Interview : Don Broco

A l’occasion de la 14ème édition du Mainsquare Festival à la Citadelle d’Arras, nous avons eu l’opportunité de rencontrer l’un des groupes anglais de la programmation.

 

Vendredi dernier, lors du premier jour du festival arrageois, nous avons discuté avec le groupe pop/rock anglais Don Broco. Ils sont quatre : Rob Damiani (chant), Matt Donnelly (batterie et chant), Si Delaney (guitare), ainsi que Tom Doyle (basse). Ils sont également accompagnés d’un pianiste en live, Adam Marc, assurant aussi les différentes percussions et contre-voix. On ne vous en a jamais parlé avant mais vous allez vouloir les connaître!

Le groupe s’est formé en 2008, avec un autre bassiste de base, Luke Rayner, qui a quitté le groupe en 2012 avant de laisser sa place à Tom. Avec 4 EPs (entre 2008 et 2011) et deux albums à leur actif (sortis en 2012 et 2015), ils s’imposent petit à petit sur la scène anglaise et internationale. Leur premier opus, intitulé Priorities, les a propulsé sur les devants de la scène et leur ont ouvert plusieurs portes, notamment les premières parties de grands groupes comme Lower Than Atlantis, You Me At Six, ou encore The Used, mais aussi de nombreux festivals comme Slam Dunk ou The Great Escape. En ce qui concerne leur deuxième LP, Automatic, il est beaucoup plus pop que le précédent mais toujours aussi énergique avec des singles comme Money, Power, Fame ou You Wanna Know. Il leur a permis de se faire remarquer par des groupes d’un genre un peu différent du leur comme Bring Me The Horizon et 5 Seconds Of Summer, qui leur ont, tous les deux, offerts d’ouvrir pour eux. Ils sont donc partis en tournée avec les deux en 2015, passant plusieurs fois par la France. Cela leur a donc permis de se faire connaître du public français un minimum et de pouvoir revenir jour en Octobre dernier devant une Maroquinerie comble.

L’été dernier, ils nous ont présenté une toute nouvelle facette du groupe, avec un morceau un peu plus sombre et beaucoup plus lourd en son par rapport à leur habitude. On découvre donc en Juillet le single Everybody, accompagné d’un clip tout aussi bizarre et incompréhensible.

On croyait en avoir fini, mais ce n’était pas tout. Ils ont marqués les esprits récemment avec une supercherie montée de toute pièce par le groupe, on vous explique :

Nouvelle sortie de nulle part, on apprend que Tom [Doyle], le bassiste du groupe, va se marier prochainement. Etant aux Etats-Unis au moment de l’annonce, les garçons profitent de l’opportunité pour fêter l’enterrement de vie de garçon de Tom à Las Vegas (on a pu suivre toute la soirée sur leur compte Instagram et Snapchat). Sur ce, tout va bien. Se demandant quand l’échéance arriverait, Rob [Damiani] annonce sur les réseaux que l’intégralité de l’évènement sera retransmis en direct sur leur site officiel pour la famille du marié qui ne peut pas être présente. Ils ont embarqués tout le monde dans le jeu, et leurs fans avec, pour avoir, à la date prévue de la cérémonie, un nouveau clip et donc morceau disponible sur ce même site, intitulé Pretty. Encore un peu plus dark et sanglant, ils nous présentent une suite au clip d’Everybody (et oui, en regardant bien, on retrouve certains éléments) et ils nous feraient presque peur.

Intelligent? La blague a duré quand même sur deux semaines et même les médias spécialisés comme Rocksound et Kerrang! y ont cru. Coup marketing réussi!

Avec un plan pareil, c’était l’idée de qui?

