Brian Eno

Ces producteurs qui ont marqué l’Histoire : Brian Eno

Dans cette série d’articles, nous revenons sur le parcours de dix producteurs britanniques qui ont marqué l’Histoire. 

Qu’est-ce qu’un producteur de musique ? Contrairement au cinéma, le rôle d’un producteur n’est pas de financer un enregistrement, il intervient dans la conception de celui-ci. Son intervention est diverse et varie en fonction des producteurs et des artistes. Leur mission est de faire en sorte que les morceaux, EP et albums enregistrés soient les meilleurs possibles. Pour cela ils peuvent guider les musiciens, proposer des arrangements ou des nouvelles méthodes d’enregistrements, etc. Ce qui les intéresse est que le produit fini soit beau et cohérent. Après George MartinGus DudgeonRoy Thomas Baker, et Nigel Godrich, nous nous intéressons aujourd’hui à Brian Eno

Une entrée par la porte des artistes 

Contrairement aux producteurs dont nous avons parlé auparavant, Brian Eno est entré dans le monde de la musique en tant qu’artiste. En effet, il est diplômé d’une école d’art : la Winchester School Of Arts. Lors de ses études, Peter Townshed, des Who, est venu parler aux élèves. A ce moment, Eno comprit qu’il pouvait faire de la musique sans avoir aucune éducation musicale. Il co-fonde alors le groupe Roxy Music dans lequel il ne joue pas un instrument, mais utilise une table de contrôle pour mixer les voix et les guitares en live. Il quitte néanmoins le sextet en 1973 et produit un album solo. Eno continuera, encore aujourd’hui, à produire sa propre musique. 

Une recherche perpétuelle 

On peut définir Eno comme quelqu’un qui ne cesse jamais de chercher et d’explorer. L’un des premiers albums qu’il produit est l’album de la Portsmouth Sinfonia, un orchestre de personnes jouant un instrument qu’elles ne connaissent pas. Lui-même y jouait de la clarinette. Déjà, cette envie d’explorer de nouveau territoire en essayant un instrument, est présente. Par ailleurs, produire à 24 ans, un album de musique d’orchestre n’est pas l’option la plus simple. Néanmoins, cela correspond au travail d’Eno qui ne cherche pas à ce que les musiciens maîtrisent leurs instruments à la perfection. Il s’intéresse davantage au timbre et à la texture du son. “Je suis fasciné par les musiciens qui ne comprennent pas totalement leur territoire ; c’est là qu’ils font leur meilleur travail”. Il dira aussi “J’adore les Velvet Underground et ils avaient un batteur qui ne savait pas jouer”. 

Le studio comme un instrument de musique 

Eno se considère comme un “non-musicien” qui ne produit pas mais qui appose des “traitements” sur le son. Pour lui, le studio est un instrument à part entière et il faut le considérer comme un outil de composition. Ça ne le dérange pas que les musiciens arrivent avec seulement le squelette d’un morceau en studio, il aime expérimenter. C’est aussi pour cela qu’il apprécie les synthétiseurs, ils offrent aussi la possibilité d’explorer et créer des nouveaux sons de manière presque infinie.

Pour autant, Eno travaille avec des artistes qui n’utilisent pas de synthétiseurs ou qui ne sont pas au centre de leur formation, comme Coldplay par exemple. Justement, il apprécie aussi cela parce qu’il trouve la relation entre un musicien et son instrument passionnante. L’instrument a une gamme de notes finie mais à force de s’entraîner et de l’utiliser, son détenteur réussi à être créatif et à proposer de nouveaux sons. 

Des techniques de créations nouvelles 

On connait Brian Eno pour avoir créé l‘ambient. Ce style de musiaue dont l’objectif est que les morceaux soient aussi “ignorables” qu’intéressants, qu’ils fassent partie de l’ambiance. Mais depuis le début de sa carrière, il y a 50 ans, Eno a inventé bien d’autres choses qui ont considérablement changé la manière dont la musique est conçue et perçue. Que ce soit au niveau technique, où il construisait lui-même un système de délai avec deux enregistreurs et une bande, ou au niveau créatif avec son jeu des Stratégies Obliques.

Ces dernières sont un jeu de cartes inventé par Eno et Peter Schmidt. Sur chaque carte se trouve une injonction qui permet aux artistes de stimuler leur créativité (par exemple : “qu’est-ce que ton meilleur ami ferait ?” ou “utilise une ancienne idée”). Phoenix, MGMT ou encore David Bowie ont utilisé ce jeu. L’influence de Brian Eno est d’ailleurs très forte dans la trilogie berlinoise de Bowie (Low, “Heroes” et Lodger). Bien que Tony Visconti fût le producteur, Eno poussa Bowie à explorer son univers musical. Ils travailleront de nouveau ensemble en 1995 pour Outside. Les chansons ont d’ailleurs majoritairement été écrites en studios lors de session d’improvisation et Eno donnait des rôles aux musiciens chaque jour (“tu es un membre mécontent d’un groupe de rock sud-africain”). 

Enossification 

Il est difficile de pointer précisément ce qui fait de Brian Eno un producteur révolutionnaire. Il créé un environnement qui lui est propre et qui permet aux musiciens d’explorer de nouveaux horizons et d’ajouter un nouvel instrument à leur formation : le studio. Par ailleurs, il est possible qu’on minimise son travail en l’observant aujourd’hui, a posteriori puisqu’il a influencé presque toutes les sphères musicales, on ne saurait à quoi ressemblerait le monde de la musique sans Brian Eno. Un critique dit qu’il a “altéré pour toujours la manière dont on approche, compose, joue et perçoit la musique et il a tout influencé, du punk à la techno et au new age”. Grâce à lui, les musiciens ne voient plus le studio comme un medium passif, mais comme un nouvel instrument. 

Tags:
No Comments

Post A Comment