater que le grand chelem d’ouverture est imparable. Ainsi, l’enchaînement Play, Habits, Meant to Be et Major System Error nous retourne le crâne, entre riffs énervés et hymnes éructés, toujours portés à merveille par l’implacable voix de Becca Macintyre. La production, elle, souligne bien l’intensité et la nervosité de chacun des titres, bien que se montrant très (trop?) propre vis-à-vis de son prédécesseur.


Malheureusement, le soufflé retombe très vite, et Knowing What You Know Now adopte sans trop se poser de questions les travers d’hymnes de stade et de morceaux plus posés mais ne s’élevant jamais; l’ambiance du disque retombe alors très vite, entre un Insomnia poussif, un Me & You inintéressant, ballade nécessaire pour faire retomber l’intensité mais ne proposant rien de particulier pour se démarquer, et un Run with the Rythm paresseux.

L’affiliation “rock de stade” est négative dans le sens où l’on sent que le groupe adopte des attitudes et insère des éléments parasites non par pour le bien de la composition, mais afin que le titre fonctionne avec un très (très) large public. On ne peut sur la papier condamner une telle attitude, mais dans les faits, cela donne des applaudissements à répétition, comme sur le refrain du sinon enivrant Lost In Translation, et sur l’ouverture de Start Again. L’affiliation “rock de stade” a en cela de dérangeant qu’elle fait adopter des attitudes convenues à un groupe qui avait réussi à se forger un son particulier et à briller avec de nombreux éléments bien plus spontanés et jouissifs.

En marge de tout cela, on retrouve également des titres ne fonctionnant qu’à moitié; le lick ringard de Like a Battery vient s’opposer à un refrain pop et plaisant, et le nerveux Suffocation vient se perdre dans un refrain trop peu percutant, parodie Royal Blood-esque. Reste New Religion, uppercut allant droit à son but et fonctionnant à merveille.

L’écoute finie, comment expliquer cette déconvenue? De production trop propre en hymnes formels et surtout en une baisse significative de technicité (cette batterie, désespérément oubliable), les Marmozets ont un peu perdu de leur charme pour un disque globalement décevant, ne renouant que trop rarement avec la violente énergie les caractérisant. Nul doute que ces titres feront leur effet en live; mais pour l’heure, difficile de ne pas rester sur sa faim.

_______________________________

Tracklist

Play

Habits

Meant to Be

Major System Error

Insomnia

Lost in Translation

Start Again

Like a Battery

New Religion

Me & You

Suffocation

Run with the Rythm

 

Nos morceaux préférés: Play, Habits, Meant to Be, Major System Error, New Religion

La note: 6/10

 

Concerts Marmozets
 
Marmozets à Lille - 26 octobre 2018
 
Marmozets à Paris - 3 novembre 2018
No Comments

Post A Comment