Rob Damiani: Nous n’avions pas vraiment de plan, c’est juste un enchaînement d’évènements et d’idées. Bien sûr, nous avions déjà l’idée pour le clip, qui était donc le mariage mais ensuite nous avons reçu ces invitations… Au début de la vidéo, on peut voir un panneau à l’entrée et le gars qui nous a fait ça nous a aussi envoyé des faire-parts en faisant un montage de photos trouvées sur le Facebook de Tom et l’actrice qui joue la mariée. Nous avons donc pensé que ça pourrait être une bonne idée d’inviter notre communauté au “mariage” et de surprendre tout le monde avec la vidéo plutôt que d’annoncer ça de but en blanc, sans rien dire à personne. Nous étions justement en tournée aux Etats-Unis et nous nous dirigions vers…

Matt Donnelly: VEGAS !

Rob Damiani: … Las Vegas donc nous nous sommes dit que nous allions organiser un enterrement de vie de garçon pour Tom afin de faire les choses dans les règles.

Donc tout était faux? Même la soirée?

Rob Damiani: Ah oui! Enfin, nous sommes quand même sortis mais bon…

Matt Donnelly: Mais non, c’était une vraie soirée!

Tom Doyle: Ca avait l’air très vrai pour moi en tout cas!

Rob Damiani: Nous avons juste marché dans le truc, nous nous sommes beaucoup amusé à Vegas et nous avons pris un maximum de photos! Nous avions fabriqué un tee-shirt spécial pour Tom qui a eu l’air de convaincre tout le monde. C’était vraiment cool!

Matt Donnelly: C’était peut-être faux mais c’était probablement le meilleur enterrement de vie de garçon du monde!

Rob Damiani: Les gens y ont cru grâce aux posts qu’on a fait sur Snapchat et Instagram notamment, et les groupes avec lesquels nous étions en tournée ont joué le jeu également. Nous avions tout prévu: la vidéo sortait pendant un day-off de la tournée, nous filmions la vidéo aux Etats-Unis et nous mettions tout en direct sur le site pour sa famille qui ne pouvait pas être là, donc c’était à peu près crédible. Imagine que certains de nos fans étaient vraiment déçus que Tom ne se marie pas au final!

Personne n’était donc au courant? Car ça a fait pas mal de bruit dans le milieu!

Rob Damiani: Non, à part notre management, personne n’était vraiment au courant.

Si Delaney: Oh, je crois que nous l’avions dit à Alternative Press!

Rob Damiani: Un ou deux magazines avaient des doutes…

Matt Donnelly: Quelques personnes d’Alternative Press devaient être au courant…

Rob Damiani: Non mais même certains de nos amis y croyaient et nous demandaient comment ça se faisait que Tom aille aussi vite avec sa fiancée!

Tu as eu beaucoup de messages de félicitations etc.? [A Tom]

Tom Doyle: Beaucoup trop! Le pire, c’était en personne quand les gens venaient à nos concerts aux Etats-Unis.

Personnellement, je n’y ai pas trop cru car si on vous connaît un peu, on sait que ce n’est pas trop votre genre.

Rob Damiani: Si on y réfléchissait bien, il y avait quelques détails louches dans cette histoire.

Tom Doyle: Personne n’avait jamais de photos de la mariée, personne ne savait son prénom, ou aucune chose du genre…

Rob Damiani: Si on suit un minimum Tom ou même le groupe sur les réseaux sociaux, on sait qu’on ne partage pas tout, on est un peu privé parfois et le mariage est un événement tellement important, je pense que personne ne ferait ce genre de chose. Mais aujourd’hui, les gens partagent tellement de choses sur leur vie privée sur les réseaux sociaux, c’était crédible et c’était pas complètement improbable, mais nous ne ferions jamais ça.

Matt Donnelly: Mais ça a vraiment bien fonctionné.

 

Avec vos deux derniers morceaux, vous nous présentez un tout nouvel aspect de Don Broco, plus sombre, avec un son s’éloignant de la pop qu’on peut retrouver sur Automatic. Est-ce que l’intégralité du nouvel album ira dans cette direction?

Tom Doyle: C’est la règle générale.

