Harry Styles : princier à l’AccorHotels Arena

Malgré un seul et unique album au compteur, Harry Styles revient en force dans la capitale et fait son effet. On vous raconte !

Même s’il nous avait déjà fait le plaisir de venir à Paris en Octobre dernier à l’Olympia, Harry Styles s’offre cette fois la scène de l’AccorHotels Arena pour un show plus spectaculaire que jamais. L’ambiance intimiste a fait place à un show digne des plus grands à base de scènes faites sur-mesure, écrans multiples amovibles et éclairages à gogo. On ne vous apprendra rien en vous disant que Styles aiment en mettre plein la vue en faisant le minimum, et il excelle dans le domaine.

En ce qui concerne la première partie, il nous avait réserver une jolie surprise en nous ramenant la jolie Mabel, que nous vous avions présenté à la fin de l’année dernière (interview à retrouver ici) et qui faisait partie de nos favoris et “Ones To Watch” pour cette année 2018. Apparemment, on ne s’était pas trop trompés sur le potentiel que la jeune femme avait à offrir puisqu’elle se retrouve sur l’une des tournées les plus prisées du monde pop actuel. Armée de deux choristes et deux musiciens, elle assure le show avec puissance vocale et simplicité de par le peu de scène qui lui était réservé. Elle confirme nos espérances et fait bouger le public avec un style complètement différent de celui de Monsieur Styles.

On va commencer par la question que tout le monde se pose, en tout cas pour les fans assidus du jeune garçons, qui est : de quelle couleur était son costume ? Et bien il avait opté pour la sobriété du noir mais agrémenté de paillettes, comme Sarah, à la batterie, qui faisaient un état de réflexion de lumière et qui rajoutaient des étoiles dans nos yeux ébahis. Oui parce que, soyons honnête, niveau voix et instrumental, le tout envoie pas mal. Un set-up inhabituel, un groupe mixte avec deux femmes au clavier et à la batterie et un set presque identique au précédent, c’est ainsi qu’Harry a décidé de fonctionner sur cette tournée.

 

 

Hier soir était donc la seconde date de cette dite tournée et seconde fois où Harry et sa bande interprètent Medicine et Anna, chansons soupçonnées d’être sur un potentiel second album, et que l’on a déjà hâte d’entendre en version studio. Il a également su jouer de son passé “One Direction” pour compléter un peu son set et que ce ne soit pas seulement son album du début à la fin. En effet, on retrouve, bien sûr, l’hymne de toute une génération, What Makes You Beautiful, mais également des chansons moins connues mais chères à ses fans telles que Stockholm Syndrome ou If I Could Fly. Cette dernière a fait partie d’une mini session acoustique en scène B vers le fond de la salle avec Sweet Creature, lors de laquelle l’audience avait prévu un projet qui reprenait une parole de la chanson mais en la tournant à leur sauce avec des pancartes “You Bring Us Home”. L’émotion était à son maximum dans la salle, de plus que, non pas une, mais deux demandes en fiançailles/mariage ont été faites (toutes les deux résultants à un oui, on vous rassure). Deux autres chansons ont su faire leur effet : une “cover” d’un morceau qu’Harry avait écrit pour Ariana Grande il y a quelques années, Just A Little Bit Of Your Heart et une vraie cover cette fois, presque devenue un classique pour lui, The Chain de Fleetwood Mac, qu’il a su interpréter avec brio.

 

Et quoi de mieux pour clôturer une telle soirée qu’en premier, Sign Of The Times, son premier single solo, avec un joli drapeau lgbtq+ crée par les lumières des téléphones, colorées pour l’occasion par le public, juste avant un encore encore plus électrique, pour finir avec Kiwi, morceau phare de l’album.

Le point fort d’Harry Styles, c’est le combo physique idéal et voix puissante. Les petits déhanchés inspirés de ses plus grandes inspirations musicales, pour ne citer qu’un certain Rolling Stone, mélangés à des petites touches nostalgiques à son boyband et un français presque impeccable ont fait fondre les foules et hurler au plus fort le public présent. Rajoutez un peu d’absurdité à tout cela avec un amour pour les pamplemousses, et plus précisément 85, et vous obtenez la nuit rêvée de toute une génération. Avec des graphismes travaillés sur écran, un éclairage vintage mais efficace et un passage de l’acoustique au full-band, Harry Styles et son groupe ont su séduire Paris et ils ont plus qu’intérêt à revenir bientôt !

 

 

Setlist :

Only Angel

Woman

Ever Since New York

Two Ghosts

Carolina

Stockholm Syndrome

Just A Little Bit Of Your Heart 

Medicine

Meet Me In The Hallway

Sweet Creature

If I Could Fly

Anna

What Makes You Beautiful

Sign Of The Times

From The Dinning Table

The Chain

Kiwi

No Comments

Post A Comment