Un retour sur scène réjouissant pour Bastille !

Les fans qui attendaient le retour de Bastille sur scène depuis le Lollapalooza ont vu leurs attentes comblées ce soir à Paris. Retour sur un concert festif et surprenant.

A 20h30, le Zénith est déjà plein à craquer. Après la talentueuse Akine c’est au tour de Lewis Capaldi d’ouvrir le bal, avec une salve de chansons entrecoupées de plaisanteries chaleureusement accueillies par un public qui semble déjà connaître l’artiste.

Celui-ci s’eclipse au bout d’une demi-heure, partageant avec nous ces sages paroles : ” If you enjoyed it please tell everyone you know about it if not please keep it to yourself.” Avant d’entamer Someone You Loved, son dernier single N°1 des charts UK, il nous précise tout de même qu’il sera bientôt de retour sur Paris, en octobre prochain. Les places sont déjà en vente.

bastille

bastille

Alors que nous attendons impatiemment le groupe, un écran s’affiche devant la scène, proclamant : “Es-tu toujours en train d’éviter de demain ?” bien vite remplacé par “Still avoiding tomorrow ?” Bien essayé ! Bastille arrive sur scène à 21h30 tapantes, d’abord caché derrière un écran, et démarre le set sur une reprise de Wild World très appréciée.

Aussitôt, toutes les personnes en gradins se lèvent et les premiers rangs s’enflamment. (On les comprend, ils attendent leurs chouchous depuis maintenant plusieurs heures, car ce concert aura eu la particularité d’être précédé de deux premières parties.)

La casquette vissée sur la tête et l’anorak bien en place, Dan Smith enchaîne les titres, s’excusant au passage en français de sa maîtrise de la langue qu’il juge “merdique” et de la façon dont il prononce le nom du groupe (ce qui ne l’empêche pas de renouveler les tentatives au fil de la soirée).

bastille

bastille

Il faut attendre The Things We Lost in the Fire pour que le chanteur retire enfin sa casquette (et sa capuche !). Celui-ci en profite pour nous parler du Brexit et de Trump, une bonne occasion de faire un peu rire la foule et d’amorcer la chanson suivante, dans le thème (The Currents). Grip suit, issue de la dernière mixtape du groupe alors que les basses saturent nos oreilles. En collaboration avec Seeb, ce morceau retrace la fragilité des choix faits par les adolescents et leurs conséquences parfois destructrices.

bastille

bastille

Petite pause pour le public alors que Dan s’installe confortablement dans un fauteuil (où est écrit Doom Days) sur scène pour la chanson suivante. Akine le rejoint alors sur scène pour entonner World Gone Mad et une flambée de lumières apparaît dans les gradins, accompagnant le mariage de leurs voix.

bastille

bastille

Dan se met à jouer du piano à même le sol sur The Driver (classée numéro 1 au Royaume-Uni), puis enchaîne avec l’habituel présentation des membres du groupe.

Au tour de Capaldi de rejoindre le groupe sur scène pour chanter le premier couplet et les choeurs de Bad Blood. L’enchaînement Pompeii- Good Grief- Laura Palmer relance un peu le public qui s’était calmé mais qui s’enflamme complètement sur Rythm of the Night. Des ballons sortis de nulle part envahissent la fosse et le Zénith se transforme temporairement en énorme rave.

bastille

bastille

Mais ce n’est pas fini ! Dan profite d’une accalmie pour nous annoncer que sa mère a pu être soignée de son cancer du sein et qu’il est très important pour lui que les fans visitent le site BreastCancerNow, dans lequel il est très investi, afin de participer eux aussi à des levées de fonds pour la lutte contre cette maladie destructrice.

Sur une note plus légère, le concert se termine sur Happier (une collab’ signée Bastille et Marshmello) et le très attendu Flaws !

Le groupe disparait rapidement, chacun rentre chez soi, les oreilles bouchées et la tête pleine de souvenirs, en espérant qu’il ne faudra pas encore deux ans pour que Bastille réinvestisse une salle parisienne.

Nos photos du concert de Bastille à Paris

bastille

Setlist :

Wild World (intro)

Quarter Past Midnight

Send Them Off!

I Know You

Things We Lost in the Fire

The Currents

Grip

Warmth

Blame

4AM

World Gone Mad

The Driver

Bad Blood

Two Evils

Daniel in the Den

Million Pieces

Pompeii

Good Grief

Laura Palmer

Of the Night

Warmth (outro)

——-

Happier

Flaws

No Comments

Post A Comment