Rob Damiani: C’est un sentiment général en effet. C’est évidemment plus lourd, peut-être un peu plus sombre mais en même temps, il y a une certaine diversité tout au long de l’album. Je ne dirais pas que toutes les chansons se rapprochent de Pretty mais il y a beaucoup de morceaux où nous avons essayé de nouvelles choses, quelques morceaux où on retrouvera certaines sonorités qui vous fera penser à Automatic ou Priorities. Il y a vraiment une variété d’éléments qui cassent le spectrum que nous avons pu présenter avant, chose qui nous rend plutôt heureux et qui rendent nos fans aussi heureux car on ne veut pas faire des chansons qui sonnent toutes pareil.

Est-ce qu’on aura droit à des chansons plus douces également? (Comme notamment Nerve ou Further)

Rob Damiani: Il y a une ou deux morceaux un peu plus calmes, ça part un peu dans tous les sens : il y a des morceaux hyper rapides, qui tapent comme celles que l’on a pu sortir récemment… C’est vraiment une expérience!

 

Vous pensez le sortir avant la fin de l’année? Ou en début d’année prochaine peut-être?

Rob Damiani: Nous allons le finir cet été donc quand il sera vraiment fini, ce sera sûrement début 2018 mais ne vous inquiétez pas, nous allons continuer à sortir de nouvelles choses tout au long de cette année. Nous avons déjà quelques trucs de prêts et que nous voulons vraiment sortir et avoir vos avis, donc stay tuned!

 

Question random : Quelle est votre chanson préférée de votre set actuel?

Rob Damiani: Personnellement, je dirais notre toute dernière, Pretty. Elle est fraîche et elle est vraiment cool à jouer en live. C’est le genre de chanson qui, même si tu ne la connais pas, te donne envie de sauter et de lancer un pogo. Nous avons commencé à lancer ce qu’on appelle un “wall of death” pendant cette chanson et tout le monde a l’air de vraiment aimer. Tu sais, quand tu joues les mêmes chansons, année après année, c’est vraiment plaisant de jouer de nouvelles choses et ça nous donne un challenge en plus je pense.

D’ailleurs, en parlant de concert, vous étiez à Dover hier soir! C’était comment?

Rob Damiani: Ouais, nous sommes allé à Dover hier, nous avons beaucoup transpiré! Un concert fou et très chaud et humide! Nous n’étions jamais allé là-bas, c’est bizarre mais il n’y avait pas de salles de concert avant donc la salle est toute neuve, elle vient d’ouvrir et c’est cool car il y a beaucoup de salles indépendantes qui ferment en ce moment en Angleterre mais celle-ci a une bonne équipe derrière elle, tout le monde était dans l’ambiance et je pense qu’ils peuvent faire de bonnes choses là-bas. C’est vraiment joli et c’était l’arrêt parfait juste avant d’arriver en France pour se chauffer un peu avant!

 

Vous revenez également des Etats-Unis où vous avez tourner avec des groupes comme State Champs, With Confidence et Against The Current. C’était la première fois que vous alliez là-bas, les gens ont donc enfin pu vous découvrir! Vous l’avez ressenti comment?

Rob Damiani: C’était probablement la meilleure expérience que nous avons eu en tant que première partie, à part au Japon.

Si Delaney: Ouais, le Japon c’était incroyable!

Rob Damiani: C’était d’un autre niveau, c’était d’énormes shows dans des arènes, c’était incroyable mais c’était notre toute première tournée aux Etats-Unis. Tu sais, quand ce n’est pas ton concert et qu’on joue avant la nuit, comme en Angleterre au début, c’est plus compliqué. Il faut vraiment avoir de l’énergie pour gagner l’attention du public et revenir plusieurs fois dans le pays pour convertir les gens mais on a trouvé que l’audience américaine nous connaissait déjà pas mal! Ils avaient déjà écouté certaines de chansons, ils étaient là dès le début du concert pour écouter chaque groupe et c’était vraiment cool, une très bonne atmosphère. Les réactions que nous avon obtenues nous ont vraiment surprises, nous ne savions pas à quoi nous attendre en allant là-bas pour la première fois et on entend tellement d’horribles histoires par certains groupes, comme quoi c’est très dur et très long mais nous, on a adoré, du début à la fin. Avec de la chance, nous y retournerons bientôt!

