The Amazons enflamme le Gibus

The Amazons revenait à Paris pour présenter son deuxième opus Future Dust. Et le quatuor a offert une performance transpirante au Gibus.

Le deuxième album de The Amazons est sorti il y a 6 mois. Malgré un accueil mitigé de la critique, Matt Thomson et sa bande gardent une belle collection de pépites musicales que les parisiens avaient bien envie de découvrir en live. En effet, dès 19h, plusieurs dizaines de personnes sont déjà devant la salle. Accompagnés par les très bons Deputies, la soirée promet d’être intéressante.

L’ouverture des quatre français est à la hauteur. Deputies écume les salles françaises pour exposer son rock indé à la Two Door Cinema Club. On les avait vu il y a quelques années en première partie de Marsicans à l’International, les voilà avec The Amazons ce soir. Parfaitement interprétés, les morceaux du groupe sonnent très bien malgré un son peu clément. Une jolie entrée en matière avec des morceaux accrocheurs comme Big Boys ou Champion. Les riffs piqués sont parfaitement exécuté alors que la batterie à contre temps est très efficace. L’ensemble nous donne un set très plaisant. See you soon Deputies !

Alors que les français avait ramené quelques fans, c’est ceux de The Amazons qui commencent à s’impatienter. Vers 21h15, les quatre garçons de Reading monte sur scène avec Stay With Me. Premier point noir, et celui qui restera comme la principale déception de cette soirée : le son. Le premier quart d’heure du concert est quasi sans intérêt. La batterie couvre la guitare lead et la voix alors qu’on distingue à peine la basse. C’est quasi grossier. Matt se confronte alors à un public visiblement assez froid au départ. Heureusement, ce n’est que le début.

Premier petit frisson avec 25, single issu de Future Dust. Le son est un peu meilleur, et le groupe rentre lui aussi dans son concert. Le morceau quant à lui est à la frontière entre Arctic Monkeys et les Strokes. L’enchainement avec Mother, lui aussi single du second opus, fait démarrer un concert pourtant mal entamé. Les riffs sont bons, la voix de Matt Thomson pas forcément précise mais dans l’énergie. Mais surtout le public se réveille un petit peu. Pas de pogos pour le moment mais on sent la tension monte.

The Amazons le sent et en profite pour continuer à ce rythme. Fuzzy Tree et son riff baveux déclenche les premiers headbangs. La suite du concert aura elle un vrai intérêt. Car il faut bien l’avouer, calmement derrière leurs instruments, The Amazons peinent à impressionner. Le son, qui restera brouillon tout le concert, ne les a certainement pas aidés. En revanche, le quartet ne manque pas d’imagination. Matt rejoint la foule pour jouer son riff au milieu de la fosse. Le public exulte enfin.

On sent le groupe motivé et heureux d’être là pour cette première date de leur tournée européenne ! Première grosse surprise de la soirée lorsqu’on entend The Amazons reprendre Helter Skelter des Beatles. Une très jolie reprise qui s’intègre parfaitement au set. Les classiques du premier album restent largement plébiscités par le public parisien. In My Mind et Junk Food Forever en tête.

Après 1h15 de show, le groupe revient pour un rappel inattendu. Avec d’abord, un très beau moment. Matt est fan de John Lennon, il le dit. Il veut jouer Ticket To Ride mais ne connait pas les paroles, le public propose de l’aider. Le chanteur du groupe de Reading se lance donc dans un reprise guitare-voix de ce tube mythique. Et malgré l’oubli de certaines paroles, on passe un super moment. On y trouve une vraie authenticité et un vrai plaisir. Probablement l’apogée d’un show finalement plutôt bon.

The Amazons clôture son set avec l’excellente Black Magic issue du premier effort. Le riff claque. Les pogos sont de mises. Une jeune femme se teste même au crowd surf. Preuve que sans être exceptionnel, The Amazons reste un groupe de rock anglais excitant et qui mérite d’être vu.

1 Comment
  • Romain
    Posted at 14:33h, 12 octobre Répondre

    Un peu sévère je trouve….la salle (et le son !) n’étaient clairement pas adaptées à leur musique !!
    On a trouvé ça génial ! Quel charisme de Matt Thompson !

Post A Comment