Pour leur présenter le prochain album peut-être? Avec une tournée européenne dans la foulée?

Rob Damiani: Pour sûr!

Matt Donnelly: Il y en aura forcément une!

Rob Damiani: Nous en sommes au point où nous essayons de tout finaliser pour jouer plus de shows car nous avons l’impression que ça fait longtemps que nous n’avons pas fait une réelle tournée, surtout avec les plusieurs tournées que l’on a fait récemment en tant que première partie. C’est incroyable et nous en sommes très reconnaissants mais jouer nos propres shows nous manque. Nous jouons plus longtemps, plus de chansons, et des chansons que nos fans veulent entendre live donc oui, nous allons tourner beaucoup plus à l’avenir et un peu partout dans le monde.

 

Justement, vous avez annoncé votre plus gros show dans toute l’histoire du groupe : le 11 Novembre 2017 à l’Alexandra Palace à Londres, devant à peu près 10 000 personnes. (Pour les tickets, c’est par ici) Qu’est-ce que ça vous fait?

Rob Damiani: Nous n’avons pas encore eu trop le temps d’y penser pour être honnête. L’objectif en ce moment, c’est de finir l’album et assurer les festivals que nous avons prévu cet été. Nous sommes occupés jusque Septembre donc je pense que nous n’y penserons qu’après, vers Octobre, et nous nous dirons “Hey, Ally Pally, c’est dans genre deux mois!”. Nous voulons vraiment jouer de nouvelles choses à ce concert donc nous nous concentrons sur les finitions mais quand nous y pensons vraiment, c’est vraiment un gros concert et ce sera vraiment particulier. Nous avons joué à la Brixton Academy il y a deux ans, ce qui était notre plus gros concert auparavant.

 

Vous parliez de festivals cet été, vous jouez où exactement?

Rob Damiani: Nous étions à Florence le week-end dernier pour le festival Firenze Rocks en Italie, qui était vraiment cool!

Tom Doyle: Juste les trois en France en fait, un au Luxembourg et c’est tout pour cet été

Si Delaney: Aujourd’hui, c’est le premier festival français que nous faisons, nous sommes vraiment contents. Nous serons aux Déferlantes ce week-end et ensuite Lollapalooza!

Vous passez d’aucun festival à trois en un seul été en France! Concours de circonstance?

Matt Donnelly: Bonne question.

Rob Damiani: C’est le premier été où nous faisons autant de festivals. Ca dépend de notre planning en réalité. L’été dernier, nous faisions beaucoup de concerts et nous sommes partis en tournée en Angleterre, ce qui est plutôt rare, il n’y a pas beaucoup de groupes qui tournent l’été. Bizarrement, nous adorons tourner en été, nous préférons ça à l’hiver car il fait vraiment froid dans le van. Donc, évidemment, cet été, il n’y a pas de tournée, juste quelques festivals et ça collait avec notre emploi du temps de finir l’album, en même temps que de jouer à ces festivals. Ca nous vide la tête car nous bossons très dur en studio la semaine et nous avons un truc fun à faire le week-end. Nous adorons le fait de revenir plusieurs fois en France cet été, nous avons vraiment hâte!

Vous avez hâte de monter sur scène ce soir également?

Tous: Bien sûr!

Si Delaney: Nous avons vraiment hâte de jouer pour vous!

 

Retrouvez donc le groupe à l’occasion du festival Les Déferlantes à Argelès-Sur-Mer ce Samedi et au festival Lollapalooza les 22 et 23 Juillet prochains! Et si vous êtes curieux de savoir ce dont Don Broco est capable sur scène, vous pouvez voir leur set du Mainsquare en replay ici!

 

 

No Comments

Post A Comment